dimanche 14 août 2016

J'AI ESSAYÉ POUR VOUS LE PARC PAPÉA !

Royaume des classes moyennes, paradis des DUPONTS, terre promise des fonctionnaires et ouvriers d'usine en mal de sensations bien calibrées et dûment tarifées, PAPÉA fera le bonheur des morveux blasés et de leurs géniteurs déculturés.

En ce haut lieu d'agressions esthétiques en tous genres les parents semblent être encore plus abrutis que leur progéniture ! Assez intéressant à observer, mais de loin afin d’éviter les cris stridents des gosses et les papotages pleins de vacuité des adultes faisant la queue devant les attractions.

Si vous avez la bonne (ou mauvaise) idée vous d’aller perdre temps et argent à vous frotter à la roture dans son élément naturel afin de partager (ou d’étudier) ses plaisirs vulgaires et ses aspirations grossières, là-bas vous assisterez à l'étalage décomplexé du mauvais goût sous ses multiples aspects : vestimentaires, culinaires, musicaux, linguistiques, ludiques... Et ceci à l'échelle d'une véritable petite ville car il y a toujours foule chez les adeptes de la médiocrité socio-culturelle érigée en valeur suprême.

PAPÉA est à conseiller uniquement aux esprits séniles accompagnant leurs petits enfants et aux jeunes cervelles crétinisées par des précepteurs indignes leur ayant enseigné la culture de l’insignifiance.

Entre les friandises industrielles à acheter aux quatre coins du parc et les jeux ineptes ponctuant une promenade en famille sans prétention ni exigence, ce petit monde que je viens d’évoquer en termes certes déplaisants mais sincères y trouvera son compte dans cet univers de lourdeurs et de laideurs qui est exactement à son image.

Aucun commentaire: