mercredi 4 juin 2008

789 - Tante Jeni

Aujourd'hui dimanche, pour la jeune et joyeuse famille c'est jour de visite chez tante Jeni, vieille célibataire roumaine arriérée à la mentalité, aux moeurs et au corps définitivement rigides

La vieille parente porte avec mauvaise humeur ses soixante années de chasteté hargneuse. Elle reçoit avec ostensible retenue les bambins et leurs géniteurs qu'elle appelle d'ailleurs "géniteurs" afin de bien faire comprendre aux invités que son coeur est un glaçon en forme d'arête... Chez elle les embrassades familiales, c'est mi bise, mi gifle. Les enfants incarnant à ses yeux le "péché du plaisir conjugal", elle tire grand orgueil de son célibat qui a préservé ses flancs de toute "souillure" et ne manque jamais une occasion de rappeler la "pureté" de son hymen à sa nièce pleine de joie et de vie ayant enfanté trois fois... Ce qui pour tante Jeni équivaut à une triple damnation.

Ce puits de haine, de bêtise et de sécheresse en chignon amuse beaucoup ses hôtes à la vérité ! Tante Jeni est laide, sotte, méchante, et c'est bien ce qui fait son prix. Qui d'ailleurs ignore les vices cachés de l'hypocrite ? Même les enfants savent les secrets de la vieille chèvre. Après la messe du dimanche, combien de fois l'a-t-on vu s'attarder sur la statue de Saint Sébastien, reluquant d'un oeil pervers ce corps lascif percé de flèches, allant jusqu'à baiser avec fausse ferveur les pieds du plâtre ? Même le curé qui n'a jamais été dupe de sa piété frelatée observe son manège, encore plus amusé que les autres.

Tante Jeni est, il est vrai, son ouaille la plus fidèle. Et la moins crédible. L'exemple type pour les autres de ce qu'il ne faut pas être. Cela dit son curé est miséricordieux, indulgent, charitable envers cette coche libidineuse déguisée en sainte icône.

Le plus drôle chez tante Jeni, c'est sa manie de nettoyer avec acharnement les poignées de portes de sa chaste et mortelle demeure une fois les invités partis... Tante Jeni, obsédée par le plaisir sexuel et ses mystères, suspecte sa nièce et son époux d'avoir copulé juste avant leur visite. Idée insupportable pour cette vieille carne acariâtre, ce qui justifie les réactions hygiéniques les plus extrêmes ! Jusqu'au grotesque, l'hypocrite ne craint pas de prouver le degré de sa "très grande pureté" en allant jusqu'à exhiber à qui veut les voir les chiffons artificiellement souillés ayant servi au nettoyage des poignées de portes après la visite de sa nièce et de sa famille ! Elle pousse parfois le vice jusqu'à conserver les chiffons usagés pendant toute la semaine afin de les montrer à la nièce le dimanche suivant.

Alors, avec un air plein de dignité, toute triomphante, elle étale devant sa nièce les chiffons ayant servi à la désinfection des poignées de portes de sa maison de "femme honnête", tandis que mentalement elle profère les injures les plus immondes à l'adresse de la jeune mère qui silencieusement l'écoute avec un mélange de lassitude et de pitié amusée...

Tante Jeni est un trésor, sa nièce le sait. Un trésor de monstre humain échappé d'un roman pittoresque et improbable, lui-même issu d'un siècle qui n'a jamais existé... Tante Jeni n'est pas de ce monde.

Et c'est d'ailleurs pour cela qu'elle existe, la tante Jeni : parce qu'aucun romancier n'aurait pu concevoir ce personnage, s'il n'existait réellement.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/dd2d14c0e1ee43665aace9dcc9ae3d94/

http://www.dailymotion.com/video/x3egdsb_tante-jeni-raphael-zacharie-de-izarra_travel

3 commentaires:

HB a dit…

Texte Brillant, bravo.

Job a dit…

Ce personnage est cocasse mais tout à fait banal ! Plus d'un romancier l'aura conçu. Texte amusant néanmoins.

Anonyme a dit…

La Paraskevi de Nabe (les connaisseurs apprécieront) sans le talent...