samedi 25 octobre 2008

811 - Société d'eunuques

Le floutage est partout.

De plus en plus systématique, il est en passe de devenir la norme.

Norme des ovins qui adhèrent sans broncher à la décérébration progressive, insidieuse des masses.

Visages, numéros d'immatriculations des véhicules, enseignes d'artisans, noms de marques, numéros de téléphones, le floutage se répand sur les supports les plus variés : depuis GOOGLE EARTH jusque dans les médias traditionnels en passant par la télévision, cette dernière ayant, semble-t-il, imposé le concept.

Cette pratique insupportable, forme grossière de censure qui ne dit pas son nom, est révélatrice de l'état d'abrutissement de notre société dévirilisée, infantilisée, faussement respectueuse des individus, de la loi, et surtout extrêmement frileuse devant les prêtres de l'économie et leurs logos sacralisés comme des icônes de saints ou des drapeaux solennels de nations.

Si bien que citer, montrer, dénoncer une marque est devenu un crime.

Cette censure qui risiblement se pare de grandes valeurs morales est en fait une condamnation du citoyen à devenir bête, docile, plus serviteur de causes viles que protecteur de réels intérêts humains. Le vrai but de la manoeuvre (initiée et orchestrée, me semble-t-il, par les maîtres des grandes marques commerciales et les médias complices) est de changer les mentalités face à l'importance croissante que prend l'économie dans la vie sociale.

Les rapports entre la publicité et les marques, les individus et leur image publique se codifient à l'extrême. Aujourd'hui il n'est plus possible de fumer ou boire de l'alcool dans un débat à la télévision, il est interdit de dire NÈGRE, VIEUX, INFIRME à travers cette même télévision (la télévision qui, rappelons-le, sans être un organe légal d'information ou de débat public s'est imposée comme LE vecteur "sérieux" de toutes les causes officielles) sans être accusé de racisme, de mépris ou d'irrespect. Nommer publiquement monsieur Dupont, Madame Duchemin dans une affaire mettant en jeu des intérêts aussi insignifiants que le respect de leur petite vie privée de français moyens fait courir le risque à l'imprudent d'être poursuivi en justice par ces "minables offensés" que je viens d'évoquer.

La protection de l'image du moindre quidam fait l'objet des plus chères attentions de la part des législateurs sacrifiant à l'air du temps. Et à ses inepties.

En bref, le floutage est un voile inique placé devant la vérité dans le dessein imbécile de mettre les gens à égalité devant la sottise ambiante.

En quoi montrer le visage de monsieur Dupont ou le numéro de sa voiture sur GOOGLE EARTH constitue une atteinte à sa dignité d'anonyme, à sa vie privée de plombier dont nul n'a que faire ?

Faut-il être profondément atteint par la stupidité générale pour se donner la peine de flouter chaque visage, chaque plaque minéralogique apparaissant sur les routes de GOOGLE EARTH ! Suivre le mouvement c'est se faire complice de la tendance et donc la renforcer.

Face à la montée de la crétinisation civile, je prône la "désobéissance izarrienne" : ne pas singer les eunuques, promouvoir la hauteur de vue et surtout dénoncer le floutage comme un pas décisif dans le processus d'enchaînement des esprits à des causes qui n'en sont pas.

VOIR LA VIDEO :

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Un point de vue plus tempéré aurait rendu votre texte davantage crédible. Le "floutage de gueule' , de pub, est effectivement, utilisé avec abus par les organismes que vous citez et certainement beaucoup d'autres. Les usagers obéissent à ce "mouvement" sans plus se poser de question: je floute, tu floutes, nous floutons.
Or, s'il s'avère que le quidam cède aveuglément à cette protection de l'image c'est tout bêtement, comme on dit dans les chaumières, parce que c'est toujours le petit qui paie pour les grands ( le floutage a commencé par l'outrance de logos publicitaires )
Nous constatons donc, comme souvent -pour ne pas dire toujours- que toutes ces interdictions ou toutes obligations mises sur le marché de l'évolution, sous couvert de moralité, sert en fait, la vénérable cause financière : "si tu floutes pas, tu paies"

Regardons maintenant le bon côté des choses:
Nous pouvons désormais compter sur la "vocation" d'avocat. C'est un métier d'avenir ! C'est pas lui qui demain, grossira la liste des chômeurs. C'est un jeu financier en plein essor. Mieux que le loto !

Anonyme a dit…

salut pauvre batard. Franchement tu fais pitier sale chien d'inculte. Tu ferai mieux de t'eduquer plutôt de debiter des conneries, clape merde.

Anonyme a dit…

zacharie de mes couilles. T'es trop laid sale singe.

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

Bonjour Anonyme,

Quel dommage que vous n'ayez même pas le minuscule courage, qui est pourtant à la portée des plus insignifiants moineaux, de signer ce commentaire très intelligent de votre nom...

Qu'avez-vous à craindre pour ne même pas avoir le courage de signer ?

Vraiment dommage pour vous. Tout ce qui est anonyme n'a aucune valeur, éloges comme railleries. Encore moins les sottes et stériles injures. Toutefois j'accepte de laisser les traces de passages de la gent pépieuse en ces lieux.

Ce qui me distingue fondamentalement de vous, c'est que d'une part je n'injurie jamais mes interlocuteurs, d'autre part je signe toujours mes commentaires.

Je pardonne plus volontiers les grandes lâchetés que les petites lâchetés. Ne pas avoir le courage de signer votre commentaire est très révélateur de votre mentalité.

C'est aussi les comportements répugnants des gens de votre espèce que je dénonce dans mes textes.

L'atmosphère qui vous entoure pue manifestement la pensée collaborationniste d'une certaine époque.

C'est vous dire le peu d'estime que j'ai pour les aboyeurs anonymes qui sont toujours très courageux quand il s'agit de dénoncer... Masqué.

Raphaël Zacharie de Izarra