lundi 16 juin 2014

ROM LYNCHÉ : LE MAL ATTIRE LE MAL

Un jeune Rom de 16 ans lynché par un groupe de vengeurs excédés par les cambriolages de l’asocial adolescent...

Je comprends parfaitement la colère des victimes de cambriolages cherchant à se faire eux-mêmes justice, bien que je n’approuve aucunement leur méthode.

Mais le fait est là : quand on fait le mal il faut s’attendre au retour de bâton. Que la rage vengeresse et sauvage de ces justiciers improvisés soit juste ou non, condamnable ou pas (et elle est effectivement injuste et moralement répréhensible), n’est pas la question.

Celui qui fait le mal attire le mal, c’est ainsi. Aucune loi temporelle ne pourra faire changer la nature humaine ni les lois de la vie.

Je n’approuve certes pas la violence de ces honnêtes français à l’encontre du Rom malfaisant mais cet abus collectif est né d’un autre abus, on peut évidemment le déplorer mais ce lynchage est la conséquence funeste d’un comportement funeste. Celui qui nuit gravement à autrui de manière volontaire, acharnée et répétée ne doit pas s’attendre à recevoir des caresses.

Les cambriolés ne sont pas des saints, on ne peut pas exiger d'eux qu’ils applaudissent les méfaits de leurs tourmenteurs et harceleurs.

Tant que les Roms vivant de cambrioles ne comprendront pas que seule l’honnêteté est payante et que la détestable image qu’ils donnent d’eux est largement fondée, ils seront les éternels détestés de la France des gens bien.

Ce lynchage est choquant et injuste je l’admets. Mais c’est un fait : il a le mérite d’avoir été commis en totale contradiction avec nos lois civilisées, notre état de droit, notre humanisme, ce qui est la preuve qu'en tous contextes ordinaires (car les environnements idéaux sont rares) le mal attise et attire le mal.

Les Roms doivent moralement accepter d’avoir été ainsi la cible de cet acte résultant de leur délinquance et en profiter pour se remettre en question.

Je n’ai pas dit que c’était bien ou souhaitable pour la société de lyncher des voleurs, j’ai dit que c’était là uniquement la conséquence, presque logique, d’un comportement criminel. Qu’il y ait des lois interdisant de se faire soi-même justice c’est une chose, après il y a le facteur humain.

Quand quelqu’un dédie sa vie au vol, qu’il n’aille pas se plaindre de se faire lyncher par ses victimes, aussi injuste, barbare et disproportionnée que soit cette réaction.

Il est regrettable que des victimes soient obligées d’aller se faire justice elles-mêmes, elles auraient dû aller livrer le malfaisant aux gendarmes. Mais c’est ainsi, les victimes se sont vengées et nul n’y peut rien, le mal est fait. Qu’il serve au moins de leçon aux autres;

Moi je trouve très sain que des criminels prennent conscience des nuisances de leurs actes et s’amendent.

La rédemption est souhaitable. La poursuite des vices, non.

Raphaël Zacharie de IZARRA

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ah ça y est!
Après une homophobie et un sexisme affiché et assumé, ton racisme jaillit enfin.
Ton racisme est de plus bas de gamme, comme la plupart de tes propos, fait d'amalgames simplistes et tronqués lors de tes conversations avec les Michus au marché.
Continue sur cette route, le vrai raphael est une pure merveille d'ignominie.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

Racisme ? Où voyez-vous du racisme ici ? Et surtout où voyez-vous du racisme dans mon désir de redresser la vie déchue des gens ? Quel rapport avec le racisme dans le fait de vouloir punir un voleur ? La bêtise affichée de certains pervers se prenant pour des humanistes me hérisse !

Vous pensez vraiment que c'est par racisme que ce jeune s'est fait lynché ou plutôt par ce que c'était un délinquant qui pourrissait la vie de son voisinage avec des cambriolages répétitifs ? Réfléchissez un minimum.

Décidément, la sottise des gauchistes est profonde. Leur injustice aussi. Ce sont aussi de dangereux asociaux, quand ils ne sont pas ouvertement pervers.

Raphaël Zacharie de IZARRA