vendredi 18 mai 2007

493 - La sorcière

J'allai visiter la sorcière. Avec sa coiffure à l'iroquoise couleur d'herbe, son blouson clouté démodé depuis vingt ans, son visage comme une terre desséchée, son tatouage frontal "no futur", son piercing à la lèvre inférieure, ses anneaux de pacotille aux oreilles, elle était ridicule et encore plus laide que si elle était simplement sénile. Bref, des allures d'actrice avariée version cheveux verts et artifices "rebelles". Sale, édentée, haineuse, elle me reçut avec aigreur. De sa voix rocailleuse :

- Que me vaut le déshonneur ?

En signe de salutation informelle, je crachai à ses pieds, ce qui parut plus la flatter que l'offenser... Puis prenant le ton le plus sincère :

- La sorcière, tu me fais rêver au fond de ton taudis. Je t'imagine penchée au-dessus de tes décoctions maléfiques... Ton charme agit, diablesse ! Ta silhouette affreuse sous la Lune me plaît. Me diras-tu les secrets de tes chaudrons ? Que fomentes-tu donc dans ton trou à rat ? Tu es pittoresque la vieille, et j'aime tes haillons pleins d'éclat.

- Passe ton chemin l'étranger. Moi Germaine Lafleur, sorcière des mythes et des cafardises, je te crache à la chandelle ! Cours donc tes pas au lieu de m'emmermifier avec tes chaptalettes emmiloflées !

- La sorcière, tu me montres tes chaudrons et je te chante les malheurs de la Terre, de quoi faire refleurir les chardons de ton coeur.

- Chante-moi les sels enivrants et les sèves amères de l'enfer que je les distille dans mes alambics enchantés, et ma masure est à toi mon Seigneur !

Ainsi en un instant je devins l'ami de la sorcière. Je l'avais séduite en lui révélant (et en les exagérant) les ragots les plus douteux qui circulaient non seulement à son sujet mais encore sur ses voisins qu'elle haïssait à mort. Elle me révéla les étrangetés mijotant au fond de ses chaudrons. Rien que des trésors banals : des crapauds éventrés, des vers de terre amollis, des escargots communs, quelques épluchures de bananes... Elle avait même ajouté un produit chimique inoffensif (issu d'une panoplie bon marché achetée chez un marchand de jouets) pour faire fumer le tout de manière artificielle... Un serpent venimeux en plastique surnageait d'ailleurs dans cette soupe tiédasse, et le comble c'est que je dus faire mine de le prendre pour un vrai pour ne pas la vexer ! Je fus déçu, moi qui m'attendais à des monstruosités plus visqueuses, plus malodorantes...

Aucun commentaire: