lundi 4 août 2014

1067 - Autre réponse à Pierre mon voisin

Pierre,

Ce n’est pas du tout une pirouette la réponse que je vais te faire, aussi contestable qu’elle te semblera, cette réponse est sincère, vraie, aussi concrète que le roc : ma poésie je l’écris de manière anecdotique sur mes blogs et autres farces fracassantes du NET, mais essentiellement sur le papier vif de mes jours qui passent. 

Je VIS la poésie avant que de l’écrire, je la vis de l’intérieur comme de l’extérieur. Ma vie terrestre est un interminable poème Pierre. Et ma mort sera le prolongement fulgurant et éternel de cette lyre que je suis. Je vis la poésie... 

Jusqu’au fond des poubelles que je sonde, parfois. Cette poésie est indicible et proche à la fois, formelle aussi mais souvent à mots couverts. 

Cette poésie mienne que tu dis molle, en réalité elle est glaciale, sereine et belle comme le givre. C’est ma conception de la poésie Pierre.

La poésie authentique m’éloigne de ces feux que tu crois sacrés et autres agitations temporelles vulgaires. Ma flamme à moi, elle est gelée, elle n’est pas rouge mais bleue, et si elle brûle c’est parce qu’elle est de glace, non de feu. 

Je me fiche de Rimbaud et de ses dérèglements “miasmeux”, ce n’est pas l’or que je veux mais l’azur. La Poésie ne prend pas aux tripes justement, elle s’adresse à l’âme. 

Et lorsqu’elle prend racine dans les tripes, comme dans la soupe aux légumes, elle s’en éloigne à l’infini. 

La poésie c’est, pour moi, s’extraire de la chair, des lois du temporel, sortir du temps pour planer bien au-dessus du plancher des vaches, à deux doigts de Dieu. 

C’est se doter d’ailes mystiques et s’élever jusqu’à l’absolue immatérialité, côtoyer l’essence des choses et ne faire plus qu’un avec le Verbe. Vois-tu, la poésie pour moi c’est l’accès à la virtualité, à l’impalpable, c’est ne plus toucher les atomes mais les traverser. 

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Ecrire des textes insipides et indigestes et les réciter de façon encore plus insipide et indigeste ne fais pas de vous un poète.
Vous êtes juste un simple rédacteur orgueilleux aimant la branlette intellectuelle, mais pas un poète...

Unknown a dit…

Il est un GRAND POÈTE, le reste, ce qui est de plaisant ou de déplaisant,ne touche pas a ses textes; ceux qui l'aiment, l'aiment tel qu'il est, ceux qui le détestent, c'est leur droit de le faire, mais c'est terriblement malhonnête de considérer sa plume "insipide".

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

J'ai dit que j'étais un poète, moi ?

Où ai-je dis ça ? Montrez-moi la ligne où j'écris cela.

Ensuite, donnez-moi déjà une définition satisfaisante du mot "poète"...

Orgueilleux, ça c'est vrai, je le suis. Très.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Unknown a dit…

J'ai dit que vous étiez "poète" pour abréger et ne pas expliquer aux pauvres profanes que vous étiez, la Poésie, voir la LITTÉRATURE. N'est-ce pas? N'est-ce pas vous Monsieur de IZARRA - LA LITTÉRATURE?

Unknown a dit…

Moi, je vous aime, ceux qui vous aiment sont des étoiles fixes sur la toile littéraire, des étoiles au feu vif, aigu, troublant, clair et parfois, modestement gris comme les cendres, mais inextinguible, pas des étoiles filantes...

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Je suis LA Littérature, en effet.

La LITTÉRATURE, c'est moi.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Je suis LA Littérature et ceux qui disent que ce n'est pas vrai sont des gros cons, des sales vermines avec des trous du cul comme ceux des éléphants.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Unknown a dit…

Vous êtes l'Humour également. Justement, j’apprécie réellement votre humour, moi qui ai un vrai sens littéraire et le trou du cul fin comme une trompe de moustique.

Anonyme a dit…

C'est bon la branlette?

Unknown a dit…

La branlette pourrait être une action très dangereuse, pour Capitaine Crochet.... par exemple.

Louisette a dit…

Superbe vidéo texte joliment déclamé.