vendredi 28 juin 2019

1499 - Eloge funèbre pour mon oncle Henri

Henri était une tête.

Un sacré ciboulot. Un cerveau. Un puits de pensées.

Il en avait dans le mou.

C’était une forte caboche également.

Athée, brillant, érudit (et même savant), mal habillé, bien intentionné, intellectuellement féroce et socialement assez imbuvable, ce clodo révolutionnaire ne pouvait mourir que comme un homme ordinaire : avec l’humilité, ou plutôt l’insouciance, l’indifférence de ceux pour qui la mort n’est rien.

En silence et à l’ombre.

Pourtant, avec sa barbe de prophète démodé, son front de penseur d’un autre siècle, sa production cérébrale pure, il en imposait ! Des allures augustes, des mots éclatants, des vues profondes, une voiture pourrie...

Railleur, sage et tonitruant, il sortait des vérités philosophiques ou égrillardes dans la puanteur des volutes de son mauvais tabac.

Et on l’écoutait, amusé, surpris, impressionné par cette statue impénétrable. Le personnage flamboyait par sa cervelle, déshonorait ses hôtes par ses tenues ternes, sa mise négligée, ses vieilles godasses.

Il est mort, après une existence longue, riche, humaine. Mort comme meurent les chiens, c’est ce qu’il voulait. Ne pas faire de bruit, partir comme on naît : tout banalement.

Lui le médecin, lui le raisonneur, lui le crâne pensant, il avait du coeur... pour la vérité. C’est à dire l’intelligence seule.

Mais qu’est-ce que l’intelligence sinon de l’esprit ? A sa manière n’était-il pas épris d’âme, finalement ?

Il ne croyait en aucun soleil divin, en nul astre supérieur, pas même en une étincelle de survie...

On lui souhaite la Lumière.

Aucun commentaire:

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique