samedi 19 mai 2007

554 - Le champ des mots

Au fil de la ligne ces mots tirés comme des flèches foncent vers leur point de chute. La phrase est une arabesque fulgurante, précise et fantasque née d'idées sages et délirantes que le style seul justifie. Sans cesse renouvelé, le verbe circule en tous sens, tourne sur lui-même, s'égare hors de son cadre, revient en son centre, musarde, vagabonde au gré des discours, erre sans fin et même parfois explose en mille éclairs féconds.

Adjectifs, noms, verbes, tous unis pour une même cause : l'extase textuelle, l'ivresse phraséologique, le vertige verveux. La plume est une arme qui caresse. C'est l'épée de la pensée, le plomb de l'esprit, la flamme du songeur.

Ce texte en trois paragraphes produit avec un minimum de lettres, d'espace et de temps un maximum d'éclat.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

http://www.dailymotion.com/video/xp021y_le-champ-des-mots-raphael-zacharie-de-izarra_news

http://www.dailymotion.com/video/xuc0ro_le-champ-des-mots-2-raphael-zacharie-de-izarra_news

1 commentaire:

filledemnemosyne a dit…

Il est vrai que la surface de ce champs est bien modeste.
Un jardin oserai-je dire.
Mais un jardin extraordinaire !

Avec des plates bandes judicieusement organisées. Des carrés colorés, quelques salades ça et là, des racines croquantes mi-sucrées, mi-salées, des pois de senteurs qui courent en hauteur, une girouette qui tourne la tête, des légumes d'autrefois, oubliés, désuets, et des rosiers parfumés mais méchamment acérés qui clôturent le tout.

Sans oublier un vieil arrosoir de fer blanc qui pleure les soirs d'été. Et un banc pour s'assoir et rêver.

C'est un champs lexical, mathématiquement "enspiralé", une corne d'abondance où il fait bon errer.