dimanche 20 mai 2007

582 - Les cloches du bedeau

Emile le simplet du village avec son air benêt de sacristain-né et son imposante stature était tout destiné pour recevoir de son curé la charge officieuse d'homme à tout faire. Plus exactement de sonneur de cloches, domaine dans lequel il devait bientôt exceller.

Fier de ses 130 kilos, il savait comme nul autre faire chanter le métal. Sa surcharge pondérale faisait merveille pour occuper cette fonction hautement spécialisée. Pouls du village, c'est du clocher que se répandaient les informations essentielles : funérailles, baptêmes, mariages, fêtes... Seule distraction du village, les cloches représentaient la voix du Ciel.

Emile avait découvert que de son habileté à battre l'airain dépendait la force avec laquelle impressionner les ouailles. Tristes ou joyeuses, il savait avec subtilité annoncer les nouvelles, influencer les coeurs dans un sens ou dans l'autre, accélérer ou apaiser leurs battements. Pas si sot qu'on le croyait, doué d'un pouvoir hors du commun, il avait très vite appris à nuancer les clameurs du clocher afin de mieux faire résonner les âmes.

Par exemple à l'heure du glas il pouvait à sa guise alléger les âmes en peine ou au contraire donner un air sinistre aux mariages, rendre poétiques, comiques ou bien infiniment solennels les dimanches matins, et tout ça rien qu'en modulant le son des cloches, à sa façon... Il pouvait choisir certains dimanches de remplir l'église ou en interdire l'accès. Il lui suffisait pour cela de manier d'une certaine façon les cordes du clocher pour attirer les fidèles ou les décourager. Au grand émoi du prêtre qui, comme les autres, ne comprenait rien à ces mystères, incapable de faire le rapprochement entre ces événements et l'écho des cloches. Ce qui amusait beaucoup Emile.

De sonnerie en sonnerie il s'initiait à cet art jusque là inconnu, dont lui seul d'ailleurs détenait le secret. Ainsi Emile agissait sur l'inconscient des habitants, manipulant à son gré son petit monde, parvenant même à toucher les personnalités les plus averties, les êtres les plus insensibles, les notables les plus instruits, changeant leur état d'âme, dirigeant leurs humeurs, provoquant chez eux joie ou mélancolie, sérénité ou excitation. Alors que tous, curés comme paysans, considéraient Emile comme un imbécile, lui les dominait parce qu'il maîtrisait leurs rouages intérieurs, à leur insu.

Emile, pour idiot qu'il passait aux yeux de tous, n'en était pas moins passé maître dans l'art de faire sonner le fond des êtres, par cloches interposées. Il était en quelque sorte le vrai chef du village, lui qui secrètement savait régler la mécanique des âmes.

Emile vécu longtemps à la tête de son orchestre de "diablotins à cordes".

A ses funérailles, tout le village se réunit autour de sa tombe. Le temps était calme, pas une brise. Au moment de mettre en terre l'humble cercueil du bedeau, les cloches de l'église se mirent à sonner légèrement sous un mystérieux coup de vent.

17 commentaires:

Liliana Dumitru a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Liliana Dumitru a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Liliana Dumitru a dit…

C'est mieux que Hugo! Chez Hugo, le bedeau est vaincu, écrasé, tordu, blessé par la voix divine que les cloches apportent sur la Terre.
Chez Izarra, le bedeau est élevé à sa dignité divine à travers cette voix, il la comprend et il se fait son ami, il la fait œuvrer pour les autres.
Liliana

filledemnemosyne a dit…

Voilà ma lecture. Elle est différente de la votre mais c'est que que ce texte m'inspire.

Donnez une once de pouvoir à un sot et ce sera le début de la tyrannie. (pas tout à fait dans les termes exacts et je ne sais plus qui en est l'auteur)

Manipulation ! Voilà la faculté du bedeau en question.
Mais, se demandait-il, fort de son ascendant sur la médiumnité des cloches en fonte, comme sur celles des “ pauvres cloches” qui réagissaient à sa guise, si la totalité de ses ouailles ne se laissaient pas mener par le bout du nez que pour leur bon plaisir ?

“Seule distraction du village” dit l'auteur ...

Les autres, les sots qui se croyaient intelligents en prenaient pour leur grade c'est sûr.
De quoi rétablir l'équilibre.

Quand au ciel, qui avait accordé au simplet ce pouvoir du langage pas forcément utilisé à bon escient, le jour de la mort du bedeau, il rendit aux cloches leurs droits. Elles lui firent alors un fameux pied de nez !

Enfin, ce n'est pas très grave. L'essentiel c'est qu'Emile eut une jolie existence malgré ce qu'elle lui laissait présager. Et que les pendules soient remises à l'heure et que tout le monde y trouve son compte.

Liliana Dumitru a dit…

Les textes de Raphaël sont, il est vrai, très riches.
Je reste sur ma façon de voir les chose; Émile n'est pas du tout un stupide; il est juste simple et pur ( en générale les plus intelligents sont traités de "simplets") . Atteint par la voix divine il s'élève à la toute puissance humaine.
La relation qu'il a avec Dieu lui donne la possibilité d'exprimer sa vraie nature profonde et intelligente, beaucoup au-dessus de la norme qu'il "manipule" pas nécessairement avec de la méchanceté, mais par pureté et jeu...Les cloches l'aiment, et le saluent comme un vrai roi qui descend dans la tombe, mais qui monte aux cieux.
Liliana

Liliana Dumitru a dit…

Filledemnemosyne,
De tout façon, un avoue ment "libre" de la supériorité de Raphaël sur Hugo, devant mes pressions inquisitrices, vous achèterait le droit de lire ses textes comme vous voulez...
Je précise, parce que vous ne me connaissez pas assez, que je plaisante et j'ironise sur certaines cotés de mon caractère...
Liliana

filledemnemosyne a dit…

Liliana,

Le simplet est effectivement un être pur à la base. Et d'une intelligence hors norme puisqu'elle n'entre pas dans les critères de l'entendement et n'est pas dans le politiquement correct. Peut être agit-il par jeu, peut être aussi qu'il "s'arrange toujours pour qu'elles sonnent de façon à ce qu'on les entendent de toutes les directions."(ce qui serait logique dans sa fonction de bedeau)
Mais le mot "manipuler" me gêne.
C'est lui je pense qui me fait avoir cette lecture.
On peut se jouer, mais pas manipuler. Jamais.

Sinon, j'aime bien votre idée du salut des cloches. Nous aurions la réponse à nos hypothèses si nous en entendions le son...

Et sinon, merci pour la dernière précision. Rassurez-vous je n'en doute pas.

C'est donc pour cela que j'avoue tout ce que vous voulez pour pouvoir rester libre de mes lectures.

Liliana Dumitru a dit…

filledemnemsyne,
Le texte parle plutôt de "l'art de faire sonner le fond des êtres, par cloches interposées."Pour moi il est le "manipulateur", voir le pédagogue dont les ouailles avaient besoin mieux que de leur curé . Quelqu'un qui sait faire raisonner le voix céleste ( le talent, la grâce) dans les cœurs . Enfin quelqu'un qui faisait parler le Ciel et ne s'exprimer par des mots en longues discours qui ne changent rien dans les gens. Là, je vois une partie de la personnalité de Raphaël...
Liliana

Liliana Dumitru a dit…

...qui sait faire parler la VÉRITÉ et sait faire crier le silence lourd d'écho ....

Victor a dit…

Liliana,

Tu as raison, Émile est le reflet supérieur de mon Quasimodo.
Ma lumière dans les étoiles se penche glorieusement devant le soleil levant de RAphael.

Victor Hugo

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Etrange, à 11 minutes 40 il y a une scène que j'avais écrite (scène des cloches du bedeau)...

http://www.dailymotion.com/video/xj8uv_le-chomeur-de-clochemerle-partie-4_shortfilms

Or c'est la seconde fois dans ma vie que je visionne ce film (je viens de le visionner pour la seconde fois ce soir par hasard et en tombant sur la scène en question -à 11 MINUTES 40 sur la vidéo-, j'ai bien sûr immédiatement songé à mon présent texte), aussi je me demande si cette histoire de cloches que j'ai écrite ne serait pas une réminiscence inconsciente du premier visionnage... J'aurais écrit mon histoire à travers le souvenir inconscient de cette scène du film ?

Ou n'est-ce qu'un pur hasard ?

En fait je ne sais pas vraiment car j'ai écrit "LES CLOCHES DU BEDEAU" il y a plusieurs années, alors que je connais ce film uniquement sur INTERNET. Or je ne visionne les films sur INTERNET que depuis 2005, date d'arrivée de YOUTUBE et de DAILYMOTION.

Ce qui signifie que mon inspiration aurait pris racine dans ce film de manière inconsciente ? Mais il me semble pourtant avoir visionné ce film pour la première fois il y a moins de deux ans. Or mon texte date de plus de deux ans.

Pourtant je me souviens avoir rédigé cette histoire de "pure inspiration", c'est à dire sans aucune influence extérieure. J'aimerais que cela soit juste le hasard car sinon cela signifierait que ce texte ne serait pas izarrien.

Pourtant je reste persuadé que je ne connaissais pas ce film quand j'ai écrit "LES CLOCHES DU BEDEAU". En revoyant cette scène que j'avais oubliée et qui ressemble tellement à mon texte, je suis très perplexe.

Raphaël Zacharie de IZARRA

filledemnemosyne a dit…

Ces films, d'une autre et très belle époque cinématographique, sont passés sur le petit écran de nombreuses fois du temps ou la télé était ce qu'elle n'est pas devenue aujourd'hui.
Il est probable qu'enfant, vous ayez sans vraiment le regarder, saisi des bribes et les avez enfouies au plus profond de vous même. Je ne suis pas psychologue mais c'est une explication logique.
Quoiqu'il en soit, votre texte est Izarrien. Ce sont vos mots, votre sensibilité et la magie qui s'en dégage qui le rende vôtre.

Ce qui est étonnant, c'est que vous ayez l'impression d'avoir revisionné ce film “par hasard”, ces jours-ci, à cette période ou nous discutons, justement, de votre texte.
Vous connaissez mon opinion, je ne crois pas au hasard. Par contre, à la subtilité de l'esprit, oui, bien sûr! Excellent le lien sur la vidéo.

J'ajoute que j'ai eu plaisir à revoir cet extrait et trouve que vous avez beaucoup de chance d'avoir, dans cette Olympe qui entoure la matière aurifère de votre cervelle, des sources d'inspirations illustrées par des géants comme l'était Fernandel. Oui, excellent!

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

filledemnemosyne,

Reste la première autre explication, plus ou moins acceptable selon l'angle à travers lequel on voir la chose, mais fort possible : le pur hasard.

Qui n'est pas tellement le hasard d'ailleurs car à sensibilité égale, on imagine les mêmes choses me semble-t-il. L'auteur de ce film (ou scénario) avec Fernandel était certainement proche de la sensibilité izarrienne, ou inversement, je suis proche de la sensibilité de l'auteur de cette scène. Nul besoin de se connaître pour se ressembler, avoir les mêmes idées ou chanter à l'unisson.

Je n'ai réellement aucun souvenir d'avoir visionné cette scène dans mon enfance. Et je crois très peu aux explications psychanalytiques.

Raphaël Zacharie de IZARRA

filledemnemosyne a dit…

Donc, n'ayant jamais vu ce film avant d'avoir écrit ce texte, vous ne pouvez dire que votre inspiration y a puisé. Ce n'est pas de l'inconscient.

Une nouvelle fois, je ne fais pas de psychologie. C'est de la pure réflexion sans prétention aucune.

