mercredi 15 juillet 2015

VÉTÉRINAIRES : CORPORATION DE FRICARDS !

Est-il normal que les prix des consultations chez les vétérinaires soient largement supérieurs aux prix pratiqués par les médecins spécialistes attentifs à la santé des humains ?

En aucun cas.

Absolument rien ne justifie les prix exorbitants affichés par ceux qui travaillent sur la santé animale.

Certes on me rétorquera qu'un vétérinaire n'a pas à se comparer à un médecin puisqu'il n'en a pas les qualités et que de ce fait ses prix ne sont pas basés sur ceux d'un médecin.

Ce qui n'est pas faux.

Sauf que dans l'absolu il est indécent de payer plus cher pour faire soigner son animal que pour se faire soigner soi-même.

Le fait qu'un vétérinaire fasse payer ses services deux à trois fois plus chers que ceux d'un médecin spécialiste constitue en soi une arnaque. Libre à chacun, il est vrai, de franchir le seuil de son cabinet. On a le droit d'être victime consentante de la sottise et de faire preuve de sentimentalité déplacée envers son compagnon quadrupède... Mais du côté des vétérinaires, a-t-on le droit d'exploiter le filon de la sensiblerie citadine, d'abuser de la vulnérabilité psychologique des maîtres à la pensée avachie pour leur "lourdement alléger" la bourse en quelques minutes ?

Si les naïfs dupés par leurs vétérinaires en ont les moyens financiers, après tout pourquoi pas ? Il faut bien que l'argent superflu circule, qu'il serve à quelque chose. A condition que cet argent si facilement soustrait aux maîtres nantis serve à soigner, par exemple, les animaux des plus démunis moyennant honoraires raisonnables, voire réduits à zéro dans certains cas.

Les vétérinaires font des actes commerciaux quand les médecins font des actes médicaux. C'est ce qui différencie essentiellement les activités de ces deux corporations. Jadis les pauvres se faisaient soigner par le vétérinaire, moins cher que le médecin des hommes. De nos jours seuls les maîtres aisés, voire fortunés peuvent se payer le luxe d'une visite chez le vétérinaire. Les gens plus modestes préfèrent garder leurs sous pour consulter leur médecin.

Tous les prétextes sont bons aux yeux des vétérinaires pour justifier leurs prix prohibitifs. 

Aucun ne tient la route.

Voilà l'illustration parfaite d'une forme de parasitisme professionnel légal.

Les vétérinaires prennent des marges de bénéfice dépassant toutes les bornes de l'honnêteté pour un service qui ne le légitime définitivement pas.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Aucun commentaire: