samedi 11 juillet 2015

JE SUIS TROP INTELLIGENT POUR COMPRENDRE LE PROBLÈME GREC !

N’y comprenant que pouic à cette affaire de gros sous et de politique européenne au sujet de cette foutue Grèce chez qui on envoie volontiers se faire voir tous ceux nous font chier, je me suis mis à creuser ma réflexion. 

En lisant les commentaires détaillés et incompréhensibles d’internautes visiblement initiés à la complexité greco-bancaire qui mettent leur grain de sel sous de pompeux et soporifiques articles du “Figaro”, toute la bêtise de cette histoire m’est apparue : si je ne saisis rien à rien à ces si importants problèmes de grandes personnes sérieuses, c’est que ceux qui en parlent si doctement sont en réalité des ânes.

Et moi je suis trop intelligent pour m’abaisser à leur si piètre niveau de quadrupèdes nourris à l’avoine grecque.

En effet il faut, selon mes critères izarriens, être bête à manger du foin, ou de l’avoine, pour écrire des choses si ennuyeuses à propos de la Grèce et de ses banques, de l’euro et de leur économie...

Dans un article du “Figaro” il est écrit que 59 pour 100 des français pensent, au sujet de la Grèce, que ”Tsipras va gagner son bras de fer avec l'UE”...

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/07/11/20002-20150711LIVWWW00026-en-direct-grece-tsipras-faillite-eurogroupe.php

Ce qui signifie qu’au moins 59 pour 100 de mes compatriotes font semblant de comprendre quelque chose aux sandwichs grecs...

Ou que 59 pour 100 des gens de la classe moyenne se passionnent pour d’inextricables rouages politico-économiques d’un pays se trouvant à l’autre bout de l’Europe...

Je doute réellement que 59 pour 100 des français aient un avis sur cet énorme somnifère que représente l’affaire grecque... 

Ma conclusion est que pour s’enflammer au nom des banques et de la politique grecque il faut nécessairement avoir du fromage blanc dans le crâne et aimer ingérer des chardons comme le font les équidés aux longues “noreilles” qui font Hi ! Han ! quand ils ont des choses à dire.

Aucun commentaire: