samedi 30 mars 2019

1332 - Les vagues de l'esthète

Je voyais, juste sous la Lune, une présence, une forme, une clarté.
 
Et, au-dessus des nuages, un astre, un horizon, une voie.
 
Je suivais un oiseau dans la nue, percevais une flamme dans l’espace, sentais un miracle sur Terre.
 
Je me savais entouré d’ailes, de légèreté, d’éclat.
 
Avec, en toile de fond de mon être, un visage pareil à un songe.
 
Des traits faits d’air et de lumière. D”azur et d’éther. D’étoile et d’or.
 
Une face comme un océan éternel aux vagues à l’infini dont l’écume argentée vient chanter sur une plage de vie, de vent, de sable et de beautés à perte de vue...
 
Je voyais, juste sous la Lune, une réalité, une silhouette, une blancheur.
 
Et, au-dessus des nuages, une lueur, un paysage, un ciel.
 
Je contemplais la gloire de la Création à travers le passage, haut dans mon âme, de cette Vénus nommée Farrah Fawcett.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Magnifique texte ! Le sens de la formule ne vous a point abbandonne, cher Maitre !

Anonyme a dit…

Je vois la, tres loin, sous la lune,
Une silhouette, une ame aux aille
Une brume de lumiere celeste
Un apre aigle ethernel.
Je vois la-haut, au-desus de nuages
Un petit bois en diamant
C/est mon chemin vers le Rivage
C'est mon Amour sans tache, ni fin.
C'est comme Dieu, si loin, si proche
C'est pas A MOI, c'est DANS MOI MEME
C'est pas un reve, c'est un soleil
Et ma priere c'est JE L'AIME.

Anonyme a dit…

https://www.youtube.com/watch?v=YFD2PPAqNbw

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique