mardi 14 juin 2016

1180 - Charmes mortels de mars

Le mois des giboulées déprime ciel et terre mais enchante mon coeur fait pour ces larmes et cette glace.

Quand la nue chargée trempe les natures frileuses, attriste les rêveurs, noie même les morts dans leur tombe, je renais, frissonne d’aise, ris de bonheur !

Ma joie pure est de voir la pluie, la pluie froide, la pluie blessante, la pluie tranchante fouetter les visages, déborder des gouttières, déverser son écume sur les toits, inonder le sillon.

Dans les nuages, la tourmente et les flaques, je perçois des reflets étranges, d’autres clartés, un monde plus beau, plus vaste, plus haut.

Avec ses cheveux en épouvantail, son front austère, ses airs de cadavre, mars repeint villes et campagnes de ses ondes moroses. Et lumineuses.

Ses flots en furie et ses gifles de givre me font crever de sentiments obscurs. Et délicats.

La saison ruisselante est le promontoire de mon âme : dans ses profondeurs m’apparaît un jour céleste. A travers ses eaux sombres je distingue une lumière subtile, intérieure, issue de mon être. Sous son sol mouillé, j’entends la vie, reçois l’invisible, me retrouve dans le secrets des dieux.

C’est dans les vertiges de l’humus, l’éther de la rigole et l’ivresse du caniveau que je prends de la hauteur.

Les charmes boueux, mortels, frigorifiants des averses germinales me donnent des ailes.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

https://www.youtube.com/watch?v=NQ_96vm5R7M

http://www.dailymotion.com/video/x4gfzno

https://www.youtube.com/watch?v=6xTSikjU5MQ

http://www.dailymotion.com/video/x4ha17w

Aucun commentaire: