samedi 10 avril 2010

871 - Les femmes vénèrent les machos

Parce que le Ciel a voulu que la femme naisse sous le signe de la docilité, la femelle enchaînée aux lois âpres du mâle aime les injustices du sexe.

C'est ainsi que la conjointe sous le joug des plaisirs est naturellement soumise. Sa chair est faite pour être dominée, asservie, livrée aux crocs du loup, son souverain. L'amante est la poupée de l'homme, ce seigneur-né, et elle le sait : elle trouve belle et bonne cette cruauté de l'hyménée.

Tout comme le jardinier sublime la nature en l'ordonnant, le gaillard qui dispose de sa compagne peut à sa guise et selon ses caprices glorifier la nature d'une main de fer, guidé par son imagination, inspiré par les causes supérieures, principes divins qui ont placé le lion sur un trône et son élue à ses pieds.

Les sots pensent que l'égalité des genres est naturelle et que la place d'Eve est à la droite de son époux. Cette égalité-là n'est point naturelle. Mais dans son immense sagesse Dieu a décidé que l'oiselle chérirait les bottes de son prince, et ce qui semble injuste aux yeux du citoyen, du savant, du législateur dénaturés par les artifices de la culture est infiniment juste et doux sous les clartés nuptiales du firmament.

Dans le secret de l'alcôve les grandes idées n'ont plus cours. Il n'y a plus de révolution quand triomphe l'hymen. L'épouse reprend sa véritable place à l'heure où tombent les masques.

La ménagère sincère vénère le macho. Au fond d'elle-même elle déteste sa nouvelle condition où l'a abandonnée son contemporain... Cette liberté-là aliène l'enfant de Vénus qui, fondamentalement, a besoin de sentir la force rugueuse de la virile écorce contre sa soie, le poids de la masculine autorité sur sa tête, la puissance phallique sonder ses flancs, l'éclat intellectuel dominer ses pensées, la voix rauque faire taire ses féminines protestations.

Et la délicieuse ortie de l'amour séduire son coeur.

La créature n'est désirable aux yeux du gentleman que lorsqu'elle s'accorde à ses hauteurs à travers la parure digne et sobre de sa soumission innée : dévouement, obéissance, hommage au générateur de semence et porteur de sceptre sont les sentiments honnêtes de la belle face à son maître, tant dans la vie conjugale que dans l'aventure amoureuse.

Ce qui rend la féministe infâme, vulgaire, détestable, bête et grotesque, c'est sa propension à vouloir singer le mâle dans ses divines attitudes... Et qui fait le gorille au lieu de faire l'humain.

L'amie du phallocrate qui a su garder intacte l'intelligence de son sexe se soumettra avec d'autant plus de délices aux lois du dominant que ces dernières sont inspirées par les gènes et non par la norme.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Dieu a créé les femmes belles et stupides.
Belles pour que les hommes puissent les aimer et stupides pour qu'elles puissent aimer les hommes...

choucroute a dit…

Tellement vrai Anonyme.
C'est ce qu'on appelle la complémentarité.
Si la femme se met à être, en plus d'être belle, intelligente et autonome financièrement, quel moyen restera t-il à l'homme pour séduire. On ne séduit qu'avec les caractéristiques que l'autre ne possède point : traditionnellement la femme met en valeur leurs charmes physiques tandis que les hommes leur puissance et leurs richesses.

Anonyme a dit…

C'était une blague...

Selim a dit…

Il ne faut pas désespèrer de la magique incompréhension qui sépare le feminin du masculin

Lefrançois a dit…

Les femmes sont un éternels mystères qu'il convient de s'efforcer toujours de pénétrer plus profondément...

filledemnemosyne a dit…

Vénérer est un bien grand mot.
Et les vrais machos de bien grand maux !

Un soupçon de machisme pour assaisonner, pour relever le goût, mais quand même, le fond de sauce doit être romantique.

En fait c'est de toujours mijoter que se gâte le plat.
Il faut saisir vivement, savoir réduire le feu, épicer savamment, relancer la flamme, déglacer...et veiller à ne pas attacher au fond de la casserole.

Enfin, c'est ma vision des choses.
Cela m'a donné faim !

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique