dimanche 20 mai 2007

612 - Albert Figuetorack

Avec sa voix extrêmement stridente et ses propos complètement ineptes qu'il débite continuellement et sans raison valable, Albert Figuetorack (nom étrange inspirant d'emblée l'hilarité), déplaît à tous, hommes et bêtes.

Il fait fuir tout le monde sans jamais se rendre compte que sa simple présence est une torture pour n'importe quelle créature sensée ou sensible, tant il importune avec ses incessants, insupportables discours à propos de tout et de rien. Ni les chats ni les chiens ne résistent aux notes suraiguës de son incroyable voix de fausset. Les humains encore moins, ses paroles étant parfaitement vides de sens, dénuées du moindre intérêt. Il ne profère que des insanités, rien que des sottises, des absurdités de toute sorte ou les pires banalités, ce qui est peut-être encore plus intolérable.

Abruti fini depuis toujours mais tout de même conscient d'avoir une cervelle infirme incapable d'exprimer la moindre chose intelligente, Albert Figuetorack se complaît dans sa situation. Patauger dans la médiocrité la plus totale semble être son idéal de vie. Il ne songe aucunement à tenter de se rattraper de quelque manière que ce soit. Au contraire, il n'aspire qu'à se "perfectionner" dans la nullité.

Chose curieuse, il a éminemment conscience d'être un sot inouï mais ne s'aperçoit absolument pas que sa voix de flûte déréglée et ses infatigables paroles de sénile furieux agressent toute personne, tout animal à portée de voix. Même lorsqu'il est seul, à tous les moments de la journée il n'arrête pas le moulin à sornettes :

- Ha ! Y va faire du beau temps aujourd'hui, il va t'y faire le beau temps, le soleil qu'y va-t-y pas se laisser ennuager par les bancs de nuages enblandimanchés de blantitudes anti-rectaliennes car du caca c'est pas blanc hein ? C'est les nuages qui sont-y blancs comme pas du caca de beurre blanc. Y va-t-y faire du beau temps aujourd'hui derrière les nuages blancs que le soleil y veut-y percer par un trou dans le ciel ?

Et ainsi de suite. A propos du temps qu'il fait mais aussi d'un caillou par terre, d'une touffe d'herbe, d'un courant d'air... A chaque instant, à toute occasion c'est-à-dire mille fois par jour et cela tous les jours de sa vie, Albert Figuetorack manifeste à qui veut l'entendre -et personne ne veut l'entendre pas même le plus fou des hommes- les épuisantes arabesques verbales de son esprit tordu.

A cinquante ans il n'a jamais connu de femme. Ce qui le rend fou de satisfaction, ivre d'une inexplicable joie... Chômeur à temps complet, parasite des institutions sociales et client-profiteur sans scrupule des oeuvres de bienfaisance de sa ville, il hante à longueur de temps les magasins alimentaires, quand il ne demeure pas devant sa télévision allumée en permanence.

Le pire dans cette histoire, c'est que je crois qu'Albert Figuetorack est réellement, authentiquement, incompréhensiblement heureux ainsi.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x2j1z17_albert-figuetorack-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://www.youtube.com/watch?v=q76pTMpbLj0&feature=youtu.be

Aucun commentaire: