dimanche 20 novembre 2011

941 - L'interview profonde

Interview de Raphaël Zacharie de IZARRA par Noëlle Simono du journal “Le Monde” (édition du mercredi 12 octobre 2011)

Raphaël Zacharie de IZARRA, allez-vous enfin éclaircir le mystère embaumant votre personnage si fameux ? Les journalistes se perdent en conjectures à votre sujet. Vous répondez scrupuleusement à chacune de leurs questions et pourtant nul ne parvient à vous cerner tant vos réponses prêtent à maintes interprétations, toutes contradictoires... Personne n’arrive à vous situer exactement. A droite ? A gauche ? Sur la Lune ? Ici ? Là-bas ? Nulle part ? Quand allez-vous cesser de nous faire tourner autour de votre nombril, de votre particule, de votre Farrah Fawcett, de vos chères “vérités féroces” comme vous dites vous-même sur votre excellent blog IZARRALUNE ?

Je suis très clair pourtant avec les reporters. Ce n’est pas de ma faute si ce siècle est aux demi-vérités, aux molles paroles, aux tièdes mythes. Voilà, je suis le défenseur de la veuve et de l’orphelin, même si personnellement je n’ai pas de particulière sympathie ou indulgence envers les indigents et les pupilles. Je suis également le défenseur des belles gens fortunés contre leurs ignobles bourreaux -je veux parler des pauvres ou prétendus tels- car fort souvent la veuve et l’orphelin se muent en loups. L’iniquité, la bassesse, l’injustice peuvent aussi habiter chez la veuve et l’orphelin (de génération en génération comme un système atavique ou bien passagèrement) et je ne vois pas en quoi la veuve et l’orphelin seraient moins condamnables que les porteurs de gants blancs.

Politiquement cela me place autant à droite qu'à gauche, hors des extrêmes. Mais la politique ne m’intéresse guère. L’image publique que je renvoie à mes lecteurs ne me préoccupe pas. Mais s’il fallait me situer sur ce plan alors je dirai que je suis autant de droite et de gauche car je prends ce que j’estime être le meilleur dans chaque parti et laisse de côté ce qui me semble plus indigne. En général ce qui représente le meilleur dans chaque parti, ce sont les valeurs partagées par les uns et les autres. Pas toujours mais presque. C’est aussi simple que cela pour ne pas dire simpliste, et cela a peu d’intérêt du reste.

Je ne comprends pas que l’on puisse à ce point être curieux à propos à mes postions politiques. Ma plume est beaucoup plus passionnante à étudier que mes opinions de citoyen, savez-vous.

Il est certain Raphaël Zacharie de IZARRA que votre art littéraire est admirable. C’est même la raison essentielle de votre omniprésence sur la planète LITTÉRATURE. Alors parlons lettres : vous régnez incontestablement sur le web des lettrés mais vous êtes également très controversé. Les uns contestent la légitimité de votre statut de “souverain de l’écrit”, d’autres crient à la supercherie, persuadés d’avoir affaire à un comédien et non à un être sincère...

Ma particule parle pour moi. Je n‘ai rien à ajouter, rien à gagner, rien à perdre et n'ai pas à tenter de prouver quoi que ce soit à ce sujet. Ma particule est la plus éloquente des défenses, point.

Votre particule toujours et encore... Etes-vous sérieux Raphaël Zacharie de IZARRA ? (Sans se démonter –et là je le soupçonne d’avoir prévu son coup- il me sort comme par magie sa carte d’identité avec son nom, son prénom, sa particule...)

Cela vous suffit-il ?

Ce n’est pas ce genre de “preuve” que j’attendais Raphaël Zacharie de IZARRA...

Peut-être mais c’est celle que je vous présente, vous vous en contenterez.

Où puisez-vous votre intarissable inspiration ? Dans les livres, au cinéma, dans la rue ?

Soyons clairs, définitivement : je suis réellement inculte, ou quasiment. Je ne m’abreuve nullement de livres, je n’ai pas un goût prononcé pour la lecture en règle générale. Je ne cesse de le marteler ailleurs dans la presse : la littérature des autres ne m’intéresse pas. Ou si peu. De ma vie je n’ai presque rien lu. Des classiques j’ignore tout, à quelques rares exceptions près. Je ne m’intéresse pas à la littérature. Enfin pour être précis, à celle des autres. La littérature pour moi c’est comme les rêves : seuls les miens sont dignes d’être racontés. Ceux des autres sont sans le moindre intérêt. C’est ainsi que je fonctionne. Je passe beaucoup plus de temps à écrire qu’à lire.

Fondamentalement je suis un auteur, non un lecteur. Même si cela peut paraître incohérent voire prétentieux dans la mesure où l’on prétend que pour écrire il faut d’abord avoir beaucoup lu... Ce n’est pas vrai en ce qui me concerne. C’est ainsi, j’écris sans avoir lu. Certains trouveront peut-être cela mystérieux, pas moi. Entre écrire et lire, il n’y a aucune complémentarité à mes yeux, la première activité étant possible sans la seconde. Disons que la voiture incarne le lecteur et la route l’auteur, hé bien nul besoin d’avoir un permis de conduire pour se construire sa propre route. On peut fort bien créer une voie sans jamais prendre le volant de sa vie puisque le processus créatif de l’écriture n’a, du moins pour moi, aucun lien avec la démarche nettement plus passive que constitue la lecture. La différence entre la plume et le livre est aussi grande qu’entre la route et l’automobile.

La littérature n’est pas spécifiquement le fruit de ces deux activités mais le “simple” fait de se hisser au sommet du verbe, de la pensée, de la spiritualité, de la poésie, de l’art et de l’imaginaire avec les seules ailes de l’alphabet, et peu importent les conditions de cette ascension : avec ou sans lecture.
L’essentiel est d’atteindre le but.

Pour moi, c’est donc sans l’expérience de la conduite.
Aussi cheminé-je dans l’univers des mots sans permis de conduire, c’est à dire sans aucun bagage livresque, traçant ma propre route (que d’autres empruntent). Mes pieds suffisent pour avancer. Evidemment cette créativité spontanée n’est pas à la portée de tous.

Bien sûr n’importe qui est capable d’écrire sans avoir lu et même en ayant lu : on peut trouver à la tonne des exemples de littérature dupontesque chez la “Pensée Universelle”. Tout dépend de la définition que l’on donne au terme “littérature”...

Disons que j’ai les moyens de me passer des modèles. Moyens surnaturels si l’on peut dire. D’un point de vue extérieur car pour moi la chose va de soi.

On peut faire de la très mauvaise soupe avec de riches et abondants légumes et un potage excellent avec de l’eau, des cailloux et de la magie dans les doigts.

Et quels sont ces moyens qui vous démarquent si glorieusement des autres auteurs Raphaël Zacharie de IZARRA ?

C’est à la fois tout bête et inexprimable : je dors avec les muses

Ca nous le savions déjà. Mais encore ?

Hé bien lorsque je me réveille, voyez-vous, mon âme est légère, mon coeur vif, ma tête pleine d’étoiles, de lueurs nouvelles, de visions fulgurantes et de monstres magnifiques : l’alchimie littéraire s’est opérée au cours des songes.
L’oeuvre des muses.

Vos muses, ne seraient-ce pas ces illustres mortes qui semblent hanter vos pensées d’étrange esthète, dites-moi Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Absolument pas. Quand j’évoque les muses, je parle réellement des muses communes aux gens de lettres, celles de la mythologie grecque. Je suis au premier degré ici.

Vous vous moquez encore du monde Raphaël Zacharie de IZARRA... D’où vous vient cette manie insupportable de toujours tout vouloir tourner en dérision, vous y compris ?

Non non non, je vous parle le plus sérieusement du monde. Je commerce réellement avec les muses de l’antiquité grecque. Ne me demandez pas de vous expliquer la chose, c’est ainsi. C’est un mystère. Ou un miracle comme vous voudrez. Vous savez la vie est faite de toute façon d’une succession de miracles. Et il n’y a pas de petit ou de grand prodige dans la Création : l’aile de la mouche, une poussière, une poire sont aussi extraordinaires qu’un astre, qu’une galaxie, qu’une casserole. Tous sont des amas d’atomes divinement organisés. Ou génialement façonnés par l’homme, je parle de la casserole. D’ailleurs si vous m’aviez interviewé en Grèce il y a deux mille ans vous n’auriez pas mis en doute mes dires et tout cela vous semblerait parfaitement banal n’est-ce pas ?

En effet. Dois-je pour autant croire que c’est là votre réponse définitive et que vos lecteurs devront s’en satisfaire ?

Certes.

Vos détracteurs repoussent sans nuance tout ce qui émane de vous mais les femmes vous font des avances, quel effet cela vous fait-il Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Cela me fait un plein effet.

Et si je vous lançais un défi ?

Lequel ?

Voilà, ayant préparé cette interview depuis plusieurs jours j’avais d’autres questions pertinentes en réserve. Mais puisque visiblement vous semblez prendre tout cela à la légère, j’ai décidé d’adopter cette même désinvolture avec laquelle vous me traitez : ce sera ma dernière intervention si vous continuez à me répondre en vous moquant de moi et de votre lectorat. Donc, et c’est ma question, allez-vous oui ou non donner une allure plus scrupuleuse à cette interview monsieur Izarra ?

C’est bien le drame de ces interviews... On m’interroge, je réponds et nul ne m’écoute. Je dis des choses que je crois graves, vraies et belles et on préfère en rire. Ce n’est pas moi qui me moque du monde madame, c’est le monde qui se moque de Raphaël Zacharie de IZARRA.

74 commentaires:

Liliana Dumitru a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Flattée...flattée mais pas dupe...

Anonyme a dit…

Par pitié arrêtez avec ces interviews truqués
je dénote que rêver sa vie, est beaucoup plus absurde que de la vivre.
Je suid désolé mais pour moi la surestimation de soi reste le propre des faibles d'esprit.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

Cette interview est authentique puisque j'en suis l'auteur.

Raphaël Zacharie de IZARRA

raisonnable a dit…

Euréka, j'ai trouvé ! Parmi les muses de Izarra (avec lesquelles il dort) il y a Liliana,...ok ok je comprends donc vos délires Raphaël. Tout s'éclaire :) (entre nous ,c'est pas trop dur parfois?

Liliana Dumitru a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=8C8z1wUn9A4
Ça ce n'est pas pour Raphael, l’Esthète que je n'oserais jamais der ranger avec une telle légèreté, mais pour vous, les pseudonymes, les anonymes que j'ai décidé d'aimer comme j'aimerais un théâtre de marionnettes.
Liliana

Liliana Dumitru a dit…

Ça, oui , c'est pour Raphael.

http://www.youtube.com/watch?v=3Mzf1WLyHEE

Liliana

Anonyme a dit…

Très gentil de votre part Liliana!

C'est comme ça, je pense, en tirant sur les fils que vous espérez donner de la hauteur dans l'amour ou l'amitié.
Ou que vous pensez qu'il y en ait?

Ça c'est dommage voyez-vous. Vraiment dommage.

Un pseudonyme.

Anonyme a dit…

Nous irons sur l'place Jeanette à vaques
Virent les marionettes comme te riras
Quand t'eintendra dire eun doup pour Jacques
Par l'Polichinelle qui parle magat
Te li mettras dein s'menotte,
au lieu ds'doup un rond d'carotte
i t'dira merci peinse comme nous arons du plaisi'

Le pseudonyme chanteur.

Anonyme a dit…

Moi, je ne pense pas
j'essaye d'agir
agir sur quoi ? me diriez-vous?
Sur cette Putain de vie, qui fait que parfois c'est difficile,
compliqué, écrasant, et si dure qu' on en péterait des cables....

Thérèse a dit…

Raphaël
Depuis que je vous connais, je vous admire et je vous aime
J’ai vraiment eu peur d’être tombée à jamais en dépression totale et d’être inconsolable, rompue, explosée dans l’univers intersidéral mais votre extraordinaire fraicheur d'esprit m'a délivré d'un grand poids.
Merci d'exister comme vous êtes et n'ayez pas peur,à vos côtés se trouve votre amie Thérèse.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Aux deux Thèrèse, vraie et fausse,

IZARRA est ami de la Lune, des femmes (qu'elles soient créatures ou communes), des chats, des rondelles de citron de Menton, de la Beauté et de la Vérité.

Gloire à lui !

Raphaël Zacharie de IZARRA

La vraie de vraie Thérèse a dit…

L'ignare désespéré qui se permet de se faire passer tantôt pour la vraie,tantôt pour la fausse Thérèse à, à mon avis un sacré problème avec des substances que je qualifierais d'illicites. (le pauvre !)

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

La vraie de vraie Thérèse,

Rien ne dit que c'est un homme. Pourquoi ne serait-ce pas une femme, cette personne que vous évoquez ?

Cela dit, ces échanges stériles entre la vraie et la fausse Untelle est assimilable à de la pollution.

Je préfèrerais lire des commentaires plus consistants. Mais je ne pratique aucune censure sur mon blog quoi qu'il en soit.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

on s'en fout! il faudrait censurer ces commentaires stupides, j'en ai marre de lire que des conneries

plus que raisonnable a dit…

j'aime aussi le chocolat au lait mais l'important est de savoir pourquoi vous ne l'acceptez pas
je suis libre ou non?

Anonyme a dit…

Jean Sébastien Bach, il n'avait pas de particule et pourtant qu'est ce que c'était divin !
Dommage que je ne sais pas lire les partitions.
J'aurai volontiers fait une vidéo. En son honneur

Anonyme mélomane.

Anonyme a dit…

"Que je ne sache pas..."
Un pardon confus oh grand Maitre de la Plume.

Liliana Dumitru a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bien plus que raisonnable a dit…

A l'anonyme qui se permet de corriger les fautes : vous en avez oublié une autre : j'aurais et non pas j'aurai. Lorsqu'on se permet de corriger les fautes d'autrui on le fait dans les règles de l'art..sinon on s'abstient

Bien plus que raisonnable a dit…

Raphaël
Avez-vous des suspicions sur une quelconque dame ou damoiselle? Car à vous lire, on dirait que vous en savez plus que ce que vous voudriez bien nous faire croire

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Bien plus que raisonnable,

Aucune et je m'en moque.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

Oh, mais c'était de l'auto correction à la relecture Madame ou Monsieur "bien plus que raisonnable". Je ne me permettrais pas de le faire pour autrui. Sauf avec son encouragement bien entendu.
Mais je constate que vous même ne vous privez point de le faire. Et vous avez bien raison. Vous m'avez ainsi rendu un grand service.
En fait,j'avais un futur en mon esprit et non un conditionnel.
Comme une espèce de "Demain, j'apprendrai le solfège et je contribuerai à perpétuer le souvenir du grand Bach.".
Je me rends bien compte grâce à vous qu'il est inutile que je le fasse.
Un grand esprit comme lui n'a pas besoin de ma modeste personne. Lui se suffit à "lui même".

filledemnemosyne a dit…

Liliana,

J'ai aujourd'hui commis une regrettable erreur de jugement et je tiens à m'en excuser ici même.
Ma sotte imagination fait que j'ai encore imaginé des idioties.Je ne voulais pas vous peiner.
Je vous adore mon amie. Et je le dis publiquement.

Marie-Hélène.

Anonyme a dit…

Censure Censure
Mon cher Raphaël ,vous êtes fort tendre pour les chiennes enragées et point pour ceux qu'elles ont mordus

Liliana Dumitru a dit…

Excuses acceptées, Oublions ça, mais ne retombez pas dans l'erreur!

La vraie de vraie Thérèse a dit…

Raphaël, C'est vous qui dites cela et vous prétendez connaître le monde ? vous me chagrinez, vous m'humiliez; vous cherchez à me mettre en colère!Tout cela m'agace fortement mes nerfs.
Aurais-je pollué votre ciel mental ?
pourquoi pensez-vous que le voleur d'identité est une voleuse détraquée?

brunette a dit…

tsssssssssssssst je suspecte liliana de jalousie.

Jawohl a dit…

Monsieur,
Pourquoi réécrire un texte sous la forme d'une interview imaginaire au cours de laquelle vous ne laissez place qu'à une ridicule outrecuidance. Ou vous semblez vous suffir à vous-même si je prends au sérieux ce que vous racontez ou alors vous vous accommodez,trop souvent d'humour, un humour qui me semble rarement divertissant.C'est bien dommage qu'il n'y ait presque jamais rien de retentissant.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Jawohl,

Interview imaginaire dites-vous ?

Raphaël Zacharie de IZARRA

Jawohl a dit…

Monsieur,
Expliquez-moi si vous croyez que je suis dans l'erreur
Éclairez-moi, faites-moi part des vérités que vous dissimulez si bien

Aronax a dit…

Et Isabelle elle fait comment pour vivre avec quelqu'un qui n'aime pas le monde, la société,le modernisme, les gens , les femmes? Et je suis certain qu'elle lave vos chaussettes à la main? vous pourriez achetez un lave linge !
Remarque c'est peut être un homme Isabelle, un trans peut être?

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Aronax,

Isabelle n'existe pas.

C'est une comédienne, elle joue son rôle.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Jawohl,

Qui n'adhère pas à la vérité izarrienne est dans l'erreur.

Nécessairement.

Si je n'avais pas raison, ce blog n'existerait pas.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Thérèse a dit…

au pauvre Aronax Houla..Vous ne savez pas avec qui vous avez à faire, comment un homme si majestueux, d'une fine éloquence avec une voix enchanteresse pourrait choisir une femme aussi laide et retardée comme cette isabelle ?

Liliana Dumitru a dit…

Therese,
Je connais personnellement Isabelle,
elle a une beaute fine et douce qui vient de l'interrieur, d'une ame fine et celeste comme ses beaux yeux.
Liliana

Aronax a dit…

Pauvre Isabelle......

Jawohl a dit…

Monsieur,
vous n'êtes pas en forme.
Vous vous contentez de réponses un peu paresseuses.
Je ne vous flatterai pas en adulant votre arrogance burlesque, je n'ai nul envie de satisfaire votre paresse d'esprit, alors Monsieur Raphaël Zacharie de IZARRA faites-moi
part des vérités que j'ai peut-être ignorées jusqu'à présent.

Thérèse a dit…

Liliana je suis désolée mais je crois bien que vous êtes complètement miraude
elle est belle à la chandelle mais moi je la trouve affreuse et cela me fait à la fois plaisir et pitié comme elle est.Cette isabelle n'est qu'une ignoble maritorne aux grosses mains..beurk !

Aronax a dit…

Isabelle est une pauvre âme soumise, au service d'un Râphaël imbue de sa personne. Une soumise sans personnalité qui dit : oui à toutes paroles de Izarra, qui dit vert si c'est rouge, du moment que son maître l'affirme

Anonyme a dit…

Juste une question (moi qui suis venu ici par hasard comme tout le monde): vous rédigez aussi tous les commentaires ?

Anonyme a dit…

Bienvenu(e) Anonyme
Vous vous trouvez actuellement sur un blog qui sécrètent l'ennui à la longue, ici et là vous y rencontrerez des vaches psychosées, un porc à particule rêvant de gloire et de reconnaissance et quelques moutons hirsutes égarés , mais aussi d'étonnantes bêtises, d'effrayantes révélations et de nombreuses vidéos insolites.

Thérèse a dit…

Silence, bande de jaloux laissez nous en paix!

Anonyme a dit…

C'est la vieille vache qui est bonne pour la boucherie qui devrait la fermer et se cacher dans un trou

Aronax a dit…

C'est qui la vieille vache? Liliana? je comprends plus rien, j'y perds mon latin :(

Anonyme a dit…

C'estThérèse notre vieille rombière qui fayote un max.

Thérèse a dit…

allez voir ailleurs si c'est mieux
Rien n'égale la fraîcheur, la grandeur, la perfection de ce blog conçu par notre unique et bien-aimé Raphaël.
et de plus c'est pas moi la vieille, c'est l'autre fausse vraie de vraie Thérèse ,j'ai au contaire une taille de guêpe, un teint d'une exquise fraîcheur naturelle blanc comme crème, avec des cheveux d'or soyeux et brillants.

Anonyme a dit…

Raphael est un grand enfant, à la naïveté parfois désarmante, qui réveille l'instinct maternel de Thérèse, femme mûre et divorcée...

Thérèse la vraie de vraie a dit…

Et qui vous dit que Thérèse est une femme? ahahahhahahahhahaha. Raphaël donne des idées aux hommes aussi, trop craquant Raphaël

Anonyme a dit…

Ben ça s'arrange pas....

Thérèse la plus que vraie a dit…

femme mûre et divorcée ahahahhahah ahahahhahahhahahhahah si tu savais anonyme tu serais ...comment dire....stupéfait ! ! ! ! !

Anonyme a dit…

L'ennui est quelquefois plus difficile à supporter que la douleur

Thérèse la vraie de vraie a dit…

Mais c'est koi cet anonyme parano ? sa vie doit être bien triste le pauvre !

Anonyme a dit…

votre intuition essentielle est complétement embrouillée par tant d'analyses futiles

Thérèse la vraie de vraie a dit…

je vous emmerde Anonyme

soeur Thérèse.com a dit…

Anonyme = jaloux d'Izarra, seul dans sa vie de m....... le père noel tapportera rien tu es trop méchant

Anonyme a dit…

et ou se cache le pretentiard de service

plus fou que la folie a dit…

Houlà !C'est bien triste tout cela il n'y a plus que des zombies commentateurs, des mangeurs de porc et des gueuses d'esprit en chaleur.
Par pitié Raphaël sauvez-nous,nous périssons tous. je vous en prie,débarassez-nous de ces gens-là. Amenez-les loin d'ici.

Thérèse a dit…

Laissez nous enfin bande de lâches

Thérèse la vraie de vraie a dit…

je revendique mon plaisir de manger du porc, boudin, saucisses andouillettes, côtelettes, jambon cru, jambon cruit, miam. Quand je pense que certains passent à côté de ça.. tiens je vais m'avaler un petit sauté de cochon aux olives, et cela à ta santé toi l'anonyme qui fais les questions, les réponses, qui prend x pseudos..

Selim a dit…

je m'aime donc je me suis

filledemnemosyne a dit…

Alors moi je suis navrée. Pour ne pas dire désespérée.
Comment, sur un espace dédié, du moins je le pense, à la littérature, et accessoirement à l’éclat d'esprit, on trouve dans les commentaires de telles inepties.
A croire que la majorité des lecteurs actifs (dans la mesure ou ils ne sont pas issus d'hôpitaux psychiatriques), en profitent pour remettre sur le tapis leurs idéologies religieuses .
Pourquoi ne vous posez vous pas plutôt le question:
Le Créateur(quel que soit Son nom) est-il aussi taré que Ses fils les Hommes a prétendre qu'il faille se nourrir de telle ou telle viande? Et ne point consommer ci- ou çà. Et tel ou tel jour !
A mon avis, il préférerait qu'on ne consomme rien qui ait vécu. Mais bon, Jésus mangeait du poisson. Et le mouton figure sur nombreuse tables.
Ne pensez vous pas que cette histoire de cochon, c'est simplement sorti du bon sens de personnes plus intelligentes que d'autres à l'époque primitive et qui aurait compris que cette viande apportait des maladies ( la viande mal cuite, mais à l'époque on mangeait sûrement cru)
Et on s’entre tue encore de nos jours, à cause de ça!
C'est désespérant!

Je suis navrée aussi, dans un autre registre (et là j'ai un sérieux doute sur la qualité des portes des cellules psy) de voir les insultes qui pleuvent. Et ces crêpages de chignons entre vraies fausses je ne sais quoi...et tout ça pour une "image".
Celle d'un auteur qui est peut-être une femme, un vieillard qui occupe sa retraite, un groupe politico-religieux ou un extra terrestre qui pointe le nez vers sa planète lointaine.
C'est bien navrant tout ça.

Anonyme a dit…

L'auguste clochard intellectuel, notre artiste raté préféré dont la devise orgueilleuse est: Aimer d'être haï,et haïr d'être aimé,se noie dans les profondeurs de l'obscurité.Hélas! quelle tristesse! en attendant qu'on trouve le remède au mal qui le consume et l'isole de la vie et des autres,prions pour que tous les souhaits de l'astre qui n'a scintillé qu'à son aurore,se réalisent le plus promptement possible.

filledemnemosyne a dit…

En fait, ce que je pense, c'est que cet homme qui était plus intelligent que les autres (non, en fait c'était une femme puisque on parle d'intelligence... et puis, comme ce sont les femmes qui cuisinent, normal qu'elles comprennent en premier) donc, cette femme, aurait mieux fait de la fermer. De ne pas manger elle même de cette viande crue et de laisser les autres s'empoisonner à cause de leur ignorance. Mais les femmes ont bons coeur.
Et voilà le résultat. Le résultat c'est que des milliers d'années plus tard, on se colle les uns les autres sur la figure depuis des simples blogs jusque dans des luttes acharnées aux quatre coins de la planète.

Pour avoir commis une telle bourde, non, ça ne devait pas être une femme. En fait c'était un homme.
Enfin, comme quoi il vaut mieux être ignorant... ou égoïste.

Anonyme a dit…

Va, je ne te hais point...

plus que raisonnable a dit…

"un espace dédié, du moins je le pense, à la littérature, et accessoirement à l’éclat d'esprit"
Je suppose que vous plaisantez Madame Marie-Hélène ?

filledemnemosyne a dit…

Moi je pense,(qu'est ce que je pense aujourd'hui...!) c'est que quand, comme le dit si bien l'anonyme de tantôt, on se noie dans les profondeurs de l'obscurité rien ne vaut, pour s'éclairer, et à condition d'en faire bon usage, une vieille lanterne.
J'aurai pu aussi dire une chandelle. Comme celle de Pierrot Lunaire.
Mais la lanterne c'est pas mal.

filledemnemosyne a dit…

Monsieur ou Madame plus que raisonnable,

Filledemnemosyne si vous voulez bien, il y a un copyright sur le Marie-Hélène.
Non, je ne plaisante pas. En ai-je l'air?

plus que raisonnable a dit…

Marie-Hélene
Vous prenez tout au sérieux, vous manquez parfois d'humour. Ma chére Marie-Hélene, vous êtes une âme sensible qui s'est trompée de voie.
Ce blog n'a rien de sérieux, il ne sert seulement qu'à attiser le feu entre vous et moi.

filledemnemosyne a dit…

Se faire taxer de trop sérieuse par une personne plus que raisonnable...pas banal!
Je crois au contraire que tout ici est très sérieux.
Quand à m'être trompée de voie, oui, ça c'est clair. Je viens encore d'en avoir la preuve il y a quelques minutes et hors de l'espace Izarrien. Mais je suis déficiente dans le sens de l'orientation, je l'ai souvent dit.

Le reste, le feu, vous et moi...laissez moi rire.
Voyez que j'ai de l'humour!
Par contre, l'utilisation de mon prénom est réservée, il me semble vous l'avoir dit également.

plus que raisonnable a dit…

Marie-Hélene les mots ,les noms, les lettres et tout le reste n'appartiennent à personne.
Je suis libre d'écrire ce qu'il me plaît.Je comprends que vous aimiez tant remplir un rôle si important d'ambassadrice de la tolérance, mais malheureusement vous prenez trop au sérieux ce blog qui n'est qu'un étalage
de provocations de bas étage devenues au fil du temps répétitives et mortellement ennuyeuses.

filledemnemosyne a dit…

Nommez moi comme vous le voulez. Après tout, je suis l'ambassadrice de la tolérance alors, hein!
Répétitif, oui, dommage.
Bas-étage...c'est pas vraiment le mot. Il y a du 7ème ciel comme du troisième sous sol.
Mortellement ennuyeux ? Mais alors que faites vous là ?

plus que raisonnable a dit…

Ennuyeux parce que répétitif
Je n'aime pas les histoires réchauffées.
Madame je vous quitte à regret.
le temps est rare, il ne faut pas le gaspiller.Je crois que c'est plus plus que raisonnable..

Thérèse a dit…

plus que raisonnable
Ce n'est pas grave, votre esprit n'est pas encore assez développé pour reconnaître la génialité de Raphaël Zacharie de IZARRA