lundi 18 octobre 2010

IZARRA : PIEUVRE ESTHETIQUE ?

SOURCE INTERNET DE L'ARTICLE :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/rimbaud-journaliste-polemique-40197

"A la recherche du Rimbaud perdu", c’est le film dont on parle abondamment en ce moment : hors festival de Cannes ! Tandis que la presse parle de découverte d’un écrit inédit du poète et que le journal Le Figaro confirme l’information dans son édition du 22 mai, un rédacteur d’Agoravox a réussi à se faire un coup de pub incroyable en répandant dans toute la blogosphère l’idée que cet écrit est un faux. Il a même rédigé un article sur Wikipédia. Mais d’abord qui est ce rédacteur ?

Raphaël Zacharie de Izarra est un rédacteur d’Agoravox. (Voir son profil).

C’est un personnage exubérant et particulièrement original. Pour vous faire une idée de son style, lisez son dernier article paru samedi "La contamination des sexes" qui a suscité une foule de commentaires. Voici également un extrait de son CV :

"Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon cœur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes œuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous ? Osons le croire."

Qu’a-t-il fait pour mériter que ce papier lui soit consacré ? Il est allé très loin dans son art de la provocation...

L’objet du litige :

En avril 2008, est découvert un texte inédit attribué à Rimbaud. Il s’agirait d’un article paru dans le journal Le Progrès des Ardennes en novembre 1870. Intitulé "Le Rêve de Bismarck", le texte s’en prend au chancelier prussien. Le journal Le Figaro consacre un article à cette affaire sous le titre "Rimbaud : l’incroyable découverte".

Pour le spécialiste de Rimbaud, Jean-Jacques Lefrère, la question d’un faux ne se pose pas et il déclare : "D’autres textes en prose ou en vers de Rimbaud attendent peut-être d’être exhumés dans ce périodique."

Seulement un rédacteur coutumier des coups d’éclat et insatiable de reconnaissance, Raphaël Zacharie de Izarra, par ailleurs journaliste citoyen sur Agoravox, s’est pris l’envie de faire parler de lui sur la blogosphère, de faire du buzz comme on dit. Et cela a marché ! Son nom et sa théorie du canular se propagent à une vitesse folle sur la blogosphère.

Certes, on savait ses écrits flamboyants et exagérément excessifs, d’ailleurs non dénués d’humour décalé. Mais dernièrement, il a poussé son sens de la dérision et du spectacle encore plus loin qu’à l’accoutumée en publiant sous chacun de ses derniers articles un commentaire affirmant la fausseté de l’article découvert récemment et attribué à Arthur Rimbaud par les spécialistes éminents du poète. Il a reproduit sa théorie sur de nombreux blogs si bien que ses allégations sont maintenant reprises de blog en blog. Mais Raphaël Zacharie de Izarra ne s’est pas arrêté là : il a rédigé un papier sur Wikipédia pour donner plus de crédit à ses allégations fantaisistes.

Sur canalblog, un internaute prudent s’interroge : "Ceci dit, ce jeudi 22 mai 2008, je m’aperçois que ce texte retrouvé de Rimbaud est toujours présenté comme authentique par une partie de la presse. Du coup, je me demande si le dénommé Zaccharie de Izarra ne serait pas un plaisantin, ou un auteur en mal de reconnaissance..."

Il n’a pas tort car entre ce rédacteur ultra fantaisiste et Le Figaro, qui serait le plus crédible selon vous ?

J’invite Raphaël Zacharie de Izarra à venir s’exprimer sous cet article afin d’apporter des arguments crédibles à l’appui de sa thèse du canular. Car ses développements sur Wikipédia ne m’ont guère convaincu, pour les raisons suivantes :

Il est notoire que Rimbaud a publié dans le journal Bosphore égyptienun long papier relatant son voyage dans le Choa et critiquant les affaires françaises dans la corne de l’Afrique, dans les éditions datées des 25 et 27 août 1887. Il manifestait par là des velléités à devenir journaliste. Ernest Delahaye, son camarade de collège et biographe, révéla que Rimbaud avait envoyé des textes au directeur du Progrès des Ardennesen utilisant le pseudonyme de Jean Baudry. Il semblerait que Rimbaud ait caressé, dès l’adolescence, le rêve de devenir journaliste. Le pseudonyme de Jean Baudry n’a rien de farfelu. Baudry c’est Rimbaud, syllabes inversées. Quant au prénom Jean, c’est son premier prénom d’état-civil et celui de son grand-père.

Il ne saurait s’agir ici d’affirmer avec certitude absolue que le document découvert est vrai, mais de pointer du doigt l’attitude facile qui consiste à propager des bruits sur internet en étayant peu ses thèses. Le débat est ouvert !

Aucun commentaire: