dimanche 22 juillet 2007

753 - Le poison de la publicité

La publicité omniprésente dans notre société d'opulence prend des formes de plus en plus vulgaires...

Agressive, lourde, laide, elle viole les esprits les plus faibles. Autant dire la majorité des citoyens. A travers les spots télévisés et les affiches publiques, les "héros" mis en scène censés incarner le consommateur moyen sont en fait les parfaits archétypes de ce qu'on pourrait appeler les minables, les pauvres types, les abrutis. Qui s'en rend compte ? Certainement pas les intéressés...

Le consommateur de base s'identifie ainsi à ces modèles d'inepties, heureux d'être "reconnu" dans sa misère, son insignifiance, son vide. La publicité édifie des autels à sa bêtise, glorifie sa docilité, cultive sa stérile avidité, flatte son goût pour la médiocrité. L'âne bipède, enivré par ces carottes agitées sous son nez ne songe plus qu'à se vautrer dans l'ornière.

Authentique pornographie culturelle, véritable obscénité esthétique, les boîtes de conserve, les aliments pour chiens et les paquets de lessives s'étalent en gros plans, impudiques, aux coins de nos rues, sur nos frontons, jusqu'au fond de nos consciences.

Les minus affectionnent la bassesse. Ils appellent "liberté d'expression" les oeuvres insanes de ces odieux publicistes. Dans leur paresse intellectuelle savamment entretenue par ces publicistes qui les manipulent de la naissance à la mort, ils confondent la tolérance avec la criminelle bêtise consistant à accepter cette atteinte à la beauté, à l'intelligence, à la noblesse que représente la publicité... Les fabricants de rêves frelatés leur proposent de la bouillie pour bébés jusqu'aux services mortuaires, et entre les deux ils les font bêler au maximum de manière à pouvoir les gaver de bagnoles, de saucissons, de pots de fleurs...

"Braillez, chiez, mourez, on vous fournira les couches-culottes, le torchecul, le cercueil. Payez, on s'occupe de tout !", tel est le message de la publicité.

Aux minables la publicité propose vraiment tout et n'importe quoi pour les accompagner tout au long de leur existence : le réceptacle à excréments pour leurs bambins, la charcuterie pur porc qui les rendra heureux jusqu'au fond de leurs artères, le papier-toilette ultra-absorbant pour rafraîchir tout anus digne de ce nom...

Et pour finir en beauté, les publicistes proposent même du marbre bon marché pour le jour où ces crétins de vivants sortiront du circuit des consommateurs !

Et tout cela en gros plans sur les affiches géantes.

La publicité est décidément la pire arme de destruction massive de l'intelligence.

2 commentaires:

Naturellementvotre a dit…

"Les minus affectionnent la bassesse. Ils appellent "liberté d'expression" les oeuvres insanes de ces odieux publicistes. Dans leur paresse intellectuelle savamment entretenue par ces publicistes qui les manipulent de la naissance à la mort, ils confondent la tolérance avec la criminelle bêtise consistant à accepter cette atteinte à la beauté, à l'intelligence, à la noblesse que représente la publicité... "
Je suis d'accord en plus comme certaines émissions de tf1 pour ne pas la citer, s'essaye à rendre les "cerveaux disponiblent" en manipulant encore plus les foules, sorte de lavage de cerveaux bombardés par des messages subliminaux dissimulés entre les images dites normales à la télévision. On s'en rends pas compte mais le cerveau lui le voit et l'enregistre.

Anonyme a dit…

La télévision : Une géniale entreprise de crétinisation !?