jeudi 7 octobre 2010

AMUSANTE ETUDE UNIVERSITAIRE SUR IZARRA

Trinity, une de mes nombreuses admiratrices, me permet de vous faire profiter de nos derniers échanges. Etant donné qu'ils ont un intérêt universel puisqu'ils parlent de moi, je souhaitais en faire bénéficier tout le monde.

Raphaël Zacharie de IZARRA

+++++++

Bonsoir Raphaël,

Juste pour vous dire que vous avez été l'un des sujets pour mon premier devoir à l'université.

Puisque j'avais pris du temps pour faire votre portrait, lequel j'ai tenté de faire le plus littéraire possible, je me suis dit: autant que ça serve.

J'ai eu quelques annotations de la prof, dont celle que je semblais avoir un attrait pour les personnages singuliers, et que votre nom avait une sonorité intéressante à l'oral, ce qui est vrai.

J'ai modifié un peu la ponctuation suite à ses remarques, changé un adjectif aussi, qualifié de lourd, et donc j'ai remplacé somptueux par ostentatoire, ce qui vous va bien mieux en fait, en plus de couper la fin un peu trop personnelle au FL et à quelqu'une, pour terminer avec "ferait pâlir les anges mêmes", qu'elle a trouvé: "bien!".

Elle a aimé la métaphore de la "table de son esprit", et la comparaison avec la plume tombée du ciel, du moins la partie de l'archange dont elle était tombée l'a fait sourire, j'avais un petit bonhomme qui sourit dans la marge.

Je vous colle le bout qui vous concerne, ça vous remémorera la chose.

Belle soirée Raffy... et merci de m'avoir inspirée, c'est un début, et il faut bien débuter quelque part.

Trinity

+++++++

J’aimerais vous présenter un personnage hors du commun, il est quasiment un univers à lui tout seul, et La Littérature incarnée, semble-t-il, comme il se plaît lui-même à se qualifier.

Enfin, un sujet libre ! Je vais en profiter pour faire un portrait, j’ai rencontré tellement de personnages, d’esprits intéressants sur le web, que ce serait un crime de ne pas faire un portrait et caricaturer l’un d’eux, le plus contrasté et étonnant dans son genre, en plus, ce sera distrayant, ça changera des textes sérieux, et quelquefois assommants.

Dans l'air givré ou brûlant d'un logis austère, cela dépend intimement de la saison, une masure princière sous les toits du Mans, gîte et cogite Raphaël Zacharie de Izarra.

Esthète frondeur inégalé, et inégalable, taciturne et flamboyant, il est tel une lyre descendue des hautes atmosphères, de ces cieux balayés aux grands vents de poussiéreuse lumière, une plume tombée du ciel, d'un archange, évidemment ! Mais de l'aile ou du cul ? Certains hésitent encore, mais pas moi ! C'est de l'aile ! L'autre est trop inélégant.

Casanova dédaigneux, il n'invite en les appartements ostentatoires de sa personne que les plus délectables pour le regard, les plus tentantes pour l'esprit, les plus belles pour sa galerie.

Il aime à se dire Peter Pan, mais il ment. Il est un plutôt un Barbe-bleue de ces dames.

À la table de son esprit qu'il a vif et beau, satiné et épineux, tout de contrastes étonnants -et même ahurissants !- de soleils et de pénombres, d'étoiles mordantes autant que de boues augustes, je m'y suis assise parfois, mais sans invitation formelle, vous l'aurez deviné.

Et là, les narcisses y fleurissent à merveille, hautes en couleurs, et trônent, raffinées, en bouquets exubérants, tout de senteurs d'azur ou de fange, indifféremment, mais savamment piqués aussi de délicates fleurs de ciguës, dont il aime distiller l'inquiétant, l'antique et foudroyant poison, mais des plus parcimonieusement, juste quelques gouttes, bénignes, excitant ainsi le danger de venir s'y attabler. Pour son cœur, c'est autre chose, je ne saurais décrire vraiment cet antre mystérieux.

Mais je sais qu'il aime passionnément, férocement, délicieusement, absolument... lui-même !... et que cet amour le comble d'un bonheur qui ferait pâlir les anges mêmes.

+++++++

Trinity,

Tout d'abord je suis étonné que vous étudiiez encore à l'Université, je pensais que vous étiez une femme adulte déjà, je veux dire dans la vie active.

Je suis flatté d'être un sujet d'étude universitaire, même si je commence à y être habitué : vous n'êtes, en effet, pas la première à avoir introduit mon beau nom à rallonge -ainsi que ses fruits verveux- dans des cours universitaires.

Le texte est non seulement réjouissant mais... Assez juste.

Par conséquent j'espère que vous me permettrez de le publier sur le FL. D'ailleurs même -et surtout- s'il avait été offensant je me serais empressé de le faire partager aux membres du FORUM LITTERAIRE.

Je compte éventuellement en faire profiter le reste de mon lectorat.

Oui, il est toujours très beau de briller et j'aime trop la lumière pour refuser de m'y exposer encore et encore... J'aimerais que tous profitent de ce prestigieux coup de projecteur servant non seulement ma cause personnelle mais également celle des Lettres, de la poésie, du Ciel et de ses hôtes.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Aucun commentaire: