dimanche 20 mai 2007

615 - Funèbres funérailles

Le cercueil a été choisi noir, très noir.

Et même fort laid.

La cérémonie est plombée. Avec une perverse volonté de rendre l'ambiance la plus lourde possible, un grand portrait morbide du défunt pris juste après son trépas a été posé près du cercueil ouvert qui trône dans le salon empesé. Sur la photo comme dans le cercueil, les traits du décédé sont figés dans une grimace affreuse trahissant les indicibles tourments d'un moribond refusant de lâcher prise. On dirait qu'il a inspiré de l'air dans ses poumons en refusant de l'exhaler au moment "d'expirer", comme si à tout prix il s'était accroché à cette vie.

Une vieille tante aux traits macabres a été conviée.

Dans l'assemblée qui veille la dépouille planent des respirations phtisiques, des chuchotements graves, des bruits feutrés de vieilles chaises déplacées avec lenteur et dignité. Telles des présences déprimantes, encombrantes et fatales, de gros meubles austères en chêne font écho au cercueil. Silhouettes inquiétantes, de vieux chapeaux et de grands manteaux sombres passent, embaumant l'air d'odeurs âcres.

Stupeur générale : le cadavre pousse un râle lugubre à glacer les sangs ! Qui se termine par un ridicule gargouillement froid... C'est l'horrible vieille tante qui vient de poser sur le buste du macchabée un lourd, imposant crucifix, expulsant incidemment l'air vicié resté dans ses poumons.

Pas surprise du tout, l'espèce de fossoyeuse semble avoir l'habitude de ce genre de phénomène naturel. A croire que c'est dans ce but précis qu'elle a posé cet inutile fardeau sur le torse du mort, juste pour le faire "chanter"... Il faut reconnaître que le râle purement mécanique "involontairement" provoqué sur ce corps froid confère un réel prestige à la vieille tante sordide... N'est-ce pas pour ça qu'elle est venue ?

Les rituels d'usage que l'on a rendu les plus compliqués possibles, intentionnellement lents, parfaitement obsolètes, aussi pompeux qu'inutiles se sont prolongés jusqu'à la cérémonie religieuse, elle-même fort raide.

Direction le cimetière.

Pour mieux assombrir le tableau, les éléments s'associent aux événements : une pluie tenace à faire geler les os fait frissonner le cortège. Pour la plus grande satisfaction de la tante à la face de Camarde qui, contrairement aux autres, a prévu un parapluie.

La mise en terre s'éternise une heure durant sous la pluie. Discours oiseux à n'en plus finir, silences prolongés à répétitions, défilé des témoignages de fausse amitié, regrets hypocrites, hommages de circonstance chantés, versifiés, psalmodiés, caquetés, régurgités...

Enfin la dernière pelletée de terre est jetée sur le pauvre otage de ces manèges humains qui n'avait rien demandé.

Retour du cortège vers la demeure du défunt sous la pluie glacée pour y évoquer dans une atmosphère pesante à souhait les événements insignifiants de sa vie qui vient de s'achever avec d'ennuyeux, vains, mortels fastes...

C'est reparti pour des heures de lamentations stériles et d'interminables, complexes, obscurs rituels posthumes.

La vieille tante est aux anges.

Aucun commentaire: