samedi 19 mai 2007

546 - Quand tu seras mort

Quand tu seras mort je verserai de la crème de haricot au beurre de Charente dans ta bouche inerte, je soufflerai sans état d'âme dans tes oreilles définitivement bouchées, je froisserai des billets de banque devant tes narines sans plus d'utilité, je placerai douillettement mes pieds dans tes chaussons à carreaux, je briserai ta pipe en deux morceaux distincts. Quant tu seras mort, ordure, ne compte pas sur moi pour te regretter !

Ce jour-là, ce jour-là où tu seras étendu prêt à partir pour le cercueil, j'empilerai dans ta chambre devenue froide des boîtes vertes, tant et si bien qu'elles s'effondreront sur le plancher dans un fracas qui ne te réveillera jamais. Des boîtes vertes avec des trucs dedans, des choses lourdes, un peu carrées, un peu citronnées, pas tellement grosses. Mais bien claquantes.

Quand tu seras mort, fumier, il n'y aura pas de quoi pleurer ! Moi je sonnerai de la trompette tandis que tu dormiras. Et pendant que tu attendras comme un glaçon qu'on t'inhume bien profondément dans la tourbe du Nord, j'émettrai des notes aiguës dans la pièce. Quand tu seras mort je serai bien, moi. Et puis il n'y aura pas de fleurs tu sais, vu que t'es qu'un vieux chardon noir comme un boulet de petit pois. Je boirai un canon à ta santé. Une santé de défunt fini, ça s'arrose non ?

Vieux débris, quand tu seras mort il n'y aura personne pour te dire au revoir. Tu auras droit à des " Bon débarras ! " et puis à quelques crachats. Et je serai le premier à le dire, le premier à t'envoyer mon postillon parfumé de chique sur ton costume de bois, vieux cochon de gros verrat à truies que tu es !

Quand tu seras mort je chanterai l'hymne à ta crevaison. Et tu la fermeras, je jure que tu la fermeras ! Ha ! quand tu seras mort, sale poulet duveteux avec ta tête de poêle à frire, espèce de viande avariée, chien raté, vieux chacal puant, quand tu seras mort mon premier geste sera d'allumer un feu de joie avec ta carte d'identité et d'y attiser ce gros cigare que tu vois dépasser de ma poche depuis des lustres. Je me le réserve depuis toutes ces années en attendant le grand jour, tu sais.

Exquise, libératrice, quand tu seras mort ma première bouffée sera pour saluer la Camarde à ton chevet. Et dans mes ronds de fumée, mollement, méditativement je te chasserai de ma vie en fermant les yeux, les lèvres expulsant le tabac de Virginie dans un vertige extatique.

Car c'est en fumant un gros cigare de Virginie -et non de Havane- que je veux, te causant une ultime contrariété, fêter ton départ.

Aucun commentaire: