mardi 23 février 2016

1156 - SDF céleste

Officiant depuis vingt ans dans une cathédrale de renom, j’étais devenu un prêtre d’expérience, autoritaire, sûr de mon sacerdoce.

Ma haute position, mon prestige, mon charisme me donnaient une envergure de personnage légendaire.

Mon tempérament magistral trahissait mon appartenance à ces âmes brillantes, à ces êtres remarquables nés pour imposer leur lumière au monde.

J’avais des rêves de grandeur, doublés d’une conscience aiguë de mon rôle de “guide superbe”. Même mon humilité, pourtant sincère, était encore une forme d’ambition. Effrayant et magnifique à travers cette apparence d’un Frollo des temps modernes, j’avançais dans la vie ecclésiastique avec la distinction d’un seigneur, l’assurance d’un guerrier, la hauteur d’un aigle.

Le front impérial, le regard orageux, le verbe grave, j’impressionnais également mes supérieurs. Il était évident qu’un avenir radieux s’ouvrait à moi.

Comme une saine manie, une sainte intention, une louable détermination à embellir l’Humanité, j’avais toujours été animé par ce désir de placer les plus petits sur le trône de la dignité, d’élever les gens simples au rang de princes, de faire de ces gueux que je côtoyais des rois, afin que plus près du Ciel de ce Dieu parfait que j’aimais par-dessus tout, ils me ressemblassent et partageassent mes sommets.

Parmi ces poissons du commun pris dans mes filets assainissants, je m’étais attaché à un pauvre hère des rues rôdant régulièrement aux portes de “ma” cathédrale en quête de piécettes soutirées aux fidèles. Un pauvre vagabond pour qui la grand’messe du dimanche se résumait à la perspective de quelques oboles, de quoi remplir à moitié sa sébile d’éternel assisté.

Bref, soucieux de la rédemption de mes semblables et de plus en plus résolu à les redresser, je voulais faire de ce piteux animal un homme debout, grand, fort, fier. Remplacer sa misère par une flamme.

Ainsi jour après jour, avec patience et pédagogie mais aussi avec fermeté, voire avec cette âpreté, cette exigence, cette sévérité que méritent ceux qui par paresse, vice, faiblesse se sont laissés enliser dans la boue, j’initiais cette crasse morale aux neiges intérieures.

Bien vite je dus avoir recours aux mots cinglants et aux gestes coercitifs. Puis à la brutalité. Les gifles marquèrent de plus en plus durement sa joue faite pour l’humiliation pensais-je. Le tonnerre de ma colère s’abattit sur son dos pleutre et débile -légèrement handicapé physique, je le soupçonnais de mettre à profit cet “artifice” pour apitoyer, manipuler, escroquer les gens crédules- si bien que cette bête grossière était devenue le souffre-douleur de la cause pie incarnée par ma robe noire pleine de majesté.

Je devais éduquer ce rat rempli de bassesse ! Dans ce dessein j’estimais que les moyens les plus accablants étaient aussi les plus justes. Ma conscience sur ce point était claire, mon coeur impartial. Et mon courage exemplaire puisque j’avais affaire, de toute évidence, à un esprit rebelle, rétif aux idéaux bibliques que je défendais.

Enivré par cet encens moral et emporté par l’habitude, je frappais chaque jour le méchant mendiant au point que ses larmes se mêlaient désormais à son sang. Sous ma “protection” la vie de ce misérable n’était plus qu’un calvaire dédié aux valeurs de ce Dieu d’amour que j’étais censé lui enseigner. Qui aime bien châtie bien : à ce titre je demeurais inflexible.

Longtemps j’ai caressé cette espèce de Quasimodo SDF à coups de semelles et de badines en lui chantant des menaces et des injures, allant jusqu’à maudire celle qui l’avait mis au monde et bénir celui qui l’inhumerait !

Jusqu’à ce qu’un jour ma victime ivre de douleur, la face tuméfiée, le regard désespéré, le front ruisselant, prononça à mon adresse des mots impensables juste avant de succomber aux coups fatals que je venais de lui administrer.

De ses lèvres sortit cette bénédiction qui fut mon salut : “Je te pardonne...”

Et je reconnus le visage de ce petit que je venais de crucifier.

C’était le visage du Christ.


VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=Q9gFZkgFpJQ

http://www.dailymotion.com/video/x3ttry7

https://www.youtube.com/watch?v=hdd80SbYFUM

http://www.dailymotion.com/video/x3tu3uf

Aucun commentaire: