dimanche 7 avril 2013

986 - A propos de Juan Asensio

Asensio est une outrance de la littérature, une aberration des Lettres. Au début je me suis doucement laissé prendre au piège des apparences mais peu à peu j’ai compris à qui j’avais réellement affaire : un prétentieux vif et drôle dans ses poses de critique maudit et à travers ses inénarrables insultes scatologiques.
 
Bref, un clown instruit.
 
Malheureusement, capable de réelle méchanceté envers ses détracteurs.
 
Sa conception de la littérature ? Poussiéreuse, sinistre, comiquement grave, vainement intellectualisée, à l’extrême.
 
Plusieurs fois j'ai essayé d’entrer dans son univers austère mais, non content d’arborer le masque de la gravité, son monde est décidément touffu, aussi impénétrable qu'une jungle, étouffant, soporifique, indigeste et furieux.
 
Je ne lui reproche pas de ne pas savoir écrire, seulement de vouloir enfermer les Belles Lettres dans cet inutile carcan intellectuel.
 
Nombreux sont ceux qui ont eu tristement affaire sur le web à cette baudruche savante..
 
Personnellement ce personnage m’amuse. En 2001 j’ai raté un rendez-vous avec lui à Paris, dommage... Je n’ai plus eu l’occasion de pouvoir rencontrer cet orageux lettré.
 
Il faut savoir que ce critique hystérique à l’écrit rébarbatif, presque toujours illisible, est un fou de littérature.
 
Fou au sens pathologique du terme.
 
Tête brillante au coeur pourri, Asensio semble incapable de compassion, d’humanité élémentaire envers ses frères. Il parle beaucoup de Dieu, pratique peu l’amour de son prochain.
 
Je ne lui connaissais aucun ami sur un Forum Littéraire où je l’avais croisé pour la première fois, rien que des ennemis ! Et de vrais, qu’il a voués à la merde, au diable, à toutes les ordures. Au nom de la littérature il préfère la compagnie de ses livres plutôt que celle de ses semblables.
 
Sous sa plume surchargée l’injure gratuite, systématique et étronesque étirée au kilomètre côtoie l’analyse littéraire la plus mortellement ennuyeuse. Je ne dis pas que le fond est nécessairement inepte, je dis que la forme est inabordable, lourde, confuse parfois. Justement, parce qu’Asensio ne sait pas écrire, ou plutôt écrit mal ce qui revient au même, il barre d’emblée le passage à la plupart des lecteurs. Pour entrer dans son blog, il faut une volonté de fer. Pénible à lire, le verbe aussi aérien qu’une enclume, Asensio est peut-être persuadé que pour résonner dans son rôle de critique ultime il faut fatalement adopter un style complexe, dense, pesant... Pense-t-il au courageux lectorat qui le suit ?
 
Pour moi c’est un éclatant vaniteux.
 
Je ne prends pas au sérieux ses productions. Flatteusement emballés dans du papier journal du Figaro, ses doctes écrits restent pour moi du poisson rance. Maintes fois j’ai expliqué que l’authentique littérature n’avait rien à voir avec les analyses à la fois enragées et soporifiques d’Asensio.
 
A mon avis il doit se nourrir des fumées âcres de tous ses contradicteurs qui le prennent au premier degré... Asensio vit dans un monde d’artifices littéraires, d’abstractions masturbatoires, de chimères conceptuelles qu’il lui sont particulièrement chères.
 
Juan a un énorme défaut : son manque total de bienveillance à l’égard des petits.
 
Mais surtout à l‘égard des grands : ils risquent de lui faire de l’ombre.
 
C’est un gamin de quatre ans trop gâté qui au nom de l’art des mots se croit permis d’outrager ses adversaires. Il a une très haute opinion de lui-même, un grand mépris des autres. Et les autres ici, ce sont tous ceux qui n’ont pas son talent inné pour chercher querelle aux plus honnêtes lecteurs.
 
Dans les rapports humains les extrêmes chez lui sont la norme.
 
Je ne comprends pas que l’on puisse accorder du crédit à ce pitre plumesque tant il est outrancier, irrespectueux, injurieux et agressif.
 
Il faut le prendre en pitié. Mieux : en rire. Saine attitude à adopter face à ses provocations. Engager le combat avec lui est une grossière erreur, qui plus est stérile : il ne cherche qu’à transformer les plumes en glaives. Et se montre fort zélé dans cette martiale entreprise.
 
Quand on a compris à qui on a affaire, il n’est plus possible de lui accorder une attention solennelle. Je n’éprouve nulle animosité à son égard : en voulant singer les statues, il fait le guignol. Plus il se montre grave, érudit, profond dans ses analyses littéraires, plus je le trouve ridicule car il en devient incompréhensible, inutilement embrouillé, volontairement inintelligible, faussement pénétrant, voire franchement délirant.
 
Asensio incarne à mes yeux la plus flagrante tromperie de la pensée.
 
C’est surtout un immature social. Il est bas envers ses opposants, très bas, totalement irrespectueux. S’en rend-il compte ? Comme tous les sales galopins aux âmes dégueulasses, il n’a pas cette faculté de se mettre à la place de ses victimes.
 
Il a toute l'intelligence du monde mais pas d'élan fraternel. Son éclat cérébral, il le met au service de la discorde, preuve de sa coupable malfaisance, alors qu’il aime à se faire passer pour un ami des hommes, du bien et de la vérité.
 
C’est un malade intelligent. Il faut  prendre en compte le fait que nous avons affaire ici à un cas morbide. Asensio a peut-être des circonstances atténuantes.
 
Pour résumer, Asensio a le cerveau surchauffé et cultivé d’un gosse vide et immature. Moi il me fait sourire et j’ai grand plaisir à dénoncer sa fate imposture et sa posture de grand critique littéraire à travers mes textes que je place sous les siens de la même manière que l’on ferait apparaître le Soleil au coeur de la nuit.

7 commentaires:

Joshua a dit…

justesse ciselé d'un grand esprit

Julien a dit…

Bonjour Raphael de Izarra

je suis curieux, connaissez-vous Marc Edouard Nabe, implacable écrivain français?

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Julien;,

Je connais comme tout le monde Marc-Edouard Nabe, en effet, par l'intermédiaire de l'actualité litéraire.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Julien a dit…

En effet, ma question étant incomplète : l'avez-vous lu? Et si oui, quel en est votre appréciation? Lui trouvez-vous un talent, une légitimité?

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Julien

Je lis fort peu. Rarement.

Quasiment pas, poour ainsi dire.

Nabe, comme bien d'autres, je ne l'ai jamais lu.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Julien a dit…

Un néo-baudelairien (dans le sens le plus artistique du terme) comme vous n'a-t-il que faire des derniers (petits) écrivains existants? Je pourrais le comprendre ceci dit.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Julien,

La vérité c'est que les écrits des autres auteurs, en règle générale, ne m'intéressent tout simplement pas pour l'unique raison que je n'aime pas lire et préfère écrire.

Ce n'est pas du mépris à l'égard des auteurs mais de la paresse de lecture.

Raphaël Zacharie de IZARRA