mercredi 8 octobre 2014

1078 - Justice d'esthète

Le laideron devait chèrement payer l’offense de sa naissance faite au cercle des vénustés que je côtoyais. L’apparition de cette pitoyable chose sur la Terre des gens bien nés évoluant, comme moi, dans la douceur de la soie et les avantages de l’esprit, était la négation-même de la beauté, l’ennemie de la grâce, l’antithèse de l’élégance.

Paysanne de son état, boiteuse, courbée, mal nourrie et pourtant obèse, misérable avec ses haillons, sa saleté, sans éducation ni moindre finesse, la cible de mes flèches de sybarite allait également devenir le bouc-émissaire des plus cruelles doléances de la haute société que j’incarnais dans sa plus brillante expression...

J’ordonnai à mes valets d’aller extraire la gueuse de son lamentable sillon, d’emmener de force -à coups de volées de bois vert pour tout dire- ce sombre oiseau sur l’autel de son sacrifice : le parvis de mon château, garni pour l’occasion des plus séduisantes représentantes de la gent éduquée : beautés insolentes à peau de pêche et au galbe racé.

Pour la distraction de tous et le juste, sévère châtiment de cette haïssable infirme, autant dire une criminelle, je souhaitais l’humilier pour le restant de ses jours. Cette sinistre femelle n’ayant hérité du sort qu’épines et défaveurs, elle ne méritait nulle indulgence de la part de ses distingués oppresseurs.

Son péché était grand, qui consistait, en s’exposant à leur vue, à provoquer chez les femmes bien mises à la taille congrue et à la toilette raffinée, grimaces de dégoût et quolibets d’agacements et à produire chez leurs amants les mêmes effets, doublés de féroces désirs de la ganter !

Par sa présence importune, en imposant sa hideur aux regards de ces fortunées dont les traits flatteurs rendaient encore plus ignoble son visage d'indigente, elle gagnait spontanément leur mépris.

Je décidais que le monstre devait être couvert de crachats après avoir été rudoyé par les côtés les plus représentatifs de sa déchéance : sa patte folle, son dos débile, sa taille d’ogresse, sa face porcine recevraient en priorité les coups les plus cinglants de la part de l’aristocrate assemblée.

Sans la moindre pitié et sous les plus odieux sarcasmes.

Ce qui fut fait.

Et bien fait : de toutes ces créatures en dentelles, les plus belles furent les plus appliquées à lui administrer la leçon. C’est qu’elles avaient le souci d’affirmer, sans mollesse et parfois avec fureur, leur droit de régner et sévir sur tout ce qui ne sied pas à leurs critères esthétiques.  Ce qui est compréhensible et parfaitement honorable de la part de ces détentrices du goût.

Les hommes quant à eux s’amusèrent surtout à faire chauffer le cuir délicat de leur gant sur les joues de la pouilleuse et faire claquer les semelles de leur bottes contre son adipeux et énorme séant.

Enfin avant de la rendre à sa fange on lui rasa si bien les cheveux qu’au lieu de la qualifier encore de “pouilleuse” au terme de ce premier apprentissage de la vie auprès du beau monde, on pourrait l’appeler “coche lisse”.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

étron

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

C'est vraiment bref. Un seul mot. Pour qualifier totalement un esthète de mon espèce au nom en quatre parties, n'est-ce pas réducteur ?

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

dense étron nervuré et fumant tombant lourdement sur les pavés; nourriture à vermine

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

Ha oui là c'est mieux quand même !

Merci pour d'avoir fourni cet effort intellectuel à travers ce commentaire à votre portée.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

merci, je m'inspire de ton oeuvre

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

Vous vous en inspirez fort mal en ce cas.

Aucun style, contenu vide, niveau pré-scolaire.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

On a les admirateurs qu'on mérite. Je t'aime.