mardi 18 août 2015

1127 - Imbuvable

Né avec une flûte en or -au son fort aigu- dans le bec et des certitudes de marbre dans mon esprit de roc, nourri avec des biberons étincelants aux tétines ciselées, élevé dans la gloire de moi-même, gavé de préjugés précieux et immodestes, je grandis dans une exquise impopularité.

Incompris, mal-aimé, condamné par la rumeur, je passai une enfance radieuse.

Joliment perché sur mes nuages, je fus préservé des vulgarités du monde. La seule souffrance que je connus, c’était celle des autres et elle ne me touchait guère. Enfin pour être honnête, elle me distrayait plutôt.

Bien à l’abri entre ma chambre feutrée et ma cave dorée, de la vie je n’ai expérimenté que les facilités, légèretés et suavités.

Fruits délicieux aux saveurs célestes qui enivrent mon âme d’esthète. Affinent ma sensibilité poétique. Conservent ma peau laiteuse.

Et m’éloignent de la boue dans laquelle se vautrent avec complaisance les autres mortels... Je laisse les épluchures, patates pourries et pommes aigres de l’infortune à ces spécialistes de la transpiration “turbinatoires” que je considère comme des porcs.

Bref, mon bonheur de vivre passe pour un outrage, et même un crime. C’est ainsi que ma misanthropie s’est alimentée à la source de cette porcine engeance que j’ai toutes les raisons de mépriser.

Indisposé par la rugosité du prolétariat, mais également par la tiédeur écoeurante des classes moyennes, j’ai toujours refusé le contact avec ces mains calleuses, ou simplement molles, que leurs représentants me tendent parfois. Moi le délicat aux doigts de pianiste et au coeur glacé comme le diamant, eux les grogneurs à la pensée épaisse et au corps ruisselant de sueur.

De fait je réponds invariablement à leur détestable amabilité par des crachats.

On me regarde de travers, m’évite, me cite en contre-exemple. Certains médisent même sur mes dentelles, ma perruque, le bout de taffetas collé à ma pommette et même sur la poudre de riz qui blanchit mon front hautain... Dieu ! Que le monde est mesquin !

La cause de toutes ces méchancetés ? Pour rien : juste pour ma différence, ma naissance, ma hauteur. Pour mes paumes lisses et mes joues pâles peut-être bien aussi, je crois... C’est par ces raffinements que je déplais aux cochons.

Il est vrai que je ne mange pas à la même table qu’eux ni ne vois passer les mêmes mets sous mes lustres. Chose qui répugne tant à ces hurleurs de l’ombre m’accusant de ne pas adopter leur régime plébéien. Pourtant il suffirait qu’une de ces bêtes semi-affamées vienne frapper à ma porte pour que je ne la lui ouvre pas. Ou que je lui fasse pénétrer le seuil et que je la bastonne avec justification. Mais jamais ces animaux ne prennent la peine de me juger sur pièce. Au lieu de cela, ils me font des procès d’intention. Ces dévoreurs d’ordure n’ont pas le sens de la justice.

Aujourd’hui que j’ai l’âge de ne plus rendre de comptes à personne, je peux bien le dire : je sais que je suis imbuvable.

Mais est-ce de ma faute si de fats censeurs et odieux creveurs de rêves m’enferment dans un imbrisable carcan de préjugés comme une bulle d’air dans une ampoule ?

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=Kl9HnM4Poa4&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x324yqf_imbuvable-raphael-zacharie-de-izarra_school

1 commentaire:

Anonyme a dit…

CHEERS! Potions amères pour buveurs endurcis!
Modération déconseillée.....