mercredi 16 mai 2007

268 - La plume d'un paon

Un jour une aimable demoiselle, jolie créature à la vérité mais mal avisée à mon sujet, me conseilla de protéger mes textes en les faisant "copyrighter". Ma réponse fut prompte :

Mademoiselle,

Me prendriez-vous donc pour un de ces piètres amateurs dénués de talent mais pleins d'égards à l'endroit de leurs chères médiocrités ? Sachez que je place ma fierté ailleurs que dans le fait de "copyrighter" ma plume. Que l'on plagie, pille, et même massacre mes textes sans aucun scrupule ! J'en serais sincèrement touché, fier, honoré. Apprenez que si je ne "copyrighte" pas mes textes, c'est précisément parce que ma plume est libre, souveraine, hors copyright. Et c'est parce qu'elle a les ailes de l'authentique talent qu'elle s'élève si haut. Le copyright n'est pas digne de ma plume. Je laisse cette inutile coquetterie aux mauvais littérateurs si fiers de leurs déjections.

Je vous donne donc toute licence pour exploiter mes textes, et même pour les tordre dans tous les sens si cela vous tente. Je suis décidément dépourvu de cette vanité qu'ont les piètres auteurs. Mes caprices sont ceux d'un coq. Je souhaite chanter pour tous les hôtes de la basse-cour.

Même pour les ânes.

Aucun commentaire: