mardi 8 mai 2012

955 - Élections : un joujou supplémentaire pour consommateurs repus

A chaque élection des élans d’espoir fou naissent dans la population française. Les présidents passent, la vie aussi mais ses règles ne changent pas pour les individus. Les électeurs misant tout dans le président sont comme des ânes attendant bêtement un bouleversement  venu du haut de la colline. 

A chaque élection ils se font avoir, illusionnés qu’ils sont par des symboles, aveuglés, emportés par une vaine, passagère euphorie.

Non seulement rien ne changera dans leur quotidien ou leur destin mais en plus la plupart d’entre eux seront même déçus par leur nouveau dieu. Ils déchanteront comme des millions de fervents électeurs déchantent finalement au bout d'un certain temps après chaque élection.

Dans un beau pays riche et un régime démocratique comme la France, le bonheur des citoyens repus, libres et protégés ne dépend absolument pas d’une nouvelle élection mais de leur mentalité. Quand on nage dans l’opulence, vit dans le plus beau et plus confortable pays du monde, jouit de la liberté et d’un climat tempéré, une élection est un luxe.

De même, les larmes des perdants sont ridicules : les sarkozystes ne vont pas sombrer dans le malheur avec la mort du perdant... Leur sort reste infiniment enviable même en perdant leur leader. Et pourtant ils sont désespérés. Je les trouve indécents de pleurer pour une simple défaite électorale.

Une élection dans ce contexte d'abondance, de prospérité, de paix et de justice n'apporte rien d'essentiel à la vie de tous les jours. Juste de légères nuances dans le confort, le salaire, quelques centimes de plus ou de moins sur le litre d'essence, deux ou trois jours de vacances ajoutés ou retirés.  Bref, le résultat sur le terrain de l'un ou de l'autre quinquennat sera à peine perceptible. Fondamentalement, aucune différence entre les deux partis. Du moins leurs effets concrets seront superficiels. Par exemple le logo de "Pôle Emploi" sera peint en bleu sous la droite, en rose avec la gauche. Mais c'est tout. Toutes les politiques se valent, les lois de l'économie n'étant ni de droite ni de gauche. Quant à l'idéologie, la France n'en est plus à aspirer à des droits élémentaires puisqu'elle a déjà gagné depuis longtemps des privilèges superflus.

Les gens sont stupides de croire que leur vie va changer avec un nouveau président. A chaque élection les réflexes des foules sont les mêmes. Et si les individus retiennent la leçon, les masses quant à elles sont idiotes.

Les élections se succèdent, les imbéciles demeurent.

Aucun commentaire: