vendredi 20 mars 2009

REPONSE AUX MINEURS DE FOND

Des associations de mineurs de fond veulent porter plainte contre moi, liberté d'expression en péril !


Ma vidéo sarcastique sur les mineurs de fond a choqué une certaine catégorie de gens dans le nord de la France prêts à saisir la justice pour me faire interdire mon droit à l'expression publique et à la caricature.

Je m'empresse de répondre à ces personnes heurtées par mes propos.

La vidéo est bien évidemment à prendre au second degré. Ce deuxième degré est tellement évident qu'il me semblait inutile de le préciser. Je n'ai jamais eu l'intention d'injurier les mineurs de fond, bien au contraire. Mon but est de dénoncer le scandale de la mine : l'exploitation des faibles par les forts. A travers l'humour j'explique dans la vidéo le caractère délétère, pernicieux, malsain de la sacralisation de la mine par ceux-là mêmes qui en ont été les victimes.

En tournant en dérision à un degré aussi élevé le sacrifice des mineurs de fond, je souhaitais non pas les blesser dans ce qu'ils ont de plus cher mais bien au contraire les éveiller à une vérité insoupçonnable, aux antipodes du discours officiel qui, en les caressant dans le sens du poil, resserre odieusement leurs chaînes mentales.

Briser le cercle vicieux de la pensée toxique, tel était mon véritable dessein.

Je présente mes sincères excuses à ceux que j'ai pu involontairement offenser avec mes propos. Je le répète, là n'était pas mon but. Je respecte les individus, qu'ils soient mineurs de fond ou patrons d'usines, travailleurs ou rentiers. Ce respect des individus qui est chez moi une règle d'or ne doit pas pour autant m'empêcher d'user de mon droit d'expression sur quelque sujet que ce soit. Je tiens à faire respecter ce droit et pouvoir continuer de caricaturer, brocarder institutions, professions, sociétés, etc.

Nous sommes dans un pays de liberté et de démocratie.

Il serait inadmissible que pour des raisons bassement corporatistes un groupe d'individus exerce sur ma personne un "chantage à la mémoire" pour faire censurer ma parole. Loin de nier le drame humain que représente le travail dans les mines, dans cette vidéo je tiens justement à dénoncer le caractère nocif de la sacralisation du métier. Je regrette que certains, moins subtils que d'autres -ou plus sensibles du fait de leur histoire personnelle- aient perçu mes propos comme une stérile et facile insulte envers les mineurs. Je comprends néanmoins ces réactions outrées, c'est humain. Encore une fois je tiens à présenter mes excuses publiques à ces personnes. J'espère qu'elles ne m'ôteront pas mon droit à l'expression.

Dans cette société d'images et de multimédias, paradoxalement la liberté d'expression est en danger. Après le floutage dans la presse des marques, des visages, des plaques d'immatriculation, du tabagisme, de l'alcool, du sexe des angelots, maintenant celui des opinions ?

Ma vidéo se voulait avant tout un sketche aux vertus pédagogiques et non des propos sottement injurieux -voire haineux- comme l'ont pensé certaines personnes hermétiques à la subtilité.

Sous la forme de l'humour noir et avec férocité j'ai voulu dénoncer cet infâme atavisme chez les mineurs de fond consistant à magnifier leur enfer. Dans cette vidéo je joue le rôle d'un aristocrate d'opérette qui tient un discours certes caricatural sur les mineurs de fond mais qui ose néanmoins faire remonter certaines vérités peu agréables à entendre.

C'est une caricature. Or une caricature est nécessairement répugnante, grotesque, insane. Je me demande comment on a pu prendre au premier degré des propos aussi outranciers dans la forme... Pour le fond, j'ai le courage d'exprimer publiquement ma pensée : cette corporation de victimes du travail (mais pas spécifiquement, d'autres corporations également) génère son propre enfer à travers sa culture, sa glorification de la souffrance de ses travailleurs.

Je suis très respectueux des individus mais cela ne doit pas pour autant m'empêcher d'émettre mes opinions personnelles ou de créer des sketches, aussi féroces soient-ils. C'est ce qu'on appelle le respect de la liberté d'expression. Je n'accepterai pas qu'un groupe d'individus se mette au-dessus des lois sous des prétextes socio-culturels, voire historiques, en voulant m'interdire de m'adonner à mes activités pédagogiques, artistiques, littéraires.

Je n'ai jamais voulu choquer mais édifier, éveiller les victimes de la mine à un autre son de cloche, leur montrer une voie libératrice.

Ensuite, libre à chacun de préférer les chaînes ataviques du conditionnement socio-culturel à la parole certes sarcastique mais lucide, sincère, libératrice de l'oiseau de bon augure que je suis, en dépit des apparences qui bernent si facilement les plus emportés de mes détracteurs... Choisir de demeurer captif de ses émotions, empêtré dans ses liens mentaux est parfois plus facile que d'accepter de prendre son essor.

Que des gens aient pu être choqués par cette vidéo est regrettable et je m'en excuse sincèrement auprès d'eux.

L'humour est d'ailleurs un excellent moyen de lutter contre la sclérose des esprits. Les gens incapables de prendre de la distance sur leurs souffrances passées sont à plaindre.

Les mineurs de fond n'ont pas le monopole de la souffrance. Le misérabilisme et la démagogie faciles tournant traditionnellement autour de cette corporation doivent être contrés sans mollesse car ils sont l'expression d'un abus qui a certes les faveurs d'un vaste public populaire et d'une certaine presse mais qui sur le plan moral est condamnable. Affirmer cela n'est nullement une négation de leurs souffrances passées.

A quand les procès contre les auteurs de romans sous prétexte que leurs écrits déplaisent à une minorité de manchots, de nains gauchers ou de victimes de la grêle de mars ?



Je persiste et signe dans mes propos, et pas dans l'anonymat comme le font très courageusement mes détracteurs. Ces mineurs de fond bornés qui voudraient museler certaines voix n'exerceront pas sur moi leur dictature prolétarienne. La victimisation systématique (et à des fins suspectes) de cette corporation n'a pas de prise sur moi. Nul ne me manipulera et je défendrai toujours ce que je crois être juste, vrai, et à chaque fois à visage découvert.

Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

Autre réponse à un mineur de fond qui me reproche mes propos sur ma vidéo :

Monsieur,

Je me suis expliqué à propos de cette vidéo : il n'y avait aucune intention de ma part de nuire à quiconque ou d'injurier qui que ce soit. Cette vidéo n'est qu'un sketche, rien de plus. Derrière la caricature je dis certaines choses que je pense, ce n'est pas une insulte que d'émettre publiquement mon opinion sur la question des mineurs de fond, que je sache !

Je ne cèderai pas au chantage d'une corporation qui voudrait s'arroger le monopole de la souffrance. Dans cette vidéo caricaturale j'ose dire quelques vérités. Si celles-ci déplaisent tant à ceux qui se sentent visés, cela les regarde. Je ne retire rien, j'assume totalement et à visage découvert la portée de mes propos qui n'ont rien de haineux ni d'injurieux. Bien au contraire, ils sont pertinents et courageux. Ils reflètent des vérités que certaines personnes préfèreraient, me semble-t-il, ne jamais regarder en face...

La forme n'est qu'une caricature, du second degré. Tant pis pour ceux qui ne comprennent pas la subtilité (ou qui feignent ne pas la saisir pour des raisons suspectes : recevoir en pleine face la vérité fait parfois mal).

Si vous n'avez pas assez d'humour pour rire de votre misère, tant pis pour vous. Si la souffrance de votre vie passée dans les mines vous rend intolérant à ce point, alors j'ai raison de dénoncer ce que je dénonce.

Si on devait céder à la pression de tous les gens susceptibles ou qui se lèvent le matin de mauvaise humeur, nous vivrions dans une dictature de l'arbitraire. Cette société malheureusement de plus en plus dévirilisée ne doit pas se soumettre à la loi des associations, quelles qu'elles soient. Des gens sont morts pour notre liberté, avancez-vous en guise d'argument... Justement ! Il est question de cette liberté si chèrement acquise que vous souhaiteriez retirer à certains de vos concitoyens.

Un comble !

Je vis dans un pays démocratique, libre et j'entends pouvoir continuer à jouir de ma liberté d'expression.

Je n'ignore assurément pas qu'en cette époque pleine de pantouflards procéduriers les humoristes sont souvent les boucs-émissaires désignés des frustrés, des geignards, des victimes en tous genres de cette société malade, déresponsabilisée, infantilisée.

Il est tellement plus facile de s'attaquer à des humoristes plutôt que d'affronter la vérité en face ! Je ne suis nullement responsable des malheurs du monde. Chacun doit assumer le fardeau de son existence. Ensuite, si certains ont perdu tout sens de la mesure et se sont sclérosés dans leurs "pathos" socio-culturel au point de ne pas supporter la dérision, je le répète : cela les regarde.

Votre légion d'honneur est certes respectable mais ne vous confère pas plus de droit que cela, de même que ma particule ne m'autorise pas à restreindre la liberté d'autrui. Mettre en avant votre légion d'honneur pour tenter d'exercer un chantage, me faire censurer ma vidéo est un abus, une indignité inadmissible !

Je vous tiens ici un discours viril, adulte, responsable : assumez vos souffrances, sachez prendre une salutaire distance par rapport aux gens qui vous brocardent et tout ira tellement mieux !

Si on devait faire le procès de tous les humoristes un peu féroces, on n'en finirait jamais... Moi-même si je devais faire un procès à tous ceux qui m'ont caricaturé, raillé (voire même menacé, ce qui est bien pire qu'une caricature sur vidéo), j'en serais encore à patauger dans le ridicule.

Si vous préférez continuer à vous torturer l'esprit pour une caricature que vous avez pourtant le choix d'ignorer, c'est votre problème. Les intégristes de la cause minière malheureusement édifient leurs propres barrières qui les isolent des humoristes.

Je respecte leur choix de tourner en rond dans leur cage mentale.

Qu'ils respectent de leur côté ma liberté d'ouvrir les portes de la saine réflexion.


Travailler dans la mine ne confère aucune vertu spéciale. Certains parlent du courage des mineurs de fond... Quand il n'y a pas d'autre choix que de descendre au fond du trou, où est le courage ? De même on parle du courage de madame Bétancourt qui fut prisonnière dans la jungle. Elle n'a fait que subir son état de prisonnière, n'ayant pas d'autre choix. Le vrai courage c'est agir quand il y a possibilité de choix. Subir sa condition est une attitude "par défaut", plus proche de la faiblesse que du courage.

Dire cela ce n'est pas être injurieux, c'est être réellement courageux, lucide, indépendant dans sa réflexion. Une pensée saine, authentique est une pensée qui n'est pas influencée par des pressions extérieures, ni dénaturée par des intérêts socio-culturels, politiques ou professionnels.

Dans cette affaire des mineurs de fond j'ai le choix entre la facilité (l'hypocrisie) et la difficulté (la vérité).

Flatter les mineurs de fond serait certes très confortable pour moi. C'est ce que font les hommes politiques soucieux de ménager leur électorat ou les patrons d'usines désireux de faire prospérer leurs affaires. Pourtant je prends la voie la moins facile, celle de la vérité. C'est ce que mes détracteurs me reprochent, ceux-là même qui font l'apologie de la transparence !

Ceux qui me reprochent de dire la vérité sont les mêmes qui reprochent aux politiques et aux patrons de mentir... Quand on la ferme, ils braillent, quand on l'ouvre, ils braillent.

