jeudi 25 août 2011

927 - Éloge du chômage

Le chômage est un bienfait pour les plus pauvres. Par "pauvres" j'entends les esprits primaires abrutis par le matérialisme triomphant. Il permet à ces âmes indigentes de diriger leur regard ailleurs que vers le fond de leur gamelle.

Le travail est une distraction, au sens pascalien du terme. Il contribue à détourner l'attention humaine de l'essentiel. Le chômeur face à son désabrutissement progressif peut enfin, par la force des choses, prendre le temps de se poser de vraies et bonnes questions. 

Pas celles relatives au contenu de sa gamelle perdue, non. Celles concernant le sens de sa vie. Le sens de sa vie non pas par rapport à cette chère gamelle de chien formant le centre de son existence larvaire du temps qu'il était ouvrier, employé, salarié, mais le sens de sa vie débarrassée du fardeau des nécessités professionnelles. 

 Une vie aux antipodes de celle d'avant avec ses rentrées mensuelles d'argent péniblement gagné. Le chômage est un puissant désabrutisseur socio-professionnel. 

Il contribue à l'édification des individus demeurés sains. Le chômage rend leur dignité aux hommes qui avant n'étaient que des ânes poussant des braiments depuis leur fumier. En cela le chômage est une bénédiction pour les hommes de bonne volonté réellement courageux.

VOIR LA VIDEO : 

2 commentaires:

filledemnemosyne a dit…

Il faut néanmoins différencier le chômage choisi du chômage subi.

Purée, des jours comme aujourd'hui, je le choisirai bien !

Anonyme a dit…

Et puis il y a le chômeur intelligent qui a tout compris au système. Contrairement au chômeur niais qui dépense ses allocations pour se payer le "divin" iphone (par exemple). Je préfère "Eloge du chômage" à "JMJ". :)