jeudi 17 mai 2007

398 - Les deux erreurs

- Un, deux, quatre, trois, cinq ! C'est nous !

- Une deux, trois, cinq, quatre ! C'est pas vous !

Sans cesse les deux groupes se querellaient. Inlassablement ils se répétaient l'un à la face de l'autre, fielleux, leur petite vérité mathématique en guise d'argumentation.

Hé oui, il y avait le groupe des UN-DEUX-QUATRE-TROIS-CINQ et le groupe des UN-DEUX-TROIS-CINQ-QUATRE... Les premiers affirmaient sans rire qu'ils représentaient la plus belle erreur d'énumération, le compte le plus faux qui fût. Quant aux seconds, ils ne voulaient rien entendre, soutenant mordicus qu'ils étaient la vivante incarnation du "vrai" faux calcul, le plus faux compte qui pût exister dans le monde des chiffres.

Les deux groupes d'adversaires se battaient du matin au soir pour prouver à leur ennemi que la meilleure erreur mathématique était de leur côté. Bref, chaque groupe était persuadé de détenir les lauriers du faux compte.

Et puis un jour débarquèrent les UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ (1-2-3-4 et 5)... Ils venaient dans un esprit équilibré, paisible, sans la moindre intention de nuire à qui que ce soit ni à prouver quoi que ce soit à leurs bruyants et infortunés congénères, les hargneux UN-DEUX-TROIS-CINQ-QUATRE (1-2-3-5-4) et les belliqueux UN-DEUX-QUATRE-TROIS-CINQ (1-2-4-3-5).

Les UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ avaient un petit vice : ils affectionnaient particulièrement les plaisirs sulfureux de la multiplication. Ce qui leur valait les blâmes les plus vifs de la part des ZEROS, ces gens austères, secs et dignes (et il faut bien le dire, somme toute assez vides) pour qui la multiplication inconsidérée était synonyme de débauche.

Il faut reconnaître qu'elles étaient sacrément bien tournées les petites multiples nommées DIX, ONZE, DOUZE, TREIZE et compagnie ! Avec leur belle grosse paire de chiffres, elles ne laissaient pas indifférents nos petits numéros... Et si elles s'attiraient la plupart du temps les foudres des ZEROS, elles n'en paraissaient que plus attirantes aux yeux de ces chauds lapins qu'étaient les UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ. Mais ceci est encore une autre affaire. Revenons à nos lascars.

Un jour, alors que comme d'habitude les 1-2-4-3-5 se disputaient avec les 1-2-3-5-4 la palme de la meilleure erreur, s'immiscèrent entre eux les pacifiques 1-2-3-4 et 5, qui les interrogèrent en ces termes :

- Mais pourquoi donc vous disputez-vous tout le temps ?

- Vous ne pouvez pas comprendre vous, vous êtes les UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ, leurs répondirent-ils en choeur. Nous nous disputons parce que nos deux groupes sont persuadés contre l'avis du groupe opposé d'être la meilleure erreur...

- Mais pourquoi donc voulez-vous absolument être le meilleur faux calcul, leur répondirent les affables UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ ?

- Pour approcher la perfection pardi ! Car enfin, même en restant honnête nul n'arrive jamais à égaler l'infini, pas même le plus sain des calculs. Alors nous, nous avons décidé de tricher avec l'espoir que les erreurs que nous portons dans nos gênes nous conduisent, à force de faux calculs, au NOMBRE INFINI... Notre Dieu à tous. Il faut que vous sachiez que parfois nos erreurs de calcul nous entraînent très loin de vos chiffres habituels à vous les séries justes. Et cela nourrit notre enthousiasme de manière puissante car nous y découvrons de nouvelles vérités, surprenantes. Des mondes inconnus et fantastiques s'ouvrent à nous, que les plus justes et les plus honnêtes des calculs ne peuvent même pas concevoir et dont vous n'avez présentement aucune idée ! Pensez donc ! Ce ne sont pas de pauvres UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ comme vous qui auront une chance d'approcher un jour le Grand Infini. Que croyez-vous donc ?

- Soit. Mais qu’est-ce que cela vous apporte d'approcher notre Dieu tout Puissant ? Pourquoi vous rebeller ainsi contre l'ordre des choses, leur répondirent les vertueux UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ ?

- Pourquoi vouloir approcher le grand Infini, demandez-vous ? Parce que nous estimons avoir le droit nous aussi de goûter, aux côtés du Dieu INFINI, aux vertiges délicieux des hauteurs ! Pourquoi seuls les grands nombres, seuls les hauts placés de cette société de chiffres (complètement sclérosée soit-dit en passant), seuls les gros numéros auraient-ils le droit d'accéder aux sommets et pas nous ? Parce que nous sommes des petits, des comptes-misères, des laissés pour compte de la grande chaîne numérique, des moins que DIX ? Non, moi je vous le dis, ça n'est pas juste. Nous revendiquons les mêmes droits que nos supérieurs, nous réclamons le droit à l'élévation numérale au même titre que les nombres astronomiques qui règnent sur leurs inférieurs à la droite du Dieu Infini.

- Mais vous n'avez rien compris du tout, pauvres erreurs que vous êtes ! Nous, les petits, nous n'arrivons certes pas à la cheville des 1000 et des 100, mais nous nous multiplions avec n'importe lequel d'entre les plus petits de ce monde, et ce afin d'avoir avec eux beaucoup de petits 458, 545, 852, 744 ou 655, ou encore de petits 544 qui à leur tour feront des petits 245454414526 et autres 544852453547... Et ainsi de suite, pour qu'enfin nos arrières-arrières-arrières petits enfants parviennent un jour jusqu'au niveau des plus hauts placés et les détrônent en toute légalité. Si vous voulez approcher l'infini, jouez honnêtement le jeu. Et pour ça, il n'y a guère de mystère : il faudra vous sacrifier, accepter que d'autres prennent la relève, admettre que vous ne verrez personnellement jamais l'Infini mais que vos descendants, grâce à votre sacrifice, eux le verront. Seuls vos descendants bénéficieront de la terre promise par le miracle de la multiplication. Alors cessez de vous combattre mutuellement, faites la paix et peut-être enfin un jour là-haut on regardera ceux d'en bas avec un peu plus de compassion. Un jour viendra, peut-être, où les nombres seront enfin tous égaux entre eux... En attendant, faites la paix et revenez dans le droit chemin. Cessez de errer comme vous le faites, renoncez à vos hérésies, revenez dans l'ordre naturel des choses, redevenez de sages UN-DEUX-TROIS-QUATRE et CINQ. Et puis surtout n'écoutez pas les ZEROS, ces puritains froids et absurdes, et multipliez-vous entre vous. Commencez par vous donner la main au lieu de vous diviser en vaines disputes. Mêlez-vous à vos semblables au lieu de fuir ce monde dans des comptes illusoires, irréels. Revenez dans la communauté des chiffres droits et justes et multipliez vous avec eux. Vous ferez de grandes choses ensemble.

Comme elles n'étaient pas si sottes que ça, les deux erreurs finirent par comprendre qu'elles faisaient fausse route et bientôt se réconcilièrent entre elles avant de retourner dans le rang.

Et c'est ainsi que les erreurs mathématiques furent bannies de nos savants calculs.

1 commentaire:

Liliana Dumitru a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=4iPrGPG-MMs