mardi 15 mai 2007

53 - Les enfants, ces viles créatures

Je n'aime pas les enfants. Je ne leur trouve ni la moindre intelligence, ni aucune sensibilité, ni rien d'humain. Ce sont des êtres infirmes : des esprits bancals, des coeurs imparfaits, des âmes promptes au péché.

On a l'habitude d'entendre dire que les enfants sont intelligents, hypersensibles, gentils... Foutaises ! Il n'y a qu'à constater la façon dont ils pensent, dont ils s'expriment, dont ils se gouvernent. Ce sont des ignares incapables de prendre des initiatives, inaptes au travail de force et de précision, hermétiques à l'art, à la philosophie, à la littérature...

Ils sont tout juste bons à babiller des inepties. Désobéissants, difficiles à dompter, naturellement portés vers les futilités, la saleté, l'anarchie, les enfants sont des ânes ne comprenant que les coups de bâton.

Il n'y a guère qu'avec les coups qu'on peut faire de l'enfant quelque chose de pas trop mauvais. Hélas ! Combien d'enfants mal battus, mal éduqués, mal dirigés par la badine ont compromis des adultes ? Combien de précepteurs ont dû rendre des comptes à la justice par leur faute ? Pour n'avoir pas admis recevoir de la part de leur maître quelques corrections corporelles méritées, des enfants insoumis ont osé se plaindre ! Honte à ces petits cancres rebelles et dénaturés qui par leur faiblesse de caractère, leur déchéance morale, leur mollesse physique ont fait traîner devant les tribunaux de bons et honnêtes redresseurs de torts à la réputation exemplaire...

N'est-ce pas là la preuve, s'il en fallait une, de la nature mauvaise et malsaine des enfants ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

avant de nous dire des inepties de ce genre a tu toi même été éduquer de cette piètre façon. Si ca avais été le cas tu ne parlerais peu-être pas de cette façon. A toi toute liberté de détester les enfants. Mais toi qui n'en a point, ne juge pas de leur compétence et de leur rôle. N'oublie pas que tu a toi même été enfant avant d'être ce que tu est aujourd'hui. Pour faire des homme et des femme il faut commencer par les metre au monde pour qu'ensuite ils grandissent et nous émerveillent. quoique si j'en crois se que j'ai vue jusqu'a maintenant sur ce blogue. La race humaine t'importe peu ,sauf si elle desert ta personne.

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

Bonjour Anonyme,

A votre avis, tout est-il à prendre au pied de la lettre dans ce texte ? N'oubliez pas un détail : nous sommes sur le blog d'un bel esprit.

Raphaël Zacharie de Izarra