dimanche 9 septembre 2007

759 - Vue sur les étoiles

Je contemplais depuis des heures le ciel étoilé de septembre, étendu dans un pré en quelque lieu reculé de la campagne sarthoise. La nuit était sereine, la brise douce.

Je m'endormis sous le firmament.

Je fis un rêve dans ce champ d'herbe. Un rêve mystérieux et pénétrant, puissant et profond. Un songe à la fois étrange et réel, un mirage comme une vision. Une sorte de fantasmagorie faisant naître en moi des sensations étrangères et familières où je vis ce qui se trame dans les profondeurs des galaxies, ce qui s'y passe à l'échelle humaine... Comme si le temps d'un somme j'avais eu dans la tête les pensées du dieu Jupiter ou que des flammes divines avaient éclairé subitement le ciel devant moi. Bref, ma conscience s'ouvrit sur le cosmos, sonda les espaces infinis pour aller observer jusqu'au moindre insecte, jusqu'au plus petit grain de sable, jusqu'à la plus quelconque peuplade d'hommes vivant là-bas sur des planètes aux confins de l'espace... Par quel prodige eus-je accès au grand théâtre sidéral ? Peu importe. Toujours est-il que là, endormi par une nuit de septembre en pleine campagne, je vis couler au-dessus de moi l'incommensurable fleuve cosmique. Composé d'une infinité d'étoiles, ce flot que l'on nomme Univers charriant la vie à gros bouillons, sans fin, sous des millions de formes, je l'ai rêvé.

Et ce songe était palpable.

Voilà ce que je vis :

Des humanités par milliards peuplant l'Univers, des mondes minuscules ou gigantesques, certains aussi isolés dans l'espace qu'une coquille de noix en pleine mer, d'autres rassemblés en bouquets formés de millions d'étoiles. Partout, des peuples, des civilisations, des océans humains. Des races d'hommes variées, étonnantes, magnifiques, laides, effilées, trapues... De la vie même là où c'est inimaginable, des espèces animales par milliards répandues à travers autant de mondes. Ces mondes multipliés eux-mêmes par cent milliards : autant qu'il y a de galaxies, abritant chacune cent milliards d'autres formes de créatures ! Des contrées grandes comme des planètes et des planètes aussi vastes que des petits soleils. Il n'est pas rare qu'en ces lieux mille Chine puissent ne former qu'une province d'une partie plus étendue encore. Deux-cent milliards d'individus s'agitent sur certains globes. Dix milliards de sosies parfaits vivront et mourront simultanément sans jamais soupçonner que leurs doubles pussent exister à dix milliards d'exemplaires, dispersés à travers l'océan sidéral... Moi, je les ai vus.

J'ai vu bien des choses encore : des empires paisibles de plus de 100 000 ans, des bâtiments étranges, des grandes villes silencieuses et mystérieuses, habitées par quelques personnes seulement. Et sur cet autre monde, qu'étaient ces déserts semés de cubes de verre oranges hauts comme des maisons ? Des cités endormies ou des champs de batteries solaires ? Ailleurs, par millions des habitants primitifs sortaient de leurs forêts et s'alignaient pour former des signes magiques. Il y avait des processions de toutes sortes, sur beaucoup de mondes très différents les uns des autres. On brandissait des espèces de noix géantes en pleurant dans les rues tortueuses d'une cité sombre sur tel monde. Sur un autre des voix à l'unisson scandaient des mots aigus le long d'une route étroite (cette route était creuse et faite d'un assemblage de plusieurs bandes de couleurs différentes) tout en faisant jaillir des fumées bicolores dans lesquelles se formaient des images de paysages (des genres d'hologrammes ?) à partir de cônes géants translucides posés sur leur tête... Qu'était-ce donc ? Une manifestation de revendications sociales, des opposants politiques, des réjouissances profanes, des ingénieurs établissant des mesures lors de travaux publics ? Il m'a été permis de voir, non de comprendre.

Ailleurs il y avait un homme qui marchait dans une prairie vêtu d'une multitude de cercles -d'un rouge vif- très minces superposés, comme suspendus en l'air par je ne sais quel effet magnétique tout en épousant sa silhouette et ses membres (un peu comme le bonhomme Michelin). Ces cercles tournaient sur eux-mêmes lentement tout en flottant autour du corps de l'homme qui marchait. Je me dis : voilà une espèce de farfelu qui, comme chez nous, entreprend quelque exploit courageux et inutile. A l'image de nos "traverseurs" d'océans à la rame, de ces sauteurs de tours en parachute, de ces excentriques allant se perdre volontairement dans le désert munis de casques à pointe ou de ces funambules habillés en clown qui font du vélo en équilibre sur une corde suspendue au-dessus de quelconques chutes d'eau... A moins qu'il ne s'agît d'un citoyen banal d'une république utopiste ou d'un royaume complexe en train de vaquer à des occupations fort ordinaires échappant à mon regard profane... Comment aurais-je pu interpréter avec justesse ce que je voyais ? Des gouffres psychologiques, des abîmes philosophiques me séparaient de ces mondes. Je me contentais d'observer, émerveillé, étonné, amusé.

J'ai pu voir mille autres choses que je suis incapable de nommer, des merveilles impossibles à relater, des phénomènes que je percevais comme extraordinaires et qui semblaient naturels à des milliards d'individus...

Lorsque je me réveillai l'herbe était humide, les constellations avaient changé de place. La vision avait duré deux heures... Je sais intimement que ce songe n'était point un mirage mais un voyage fulgurant vers des mondes disséminés à travers le cosmos, un voyage qu'il m'a été permis d'effectuer comme une grâce, emporté par les ailes de Séléné.

+++++++

PRECISION DE L'AUTEUR

A ceux qui à travers ce texte me reprocheront de m'égarer sur les sentiers d'une imagination à leurs yeux peu réaliste :

Ne serait-ce pas plutôt le manque d'imagination qui paralyse les petits esprits et les empêche de projeter leurs pensées plus haut que leur friteuse électrique, plus loin que leur programme télévisé du samedi soir ? La réalité dépasse de toute façon tout ce que l'on peut imaginer et ce dans tous les domaines, la preuve à chaque instant sous nos yeux que ce soit à travers le mystère mille milliards de fois reproduits du brin d'herbe, du moucheron, à travers l'incroyable complexité du cerveau humain ou bien tout humblement à travers les atomes de l'air qui nous entourent... Tout procède d'une imagination infiniment plus fertile, plus folle que la simple imagination humaine qui elle ne prend qu'une infime mesure de la réalité des choses.

Qu'aurait donc pensé un laboureur du Moyen-Âge s'il lui avait été donné de voir son descendant taper sur un ordinateur dans son exploitation agricole ? Il aurait dit :

- J'ai vu un paysan s'entretenir avec un carré plein de lumière et le carré lui répondait avec des signes magiques qui apparaissaient, disparaissaient. Puis naissaient des images fulgurantes qui s'agrandissaient, rétrécissaient... Et même des bruits étranges sortaient du carré lumineux. Ensuite le paysan est sorti de sa maison et un énorme animal de fer l'a avalé. Et je vis l'homme dans la tête du monstre qui rugissait, il se maintenait accroché à une roue derrière les yeux du dragon, il était vivant mais ne bougeait pas, tournant juste la roue devant lui, et la créature avançait pour emporter sa proie jusque dans un immense champ de blé dans un grondement de tonnerre... Un oeil orange clignait au-dessus du démon d'acier et cet oeil éclairait le champ de blé comme une torche qui s'allumait et s'éteignait cent fois par minute !

Le paysan du Moyen-Âge viendrait juste de décrire avec ses yeux médiévaux un paysan contemporain faire ses comptes sur son ordinateur avant de monter sur sa moissonneuse-batteuse surmontée d'un gyrophare. Un fait qui nous semble à nous parfaitement banal peut être observé avec effarement, incrédulité par un témoin d'une autre époque ou d'une différente mentalité.

Je ne fais rien d'autre à travers mon "rapport de voyage" à travers les étoiles : je raconte avec mes mots de terrien du XXIème siècle ce que j'y ai vu. Je n'ai pas affirmé que je comprenais ce que je voyais, je n'ai fait que raconter ce que j'ai perçu du haut de mon esprit non initié, de la même manière qu'un citoyen de la Rome antique raconterait à ses contemporains le métropolitain de TOKYO du XXIème siècle ou notre aviation de transport de masse...

Soyez persuadés que des habitants d'autres planètes observant certains de nos comportements seraient aussi incrédules que vous face à ce que je rapporte de mon voyage onirique. Marco Polo racontant certaines scènes orientales n'avait pas été cru de ses contemporains qui l'accusaient d'affabulation (même si certains historiens prétendent qu'il ne fit jamais son voyage en Chine).

On pourrait ainsi multiplier les exemples.

Ce n'est pas parce que je raconte des faits avec mes mots que ces faits n'existent pas. Qu'on me laisse au moins la liberté de proposer à mes lecteurs l'évocation de ces autres mondes. Libre à eux de ne pas y porter crédit, de restreindre leur vue à leurs clochers, leur LOTO, leurs vacances en Normandie et leurs croquettes pour chiens.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/55989bbbe3262b4174df2564a95bdb7a/

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo!!!!!!!!! C'est magnifique, incroyable j'adore merci !!!!!!! :)








Naturellementvotre.

Jarvis a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jarvis a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

C'était quoi les autres commentaire très cher Izarra? quand même pas des insultes????









Naturellementvotre

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

J'ignore quel était le contenu des commentaires, effacés par son auteur avant que j'aie eu le temps d'en prendre connaissance.

Raphaël Zacharie de Izarra

Anonyme a dit…

que de fautes!
dans un pré et non dans un près

quand on emploie un style ampoulé il faut être irréprochable en ortographe...et ne pas compter que sur le correcteur de l'ordi

cloud a dit…

Moi, j'ai vu ici les merveilles que peuvent receler l'esprit d'un simple terrien.

Cloud

roland a dit…

c'est vrai que la pensée qu'autour d'autres étoiles, et dans d'autres galaxies sans doute (il suffit d'appliquer le principe de banalité, comme l'a fait remarquer Aimé Michel), plonge dans une confusion insondable, qui peut être exaltante, ou désespérante.
http://miiraslimake.over-blog.com/article-965236.html

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Ce n'était pas une faute à proprement parler, je sais faire la distinction entre pré et près, mais un manque d'attention.

Et même si j'avais réellement commis la faute, cela aurait été UNE FAUTE de temps à autre et non pas DES FAUTES SYSTÉMATIQUES... D'ailleurs qui n'en commet jamais ? Tous les écrivains en font. Il est certain que sur plus de 1100 textes j'ai pu commettre des fautes, de grammaire ou d'inattention, mais de temps à autre et non pas systématiquement.

Raphaël Zacharie de IZARRA