La qualité d'âme des individus n'a aucun rapport avec l'extraction sociale ou les conditions de vie. Se servir de ses origines sociales pour tenter d'asseoir une autorité morale visant à écraser les autres, à les empêcher de s'exprimer librement est un procédé anti démocratique, infâme et pour tout dire digne des pires dictatures.

Mon rôle n'est pas de bêler avec le troupeau mais de lever le voile sur ce qui n'est pas si évident à voir.

Des messies d'enfonçages de portes ouvertes, il y en a à la pelle.

Des gens qui avec raison dénoncent les patrons véreux, les assassins, les pédophiles, ce n'est pas cela qui manque.

Qu'il y ait des patrons véreux, des pédophiles ou des assassins n'empêche pas qu'il y ait des gens "honnêtes" pas si nets que cela...

Une victime peut aussi être un bourreau qui s'ignore. Exemples : les mineurs de fond exploités par le système et accessoirement mangeurs de porc se font aussi les complices de la barbarie perpétrée dans les abattoirs.

L'ouvrier courageux, sobre, non fumeur, serviable, honnête, père de famille et porteur de la légion d'honneur qui va voir une prostituée exploitée par des réseaux maffieux a aussi sa part d'infamie.

Les exemples de ce type sont infinis.

Je n'ai aucun intérêt financier à défendre. Ma parole est libre, n'est aliénée à aucune cause extérieure, prostituée à nul intérêt alimentaire, matériel ou honorifique. Aucune autorité au-dessus de ma tête ne contraint ma parole à sa loi. Je parle sans contrainte sociale, psychologiques ou professionnelle.

Je ne suis influencé par aucun lobbies. Personne n'exerce de pression sur moi pour tordre ma pensée dans un sens ou dans l'autre.

Je ne suis pas là pour flatter qui que ce soit mais pour dire la vérité, tout simplement.

Il n'est pas donné à tout le monde d'user d'une telle liberté d'esprit.

Avant de parler, le mineur de fond aura sur ses épaules le poids des traditions, le regard de toute une corporation, l'assentiment des siens -restreignant naturellement toute liberté de pensée-, mais surtout sa réflexion sera enchaînée par le simple atavisme à des causes non pas universelles, désintéressées mais personnelles, partiales et il ne pourra par conséquent que réciter (de manière inconsciente) sa leçon apprise par coeur depuis le berceau.

Ce sera d'ailleurs exactement la même chose pour le patron d'usine, le banquier, le professeur ou le paysan.

Ce qui n'est heureusement pas mon cas.

Je ne cèderai pas au chantage des victimes de l'atavisme prolétarien, qu'ils soient porteurs de légions d'honneur ou de simples bérets.

Raphaël Zacharie de IZARRA


+++++++
Un mineur avance l'argument suivant : "Respect, valeurs, traditions, travail... "

MA REPONSE :

Ce sont exactement les valeurs de vos patrons. Ils ont réussi à vous les inculquer jusqu'à l'os afin que vous les transmettiez à vos enfants et que ces derniers deviennent de dociles esclaves à la solde des descendants de ces patrons-manipulateurs...

Vous vous croyez libres dans vos valeurs alors que vous êtes enchaînés à votre insu à des causes cyniques et iniques qui font de vous des êtres hermétiques à la critique.

Beau travail d'endoctrinement de la part des patrons !

Le respect du travail et de la tradition est une invention des exploiteurs du XIXième siècle pour mieux soumettre les masses ouvrières. De la même manière, le patriotisme de la guerre 14-18 est une invention des marchands de canons.

Il n'y a que les ânes pour marcher au bâton et à la carotte. Moi je carbure à la réflexion, pas à la gnôle de la pensée sclérosée et délétère conçue pour endormir le bon peuple !

Raphaël Zacharie de IZARRA
=======

Un autre mineur m'envoie ce message :
"C’est le dernier commentaire que je publierai sur ce site misérable. Ce matin, nous avons tenu une réunion de bureau et lorsque j’ai présenté la vidéo, j’ai vu des larmes couler sur les joues d’anciens mineurs ou de leurs enfants… J’ai honte pour l’auteur de cette infamie ! Le travail de certains de mes ancêtres dans les mines, leur sacrifice m’ont permis de poursuivre mes études et d’être diplômé de l’université. Aujourd’hui , je suis gérant de plusieurs sociétés, mais je sais aussi d’où je viens. Honneur et respect à nos anciens mineurs !"
MA REPONSE :

A présent le chantage aux larmes... Vous tombez bien bas !

Je songe à faire une vidéo encore plus féroce sur les mineurs de fond, donc plus édifiante, plus libératrice. Vos anciens auront des raisons supplémentaires de verser leurs larmes ataviques. De quoi alimenter leur masochisme socio-culturel durant leurs vieux jours ...

Quoi qu'il en soit, voilà une bien belle complaisance dans la victimisation ! Les mineurs de fond sont très forts pour cela ! A quand le lynchage des humoristes ? Ne suis-je pas leur bouc-émissaire rêvé ?

Le salut de la classe prolétarienne et la libération des esprits sclérosés se fera par le rire !

Vive la liberté d'expression et tant pis pour les pleurnichards !

Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

Un mineur me reproche de critiquer sa corporation et pas les puissants...

MA REPONSE :


Faire une vidéo pour railler Sarkozi dans l'affaire de la mobylette de son fils serait préférable selon vous que faire une vidéo raillant les mineurs ?

Pourquoi s'acharner de la sorte sur un citoyen sous prétexte qu'il est président de la république ? S'il y a injustice, moi je la vois dans ce harcèlement médiatico-pénal plus que dans la prétendue protection du président... Ce n'est pas parce que Sarkozy est un grand de ce monde qu'il mérite d'être poursuivi plus sévèrement qu'un quidam !
Pour se justifier les justiciers du dimanche revendiquent l'égalité des citoyens devant la loi... Et l'égalité devant la miséricorde, qu'en font-ils ? Le président a droit lui aussi à l'indulgence de la justice au même titre que ces Dupont-justiciers, ceux-là mêmes qui réclament des passe-droits quand ça les arrange...

Critiquer les mineurs demande un énorme courage : j'ai toutes les prétendues bonnes consciences sur le dos et j'assume. Trop facile de taper sur les habituels puissants sous prétexte qu'ils sont puissants ! Procédés de lâches qui se sentent ainsi protégés et soutenus par la vaste opinion publique...


Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

Autre réaction :


Je suis fils, petit fils et arrière petit fils de mineurs de fond.Mes parents, mes ancêtres ont laissé au fond leur sueur, leur sangvoir leur vie pour nourir leur famille dans le respect et la dignité.Tes propos à travers cette vidéo sontblasphèmatoires,orduriers,calomnieux, racistes.Comment oses tu traiter de porcs qui puent, d'illétrés, de souillonsde pinardiers tout cette corporation de centaines de milliers d'hommesqui ont oeuvré à grandes peines au nouvel essor de la France quandcelle ci était au plus bas.J'entends dés lundi, avec les anciens mineurs de mes asociations et familles de cesderniers, déposer plainte en justice à ton encontre pour proposinjurieux, blasphème et discrimination de la corporation ouvrièreminière.Tu as beau te réfugier derrière des excuses et des explications àdeux sous, le mal est fait et la situation est désormais irréversible.

MA REPONSE :


Monsieur,

Je suis descendant d'aristocrates torturés et raccourcis par vos ancêtres.

Etc., etc...

Et pourtant je ne vous demande aucun compte.

Je vous renvoie à mon article détaillé que je viens de compléter : http://izarralune.blogspot.com/2009/03/reponse-aux-mineurs-de-fond.html

Vous aurez tous les détails de ma pensée sur le sujet des mineurs de fond, si vous avez assez de bonne foi pour daigner en prendre connaissance... Et d'intelligence pour comprendre certaines choses au lieu de sempiternellement bêler avec le troupeau.

Si vous voulez faire le procès de tous les auteurs de sketches qui caricaturent, brocardent, exagèrent, hé bien je vous souhaite bon courage !

Êtes-vous aussi SOT, STUPIDE, BÊTE au point de prendre mes propos dans la vidéo au premier degré ?

Êtes-vous donc aussi sclérosé, sénile ou bien carrément alcoolisé pour ne pas faire la part des choses ?

Les gens comme vous peuvent même devenir de vrais dangers publics ! Quand vous regardez une pièce de théâtre, allez-vous prendre l'acteur qui joue le rôle du salaud pour un réel salaud dans la vie et le lyncher à la fin du spectacle ?

Visiblement incapable de prendre le moindre recul, vous réagissez par rapport à ce sketche avec Bêtise.

Avec un immense B qui ne fait honneur ni à vos ancêtres ni à vous-même, permettez-moi de vous le dire.

Finalement je n'ai pas grand chose à répondre à la Bêtise... La Bêtise a toujours été difficile à combattre.

Sans finesse, comment voulez-vous comprendre l'essentiel ?

Sachez bien que je persiste et signe.

Je compte d'ailleurs enfoncer le clou avec une vidéo encore plus féroce !

Et j'entends publiquement ridiculiser la Bêtise que vous incarnez vous et vos frères les ânes qui braient à tort et à travers contre tout ce qui n'a pas la même couleur que leurs oreilles.

Les puissantes associations et combatifs syndicats d'artistes et Intermittents du spectacle s'associent bien évidemment à moi dans cette lutte contre la Bêtise que vous incarnez.

Je ne compte pas épargner ceux qui me taxent de raciste.

Même si votre plainte est parfaitement irrecevable, je compte quand même donner une leçon magistrale à la Bêtise que vous représentez.

Trop facile de s'attaquer à un auteur inconnu... Vous ne m'auriez pas attaqué si je m'étais appelé DANY BOON !

Raphaël Zacharie de IZARRA
+++++++


REPONSE GENERALE A TOUS MES DETRACTEURS

Comment osez-vous être aussi bête, et publiquement encore ?

A votre place j'aurais honte de faire preuve de tant d'inintelligence, de grossièreté de jugement !

L'esprit de finesse ne semble vraiment pas être votre point fort !

Même un enfant de 12 ans saisirait l'ironie de ma vidéo... Faut-il être foutrement sot pour la prendre au sérieux !

Un tel manque de subtilité de la part d'adultes fait frémir quand on sait que ce sont les mêmes qui vont voter...

Et ces gens incapables de saisir l'ironie la plus élémentaire, de lire entre les lignes sont censés avoir des idées politiques ? On donne des bulletins de vote à ces cancres ?

Je n'ose imaginer vos réactions si j'avais fait un sketche sur le sujet des néo-nazis ! Vous m'auriez, j'en suis maintenant vraiment persuadé, accusé de faire l'apologie du nazisme ! Quelle honte de la part d'adultes prétendument responsables !

Faire preuve d'autant de bêtise, est-ce tolérable ?

Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

L'humoriste jouant le rôle caricatural d'un aristocrate d'opérette odieux n'adhère évidemment pas aux propos si outranciers qu'il prête à son personnage !

Confondre le personnage avec son auteur, le masque avec le vrai visage de celui qui le porte est une pure imbécillité ! J'ai fait maintes autres vidéos dans lesquelles j'endosse le rôle de personnages infâmes... Je parle des chiens, des femmes, des hommes d'une manière tout aussi féroce et surréaliste. Prendre au premier degré de tels propos, c'est de la Bêtise, c'est faire preuve d'une certaine grossièreté de jugement... Comment peut-on croire que je pense ce que je dis dans ma vidéo ?

La Bêtise est décidément une grave maladie de l'âme.

C'est cette même Bêtise qui est à l'origine des guerres, du racisme, de l'injustice...

Les Ayatollah de la cause minière n'imposeront pas leur loi sur DAILYMOTION !

Liberté d'expression en péril !

Après le scandale des intégristes musulmans voulant imposer la censure à la presse occidentale dans l'affaire des caricatures de Mahomet, aujourd'hui voici que pointent les baïonnettes des intégristes du prolétariat qui voudraient museler les humoristes de leur propre pays !

A quand la censure imposée par les imbéciles primaires et les cancres paresseux aux professeurs de mathématiques sous prétexte qu'ils ne comprennent rien aux subtilités des mathématiques ? Quand on ne comprend pas l'humour, l'ironie, quand on est imperméable à la finesse, on se contente d'aller à la pêche à la ligne !

Raphaël Zacharie de IZARRA
+++++++

Un bel exemple d'ironie sur le même mode que ma vidéo : "LES ENFANTS, FAUT LES BRÛLER", interprété par l'hilarant DIDIER SUPER :

http://www.dailymotion.com/search/Les+enfants+faut+les+bruler/video/x4egi4_didier-super_music
C'est du énième degré absolument irrésistible ! Mais à déconseiller aux gens sans finesse... Évidemment, face à cette vidéo vous allez vous aussi hurler à l'apologie de crimes d'enfants !

Ces gens qui accusent Didier Super de faire l'apologie de la crémation d'enfants sont de criminels, d'inénarrables, d'irrécupérables imbéciles !

Et c'est à ces crétins que l'on donne le droit de vote !

Comment voulez-vous que ces gens qui accusent Didier Super d'apologie de crime envers les enfants ou qui m'accusent de proférer des injures publiques envers les mineurs de fond puissent comprendre un discours politique quand ils sont incapables de saisir l'ironie la plus élémentaire ?
Raphaël Zacharie de IZARRA
°°°°°°°
FINALEMENT DANS UN SOUCI D'APAISEMENT GENERAL J'AI RETIRE MA VIDEO
Seulement on me demande à présent d'effacer cette présente page...
MA REPONSE :
Monsieur,

Pourquoi supprimer l'article ? Il n'offense personne. Au contraire il éclaire dans les moindres détails ma démarche filmique avortée.

Il est mon dernier espace de liberté d'expression au sujet de cette affaire, mon ultime bulle de respiration, la trace flagrante de l'intolérance de certains hommes à l'égard de la vérité, la triste preuve du triomphe de la bêtise sociale toute puissante sur l'Intelligence individuelle sans défense, le symbole de la victoire des ténèbres et des bestiales émotions sur la lumière divine de l'esprit crucifié au nom de la paix sociale. Sacrifié pour des causes temporelles.

La paix a certes été rétablie, mais non la vérité.

L'essentiel, c'est à dire la vidéo, a été mise hors de portée du public. Mes détracteurs n'ont aucune raison de vouloir m'écraser encore un peu plus.

Le reste, c'est à dire l'article, est censé n'être à leurs yeux qu'accessoire. Le point sensible était la vidéo et rien que la vidéo.

Une cause majeure me fait agir ainsi, une cause que j'estime supérieure à mes impératifs intellectuels, pédagogiques ou psychologiques : le respect des personnes et de leur sensibilité.

Ménager les sensibilités ne signifie pas pour autant adhérer à tout ce qui les flatte et maudire ce qui les offense. Je ne partage certes pas les valeurs populistes et les obsessions laborieuses des mineurs de fond mais je respecte la sensibilité des individus, quels qu'ils soient.

C'est au nom des hommes, par pure charité fraternelle donc, que j'ai choisi de retirer la vidéo, mais certainement pas au nom de la cause de la corporation car enfin je ne renie rien et tiens à le faire savoir dans cet article.

Cordialement.

Raphaël Zacharie de IZARRA

1 commentaire:

rené a dit…

vous avez oté la vidéo, c'est le moins que vous pouviez faire.
je ne suis pas convaincu que l'on puisse rire de tout, quelles réactions auriez vous eu sivous vous étiez attaqué de la sorte aux juifs par exemple ?