Je ne vois pas en quoi le fait que seul le fruit du hasard redonnerait à votre production son “Izarrienneté”. Il est Izarrien. Un point c'est tout.

Mille, dix milles personnes reprendraient le thème qu'elles le tourneraient différemment.
Izarrien, à ce que j'en pense, ce n'est pas seulement une réflexion, un courant d'idée, une fulgurance de l'esprit.
C'est un assemblage fin et précis. Un savant mécanisme d'horlogerie. Une toile de maitre. Une œuvre magistrale.
Chaque texte, mini-œuvre en elle même, apporte sa pierre à l'édifice.

Abordant tant les sujets d'actualité que vous attachant au caractère de l'humain,il est logique que vous retrouviez sur votre route d'autres artistes (ou non artistes d'ailleurs) qui auraient eu une même “idée” que vous. Qui partageraient la même opinion. Et le hasard n'a rien à voir la dedans, puisqu'il n'y a pas de hasard. Juste un guide qui vous donne les directions. Les grandes lignes.
La nature de ce guide, je ne la connais pas. Chacun choisit le sien je crois. Ce peut être le bedeau, une main amie ou notre Dieu. Mais ce n'est pas le hasard.

Vous le soulignez, dans la réponse que vous m'accordez et là est sûrement le “fin mot de l'histoire”. Dans la réflexion que vous vous faites et que vous partagez avec vos lecteurs comme avec les visionneurs de l'extrait en question c''est une question de ressemblance mais dans une idée, dans le fond !

Ne soyez pas perplexe. Votre forme est unique.

filledemnemosyne a dit…

Je vais m'exprimer un peu sur "le hasard".
Je ne dis pas que ce soit forcément l'endroit pour le faire mais puisque vous l'évoquez, je ne suis pas tout à fait hors sujet.

Croire au hasard signifierait pour moi que l'on avance sans but. Sans raison. Parce que croire au hasard voudrait dire que tout est hasard.

C'est pour moi, tout ou rien.
Sinon ce n'est pas logique.

Les événements ne peuvent être fruits du hasard et provoqués.
S'ils sont fruits du hasard, les provoqués en découlent donc deviennent eux même fruits de ce hasard.
Alors, si tout est hasard, nous ne sommes rien et voués à rien.
Nous ne sommes que des "résultats".
Notre existence n'a aucun sens et de par là même notre mort non plus.
Nous ne servons à rien puisque les conséquences de notre existence deviennent "hasardeuses". A quoi sert de transmettre la vie ?

Et,à propos de vie, sur terre, comment aurait elle pu se régénérer lors de toutes les extinctions, de toutes les agressions?
Par Hasard? Impensable!

Pour moi, le seul "objet" qui puisse ressembler au hasard, c'est le miracle. Mais là encore, il est à la base provoqué.
Par Dieu ou par l'Amour.

Je ne dis pas que tout est écrit.
Mais je pense qu'il faut savoir suivre notre guide.
Certains l'appelleront ange gardien, voie, étoile, destin, intuition, volonté, instinct...

Matériel ou immatériel. De chair ou d'esprit. En soi ou hors soi.
Le tout est de le reconnaitre.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

filledemnemosyne,

Vaste débat auquel il me serait difficile de participer en toute honnêteté car soulevant des thèmes majeurs universels et pointus mais dont je pressens, tout comme vous, la glorieuse réponse de manière parfaitement intuitive.

Même si par ailleurs je demeure prudemment sceptique et critique à l'égard des réponses faciles dictées par l'intuition pure.

Il y a quand même certaines intuitions profondes qui ne laissent nulle place au doute. Par exemple quand je lève les yeux vers le firmament, écoute un chant sacré, contemple les beautés infimes de quelque insecte ou magistrales d'un paysage (même apparemment banal car rien n'est vraiement banal dans la nature), alors de manière fulgurante et définitive, JE SAIS.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Liliana Dumitru a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=sIBZEynSdrE&feature=related