mercredi 16 mai 2007

284 - La matière et la réflexion

Lettre envoyée à un directeur de grand magasin de ma région.

Monsieur,

Bravo ! Nous y sommes enfin parvenus, et grâce à des gens comme vous. Vive la civilisation des réjouissances de masse ! Avec votre aide, ne sommes-nous pas déjà arrivés au même niveau de dégénérescence que la Rome décadente ? Du pain et des jeux. Avec votre magasin, c'est la consommation et la déculturation à grande échelle.

Noël est devenu une fête païenne sous l'étendard de « Saint-Hypermarché ». A parcourir les récents catalogues édités sous votre enseigne, Noël est la fête des grands magasins, la fête des jouets, la fête du commerce. Hermès n'a jamais été autant adoré qu'en cette époque contemporaine où règne la loi du marché, et le culte que vous rendez à ce diable de Mercure vaut à lui seul toutes les ferveurs mises ordinairement au service des causes les plus sacrées.

Votre magasin à la bannière criarde et aux séductions douteuses est le grand prêtre qui dispense à ses ouailles, à son peuple de veaux, à son bétail bien docile et savamment conditionné richesses matérielles, satisfactions profanes immédiates et autres bienfaits temporels falsifiés, mensongers et outranciers, moyennant fidélité et deniers du culte de la part de ces bovins d'élus.

Permettez-moi de vous signifier que j'ai l'honneur de ne pas appartenir à votre troupeau. Pour moi Noël est une fête sacrée : la fête martiale, véhémente et offensive de la lutte contre les pollueurs de l'esprit que vous représentez. Ma lutte est simple, indolore, modeste mais efficace, au moins à mon humble niveau : je vous combats en ignorant tout bonnement votre enseigne et en vous faisant part de mes présents griefs. J'ai bien conscience que cela vous touchera infiniment peu, mais je tenais seulement à vous dire mon sentiment. Si infime qu'elle soit, ma satisfaction est là néanmoins. Et ma lutte, si dérisoire qu'elle soit, est cependant réelle, concrète, tangible.

Puissé-je être l'atome initial qui amorcera des réactions en chaîne.

Je vous remercie pour votre attention et vous prie de croire, Monsieur, à ma parfaite considération.

Aucun commentaire: