mardi 8 janvier 2013

977 - La religion : joujou d'un mortel ennui

Je ne suis nullement athée, au contraire. C’est parce que je crois définitivement en un Dieu beaucoup plus lumineux qu’on le prétend que je raille les religions si étriquées.

La religion est l'ennemie des vrais mystiques.

Quoi de plus emmerdant que la religion ?

Chrétiens, ,juifs, musulmans, polythéistes, adeptes de clubs cultuels de toutes sortes, tous schizophrènes !

Rien que des serviteurs d’une même cause : la chiantitude universelle.

Comme si le pape ne déféquait jamais sous son pontificat, que les juifs orthodoxes n’avaient aucun désir sexuel sous leur barbe-masque ou que chez les fidèles de Mahomet il n’y avait nul sodomite...

Tous constipés, castrés, figés dans leurs certitudes glacées, rigidifiés dans leurs postures rigoureuses.

Avec en prime leurs sales têtes d’enterrement à faire peur aux oiseaux...

Même nos moines français, je les trouve très chiants.

J’aimerais mieux que l’on place des clowns au Vatican, des vrais, au lieu de ces sinistres eunuques blancs comme la mort, aussi tristes.que des cercueils sur pattes avec leurs gueules de vieux chnoques déglingués.

Barbus, vêtus de robes, le front chargé de signes sacrés, la tête rehaussée de quelque ridicule couvre-chef et parlant des langues anciennes pleines de fumées recyclées, les grands prêtres des causes célestes ne sont que des grands gamins. Des galopins qui jouent aux adultes : faire caca dans la tête des crédules plutôt que dans leurs couches.

Avec leur gravité pileuse, leur austérité sépulcrale et leurs milliers de colifichets, ces ombres solennelles chutent considérablement dans l’estime des professionnels du cirque qui eux, héroïquement, tentent de contrer leurs méfaits.

Remplaçons ces criminels incompétents par d’authentiques rigolos et le monde se portera mieux ! Ca rigolerait quand même plus sous les étoiles !

Les religieux ne sont que des créateurs de doctes singeries polluant les esprits. Ils n’arrêtent pas d’emmerder les gens en les convaincant d’adopter depuis des générations des rituels de crétins immatures du niveau mental d’enfants de quatre ans !

Pour que je les prenne vraiment au sérieux, il faudrait qu’ils ne le soient plus.

VIVE RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA, VÉRITABLE ESPRIT LIBRE SEUL APTE Á DÉCULOTTER PUBLIQUEMENT CES CHAROGNARDS DE L'ÂME QUE SONT LES RELIGIEUX ÉTRIQUÉS ! 

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xwleyi_la-religion-joujou-d-un-mortel-ennui-raphael-zacharie-de-izarra_news#.UOyiRG_Rvns

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo ! Vous résumez toute ma pensée à un détail prés, je suis Athée militante.
La religion est l'opium des peuples.

Nombre d’œuvres de savants, intellectuels, historiens, sociologues anthropologues, écrivains etc ..ont subi l'amputation de paragraphes entiers quand elles n'ont pas été purement et simplement détruites par des religieux tout au long des siècles.
Toutes les religions sont à mon sens source de conflits et d'intolérance, de rejet de l'autre, de sectarisme, de refus du progrès et de la science, de danger pour l'humanité (je pense à l'utilisation du préservatif proscrit par le Pape) et, notamment dans tous les pays de l'Islam, d'autoritarisme, de totalitarisme, de sauvagerie, d'injustice et de régression sociale

Merci pour votre texte et pour votre très belle plume
Caty

Denis de Dieuleveult a dit…

Mon cher Raphaël,
Sur le sujet de la religion, vous faites, et peut-être sans le savoir, le parfait faire-valoir de ces religions athéistes et subjectivistes qui sont très en vogue dans notre temps. Vous oubliez dans votre entêtement constant à critiquer les religions monothéistes que la religion a eu, a et aura toujours une place de choix au sein des civilisations saines et durables. Car mon bon Monsieur, vous semblez mettre de côté que les religions, sous leurs abords plus ou moins acceptables, sont les supports de la morale et de la bien séance ici-bas. Imaginez-vous un monde sans religion, où aucune punition divine ne serait promise à qui pratiquerait la barbarie dans ce monde. Imaginez-vous un de ces esprits des plus vils comme l’on en rencontre pléthore dans nos contrées ; imaginez cet énergumène dépourvu de toute spiritualité, de tout repère moralisateur, il n’aurait sans nul doute, aucune vergogne à détrousser la vieille, à trucider le contradicteur, en bref, à être un sauvage.
Ainsi parla César autrefois : «Quand des Gaulois sont atteints de quelque grave maladie, qu’ils courent quelque danger ou qu’ils sont dans la mêlée, ils immolent sur-le-champ des victimes humaines, ou ils font vœu de le faire. Ils croient que les dieux se plaisent à ces sortes de sacrifices, comme les plus parfaits; ils sont encore persuadés que, pour obtenir des dieux la vie d’un homme, il faut l’acheter par celle d’un autre homme. Ils ont établi des cérémonies publiques qu’on est obligé d’observer, quand on offre ces sacrifices. Ils ont des statues d’osier d’une grandeur monstrueuse, qu’ils remplissent d’hommes, et auxquelles ils mettent le feu. La flamme saisit incontinent ces malheureux qui sont bientôt suffoqués et réduits en cendres. Les Gaulois tiennent pourtant que le sacrifice des malfaiteurs est plus agréable aux dieux que les autres. Néanmoins, faute de criminels, ils sacrifient des innocents. Leurs funérailles sont magnifiques. Tout ce qui était au gré du défunt, jusqu’aux animaux, est jeté dans le bûcher. Naguère encore, ils y mettaient les esclaves et les chiens, que les maîtres avaient le plus aimés. Il y avait même des parents du mort qui se jetaient volontairement dans le bûcher, espérant vivre avec lui dans l’autre monde».
Voilà ce qui se passait en France, notre chère et belle patrie, avant la prédication du catholicisme; et aujourd’hui, on le critique et on voudrait l’exterminer !
Sachez, mon cher Raphaël, que la religion est l’image de la morale du peuple. Aujourd’hui, la religion dominante est celle du libéralisme libertaire mondialisé, l’argent est une hostie, les économistes sont des prêtres, les actionnaires sont des évêques, l’acte de consommation est une prière, le programme télévisé est une messe, la tolérance est un principe doctrinal, l’homosexualité est un miracle, AMEN !

Cordialement

Denis de Dieuleveult

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Denis de Dieuleveult,

Précisément c'est la spiritualité de haut vol que je défends à travers ce texte.

Je n'ai jamais nié la nécessité des religions sur les masses, j'ai dit -du moins entre les lignes- qu'il serait beaucoup mieux, au lieu de ces grossières religions aux rituels étriqués, archaïques et absurdes, que règne dans les âmes un mysticisme plus authentique, plus profond, plus adulte, plus élevé.

La religion est faite pour éduquer le peuple, dégrossir la roture, la spiritualité (qui est au-delà de la religion) est faite pour les grandes âmes, les êtres évolués.

La religion est utile mais infantilisante, la spiritualité rend beaucoup plus libre et plus digne.

Raphaël Zacharie de IZARRA