samedi 19 mai 2007

549 - Auto-interview

A la manière d'un vrai journaliste, je vais me poser quelques questions bien choisies. Le but : me dévoiler non sans éclat à mes lecteurs. Je me glisse dans la peau d'un reporter exigeant, conciliant, curieux et compétent, pénétrant et supérieurement doué pour mieux étaler à la face du monde les réponses faites à moi-même :

- Bonjour Raphaël Zacharie de Izarra. Je ne cache pas ma fierté de vous soumettre au plaisant exercice de l'interview. Quelle consécration dans une carrière de journaliste ! Mes questions seront simples, franches, précises, gênantes, odieuses, sottes ou bien très pertinentes. Vous pouvez toujours vous dérober : à la fois intervieweur et interviewé, vous restez le maître du jeu. A ce titre, j'acquiescerai simplement à toute retraite sans vous jamais juger : je vous connais assez pour vous pardonner ce genre de faiblesse.

- Vous plaisantez ? J'attends au contraire vos questions avec une joyeuse fébrilité. Qu'elles aient l'odeur du souffre ou de la mort, de l'herbe fraîche ou du fumier, de la vengeance ou bien du cake aux raisins, je me ferai un plaisir ostensible d'y répondre avec feux et fracas, voire artifices...

- Décidément Raphaël Zacharie de Izarra, vous ne cessez de surprendre ! Mais ne tardons plus. Raphaël Zacharie de Izarra, qu’est-ce qui vous fait courir dans la vie ?

- Ho ! Dans la vie vous savez je plane plus dans mes hauteurs que je ne cours à l'horizontale... Je suis un seigneur ailé, une sorte de chérubin couronné de sa propre gloire d'être ce qu'il est. J'ai les pieds dans les étoiles. Parfaitement déconnecté du sol. Ma tête est ailleurs, je ne suis pas de ce monde.

- Et la littérature ?

- Je considère la littérature comme une "grave bagatelle". A la fois fumée insignifiante et grande voile déployée vers l'imaginaire, pensée tantôt creuse mais enchanteresse, tantôt consistante mais indigeste, sucrée ou vénéneuse, parfois vitale et le plus souvent sans valeur, pour moi la littérature est un festin ogresque composé de mets variés, grossiers ou délicats. A ne pas mettre sous tous les palais. Les réponses strictement intestinales en général scellent le sort de bien des littératures. En tant qu'auteur soucieux de pondre de jolis cocos littéraires, j'essaie quant à moi de composer des plats qui montent à la tête et non qui descendent vers les tripes. J'ai fait le choix du vin fin et non du gueuleton profane. Il est vrai qu'à cette fin je saupoudre mes créations d'épices particulièrement relevées, l'essentiel étant d'échapper à tout prix à la réaction des viscères. Monter, voilà ma devise en littérature.

- Raphaël Zacharie de Izarra, vous aimez les femmes et abusez de leurs faiblesses pour votre plus grand profit, ça n'est un secret pour personne. Justement, quel est votre secret ?

- La femme est une créature aussi étrange que simple, complexe et primaire, répugnante et exquise. Les femmes belles et intelligentes aiment les amants odieux. Coquetterie de sensibilité supérieure. Les gens aimables sont insupportables aux beaux esprits : leur coeur fébrile affectionne les épines de l'amour. Oser dire aux femmes les mots qu'elles n'attendent pas, cesser de singer ces poltrons amants qui chantent de sempiternelles niaiseries, c'est déjà se montrer digne de leurs feux, c'est leur faire honneur par l'inédite épine et non par l'éculée pâte d'amande. Les considérer comme de glorieux objets dédiés à mes cruautés d'esthète et non comme d'insipides bouquets de fleurs à mettre en pot, tel est mon secret. Faire naître l'inattendu, l'indicible, la souffrance, voilà ce qui sied en amour. Faites couler les larmes d'une femme, vous gagnerez son éternelle reconnaissance. C'est par les sanglots que s'imprègnent les sentiments les plus durables. Marquez un coeur de votre sceau vénéneux, et vous le ferez battre comme une folle mécanique.

- Raphaël Zacharie de Izarra, vous êtes exquisément détestable. Parlons particule. Qu'est-ce qu'elle représente pour vous qui en faites si grand cas ?

- Rien. Absolument rien. La particule est mon plus cher faire-valoir de salon il est vrai, mais je sais bien que ces affaires-là ne sont là que pures mondanités justement, car enfin soyons sérieux : je ne me prends pas au sérieux quant à ma particule. Je joue avec ce hochet à deux lettres. Plus que de raison certes. Je ne fais que jouer cependant. Mais à vrai dire, pas tant que ça... J'avoue me laisser prendre systématiquement au jeu délectable de ma particule. Ce qui revient à dire que je suis finalement toujours sérieux quand je parle de ma particule, bien que je m'en défende. En définitive et pour être parfaitement honnête je répondrais que ma particule ne représente pas rien, mais qu'au contraire elle représente tout.

- Réponse pour le moins ambivalente... Raphaël Zacharie de Izarra, faites-vous preuve d'autant de "bonne foi" dans vos textes ?

- Il y a beaucoup de littérature dans mes textes, vous savez. Or qu’est ce que la littérature sinon l'art de jouer avec les mots ?

- Raphaël Zacharie de Izarra, d'où vous vient cette étonnante capacité à inventer, créer, imaginer, faire parler vivants et morts, hommes et cailloux sous votre plume ?

- Elle me vient de mes muses.

- Pouvez-vous développer pour nos lecteurs ?

- Les muses qui répandent leur haleine féconde dans le creux de mon oreille, et parfois entre mes lèvres, viennent principalement de l'Olympe, des divers panthéons qui m'entourent, qu'ils soient égarés dans l'oubli des siècles ou solidement boulonnés sur la place publique. Elles tombent encore de nues éblouissantes ou sont issues des ténèbres les plus effrayantes. Elles se manifestent aussi bien à travers les beautés sauvages et indomptées de l'orage qui éclate en plein dimanche que dans les molles sérénités vernales. Comme vous le voyez, mes muses sont convoquées depuis tous les horizons célestes, voire depuis le coin de la rue.

- Raphaël Zacharie de Izarra, j'ai encore plein de questions à vous poser. Plus je vous interroge, plus ma curiosité s'aiguise.

- A présent je suis las. Revenez un autre jour, voulez-vous ? Je vais me reposer un peu.

- Votre première dérobade, Maître ?

- Ce sera le mot de la fin. Ma foi, un peu de mystère dans cette affaire ne desservira pas ma cause.

Aucun commentaire: