jeudi 17 mai 2007

460 - Virtus !

Un peu d'humour cruel n'a jamais fait de mal à personne ! Caricaturons à loisir les outrances de la religion...

La religion est chose édifiante pour l'homme. Les préceptes de la religion de l'amour sont entre autres de bien châtier les enfants afin de leur inculquer ses lois. Surtout les petits infirmes, il faut savoir bien les dresser, bien les redresser, et au besoin à coups de lanières.

Il faut leur apprendre à se tenir droit à la messe, et ce même si le bon Dieu leur a mis, dans son infinie bonté, la colonne vertébrale de travers. L'homme n'est point un animal, aussi pour sa dignité il se doit de se tenir droit lorsqu'il est en prière. Quant aux autres petits êtres trop débiles pour être sensibles aux coups qu'on leur assène dans le but de leur faire entendre raison, il vaut mieux les livrer tels quels aux feux des démons, parce qu'il semble que ces enfants-là soient le fruit de coupables hyménées.

Les femmes qui auront péché avant le couronnement conjugal devront expier par là où le mal sera entré. On sera plus indulgent envers les offenseurs de ces femelles impies, tout en exerçant contre eux une sévérité symbolique : les hommes qui se seront rendu coupables d'un tel crime avec des jeunes vierges devront châtier ces dernières devant leurs juges. Ordinairement, le nerf de boeuf sied à cet usage. La femme dont on aura abusé des charmes, que ce soit par la ruse ou par la force, sera durement fouettée.

Si la femme a été violée hors mariage, elle subira en outre les châtiments prévues pour les vierges pécheresses : la bastonnade. Si le viol a été commis sur une femme déjà grosse, le fruit de ses flancs devenu alors impur se verra refuser le baptême. On le relèguera ensuite, dès qu'il parviendra à l'âge de pouvoir besogner, vers quatre ans, aux travaux des champs. S'il est chétif, il sera voué aux travaux des étables et des écuries.

On inculquera aux enfants l'amour du travail, le respect de l'argent, des traditions. On leur enseignera l'esprit d'économie, d'austérité, de sévérité. On fera d'eux des hommes. Afin qu'ils puissent plus tard s'unir avec des femmes qui leur donneront d'innombrables héritiers. Le dessein de la femme est de produire des enfants. La bonne mère sera un ventre généreux. La mauvaise épouse sera celle dont le ventre est infécond : ces créatures-là sont plutôt faites pour les plaisirs de la chair, donc pour les perditions. Les hommes qui se seront unis à de semblables monstres seront voués aux flammes éternelles de l'enfer, sauf s'ils paient un tribu financier à l'Église dont le montant est fixé par les autorités cléricales compétentes.

Ce qui devait être dit a été dit. Qu'il en soit selon la volonté de notre sainte Église catholique, apostolique, romaine.

Aucun commentaire: