mercredi 2 janvier 2008

770 - Rue de Pologne

Il y avait cette rue -rue de Pologne-, terne, droite, anonyme, léthargique.

Mortelle.

Il était né dans cette rue et sa vie ressemblait à un dimanche qui ne finissait jamais, un jour d'ennui qui durait depuis vingt, trente, quarante ans. Eté comme hiver la rue s'assoupissait, se rétrécissait, s'aplatissait, stagnait dans un continuel, désespérant soupir. Il connaissait par coeur les maisons sans goût, les jardinets sans joie et les habitants sans relief de "sa" rue où jamais rien ne se passait, à part la pluie de mars et les échos de la télévision des voisins les samedis de juin. Enfer indolent qui lui ôtait les ailes ou bien paradis névrotique qui le rassurait, comment pouvait-il songer à quitter cette matrice médiocre ?

Cette rue, seul horizon de ce prisonnier sans désir condamné à y mourir, il l'avait en lui. Quitter ce cordon ombilical, c'était voir s'écrouler le monde sous ses pieds.

Célibataire sans histoire entouré d'une famille bienveillante mais sans consistance -voire insignifiante-, citoyen transparent aux convictions modérées -et à vrai dire sans conviction du tout-, homme stable bien intégré dans son travail, bref moineau sans plume édifié dans une routine parfaitement huilée, son existence se résumait en un mot : torpeur. On pouvait ajouter : tristesse.

Et puis un jour... L'apparition !

Une femme.

Une femme dans "sa" rue. Pas une femme comme les autres femmes habitant la rue, pas une de ces ombres si reconnaissables, épouses ou ménagères, mères ou travailleuses à la vie simple et aux aspirations limitées qu'il avait vu vieillir sous leurs tabliers non, pas une de ces femmes sans visage, invisibles. Lui avait vu un fantôme, un ange, un démon, une déesse, la lumière, l'inconnu, le souffre, le ciel... Enfin une femme, une femme belle, désirable, mystérieuse. La première qu'il voyait hors de son monde, loin de son éducation, aux antipodes de ses petitesses. Une femme...

Tout se déchira en lui : sa famille d'humbles ouvriers, son existence morne, son célibat apathique, et surtout, surtout "sa" rue qu'il se mit à détester de toutes ses forces pour la première fois de sa vie. Une femme. Qui aurait pu penser à un événement aussi prodigieux chez cet homme sans existence ? Une femme, c'était la fin du monde.

La fin de SON monde.

Il se mit à aimer. Pas comme il aimait son caniche, pas avec cette tendresse apprise, singée de dimanche en dimanche en compagnie de ses pairs, pas avec cette tendresse misérable de pauvre vieillard qu'il a toujours été depuis sa naissance, non.

Il aima comme un astre. Il aima avec une dignité nouvelle qui le rendait homme, mâle, grand, beau, fort, radieux : Homme enfin.

Il aima cette apparition au point de la rechercher au-delà des bornes de "sa" rue. Ainsi à quarante ans le mort-né tira un trait passionnel sur la rue de Pologne, quitta sa famille de séniles, quitta son existence de minable et retrouva la passante au regard de flamme. Il goûta à la pierre, goûta au sang, se délecta des fruits amers de la vérité, bu à satiété l'eau de mer et se noya dans un étang de soleil.

Bref il expérimenta la vie, la vraie. Elle n'aima point cet oiseau à l'essor tardif toutefois, ce qui limitait ses choix entre le suicide et le retour à la rue de Pologne... Il opta pour l'entrée dans les ordres.

Il avait quitté rue, famille et travail pour connaître les affres du coeur en proie aux passions les plus chères de l'homme et se retrouvait crucifié sous la bure que désormais il portait pour la gloire de l'Amour, cause pour laquelle il avait décidé de dédier le reste de ses jours.


10 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
vous lire est un éternel enchantement. Un grand merci pour
vos beaux textes que vous avez eu la gentillesse de rédiger sur mon
livre d'Or. Il m'arrive de les relire et de les relire encore.
J'apprécie votre style d'écriture et la pertinence de vos propos.
En ces premiers jours de la nouvelle année,je viens me promener dans de vos pages.

Chantal
http://site.voila.fr/channy
http://site.voila.fr/proseart
channy25@hotmail.com


Au plaisir de vous lire encore

Naturellementvotre a dit…

Il s'est réveillé, il s'est/l'a rencontré et est resté fidèle à lui-même/elle!! Exquis :)

Anonyme a dit…

blablabal bliblabla blalblaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

barbie et carabosse a dit…

(Il s'est réveillé, il s'est/l'a rencontré et est resté fidèle à lui-même/elle!! Exquis :))

humm, ce n'est pas l'histoire de la Belle au bois dormant, ça ???!!

Naturellementvotre a dit…

"humm, ce n'est pas l'histoire de la Belle au bois dormant, ça ???!!"

Bah j'y avais pas pensé mais le texte fait plus référence à une histoire triste à la fin puisqu'il finit tout seul, et puis on peut voir aussi ça sous l'angle plus "égoiste" dans le sens où il se cherchait et s'est trouvé et est donc resté fidèle à lui-même... :)

barbie a dit…

Bah en fait, je faisais plus référence au passage monde léthargique-rencontre avec l'amour-renaissance. Et puis l’histoire aurait été banale si elle s’était terminée par « ils s’installèrent dans la rue Emile Zola, celle perpendiculaire à la rue de Pologne, vécurent heureux et eurent pleins de joyeux bambins ». et puis à quoi sert une quête si c'est pour garder son ancienne peau, enfin je ne vois pas trop l'intérêt.

Porto William de Saint Nivel a dit…

Bien !!!!!!

Mais là :
"Il aima comme un astre. Il aima avec une dignité nouvelle qui le rendait homme, mâle, grand, beau, fort, radieux, Homme enfin."

Erreur de ponctuation à la frappe sans doute... pour l'évidence :
"radieux : Homme enfin."

Amicalement

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

Porto William de Saint Nivel,

En effet, j'aurais dû mettre les deux points au lieu de la virgule. Je corrige donc. Merci pour votre remarque.

Raphaël Zacharie de Izarra

Porto William de Saint Nivel a dit…

Voyez à votre adresse email, mon message.
Amitiés.

Anonyme a dit…

Sincères félicitations,
très cher Raphaël Zacharie de Izarra , le "portraitiste" de l'âme et le sculpteur de mots.
Merci pour ce sublime texte !
Aldéhy