jeudi 24 mars 2011

909 - L'imposture cinématographique

Grâce aux artifices techniques et esthétiques les plus élémentaires et autres astuces et règles de bases issus de l'industrie du cinéma, à peu près n'importe quel quidam peut avoir la présence d'un Jean Gabin, l'aura d'un John Wayne, le mystère d'un James Dean ou la profondeur d'un Michel Simon.

La magie opèrera, quelle que soit la personnalité faisant face à la caméra. Eclairage, angle de vue, profondeur de champ, etc., tout vient de la technique. Le reste est secondaire. Un acteur non professionnel peut parfaitement apprendre à se comporter de manière crédible devant une caméra, c'est à la portée de n'importe qui. Très souvent le naturel, mieux qu'un subtil et docte jeu d'acteur, suffit à donner l'impression d'une maîtrise artistique aboutie, d'un sens rare et inné de la comédie... C'est à dire que le non jeu d'acteur, on le constate systématiquement, est plus puissant en termes scéniques que n'importe quelle savante gesticulation hollywoodienne ou moliéresque.

Beaucoup de naïfs dupés par ces illusions crient au génie de l'acteur quand ils n'ont affaire qu'à un pantin filmé sous le bon angle, le bon éclairage et avec le bon objectif. Et autant que possible, avec le masque de l'impassibilité car l'impassibilité est encore le meilleur passeport pour faire d'un vulgaire cabotin un "authentique" acteur dramatique ! On peut, je crois, nourrir l'imagination d'un public varié à travers un air impénétrable, tout simplement.

Bien évidemment, si en plus de la pure technique qui à elle seule suffit à faire croire au talent dramatique de l'acteur, celui-ci a une "gueule" comme on dit (belle ou sale, la "gueule" perce toujours l'écran), cela lui ajoutera du lustre, renforçant le mythe de l'interprète immortel... Et en général, à "talents égaux", autrement dit à capacités égales de restituer un texte de manière crédible -c'est à dire de manière parfaitement naturelle-, les acteurs de cinéma sont choisis en fonction de leur physique. Ce qui en définitive fera toute la différence. Ce qui prouve bien que ce n'est pas la manière de jouer qui importe le plus mais bien la technique s'occupant de mettre en valeur une silhouette, un visage, une attitude gestuelle, corporelle.

Woody Allen, acteur au physique pourtant dupontesque s'est imposé comme un grand interprète cinématographique mondialement reconnu grâce à son "jeu d'acteur" naturel. Alors imaginez un acteur physiquement plus convaincant adoptant la même attitude scénique... Ce qui fonctionne admirablement pour une tête commune telle que la tête de Woody Allen fonctionnera dix fois mieux avec des carrures imposantes comme celles de Alain Delon, Michel Simon ou Raimu.

Mais fondamentalement, aucun réel talent d'acteur n'est requis pour devenir un géant du cinéma.

Seuls les comiques ont besoin d'un vrai talent pour crever l'écran indépendamment des dispositions techniques.

Les autres crèvent la toile uniquement grâce au talent -pour ne pas dire au simple travail- des techniciens.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xhtopa_l-imposture-cinematographique-raphael-zacharie-de-izarra-elizabeth-taylor_news

5 commentaires:

filledemnemosyne a dit…

Parmi les comédiens de théâtre, il y a de bons acteurs.
Je pense à Niels Arestrup ou encore Clovis Cornillac.(et l'inoubliable Bernard Giraudeau, cela va sans dire)

Je constate que vos références en matière cinématographique sont également très classiques. Car peu se souviennent de Michel Simon. (Je pense à un film dont il occupe le premier rôle et qui vous plairait, j'en suis sûre. Je ne me souviens plus du titre, je cherche et vous le communique. Cela parle de la "beauté". Une histoire assez touchante)

Le septième art de nos jours donne la part belle aux effets spéciaux, au détriment du jeu d'acteurs...voire du scénario.
Le film doit être rentable et sa qualité se calcule en milliers d'entrées.

Les jeunes talents ont donc plus de mal à percer qu'autrefois.
Plus nombreux aussi, on ne retient pas leur nom parce qu'ils se voient, comme tout le reste, jetés aux oubliettes tels de vulgaires mouchoirs en papier, avant même d'avoir pu trouver le rôle de leur vie !

Izraël irrazaa de Rechapha a dit…

Je m'invente des noms compliqués, une vie, et des couilles, biens molles et inutiles, bien juteuses et poilues, qui poussent à l'ombre des pompeuses mélopées de lapins, derrière mon écran où mon cerveau amorphe de parasite social défie le muscle du monde.

Le NET (en majuscule s'il vous plaît), est mon domaine, même s'il ne le sait pas, et même si je suis le seul à le penser. Je suis une star du NET.

Azraël irazara de Reciahpah

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Je me suis inventé un nom très compliqué, en effet...

Et je fais de sacrés jaloux sur le Forum Bleu où surnagent anonymement des poètes ratés !

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

et moi hier soir puisque tu me traconte s des hallucinations, et bien j'ai passé masoiére avec Clovis. REt et toc!

Anonyme a dit…

Pa sclovis le roi des francs, l'ancêtre au prtit Sarko...non, Cornillac!C(est mieux. Faubourg 36 que c'était. Et toc!