mardi 10 avril 2018

1255 - Charme sinistre de Charleroi

Charleroi, cité des ambiances mortelles, de la déprime imbriquée dans la brique, de la morbidité esthétique est aussi la ville de tous les mauvais rêves.

Romantique à souhait.

Charleroi, capitale de la mort.

Sa misère y est belle comme une agonie. Ses rues en pleurs sont ternies par leurs larmes. Ses murs transpirent un passé lourd de poussière et de souvenirs périmés. Elle porte un voile de couleurs sinistres. Abreuvée d’une mélancolie plombée, l’agglomération s’enlise dans les sables oubliés d’une époque révolue.

Avec ses toits écrasés par les cadavres des siècles, ses cheminées crachant de la ténèbre, ses fenêtres donnant sur des jours sans joie et le désespoir débordant de ses trottoirs, la métropole est une ombre qui s’étend du matin jusqu’au soir.

Tandis que la nuit il s’y donne des bals de fantômes. Des festivités de morts-vivants. Des danses de spectres.

Chorégraphies du vent, du froid et de la tristesse... Uniques hôtes de ces mornes réjouissances, seuls noctambules chantant en choeur, là-bas, dans le noir.

Au bout de ces boulevards et de ces impasses -interminable asphalte percé de mauvaises herbes-, au fond de cet immense trou à rats, jusqu’au coeur des moellons suintant le malheur, moi j’y vois le refuge des âmes sensibles, des êtres épris de ciels épais et d’oiseaux sombres, l’asile des poètes captant des mystères palpables, l’éden morose des chasseurs de papillons étranges.

Charleroi brille de sa flamme éteinte.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=KdyWPg3D_LM&t=2s

Aucun commentaire: