mercredi 22 mai 2019

1483 - Tel que je suis

Dans ce monde criminellement standardisé, tristement lissé, inhumainement édulcoré, lamentablement dénaturé, frileux, épilé, châtré, faible, appauvri, j’apparais comme une monstrueuse singularité, un OVNI d’authenticité, une outrance de pensée brute, un furoncle de personne réelle.

L’incarnation de ce qu’il ne faut surtout pas être : normal.

Un humain grandeur nature qui pense, conçoit, avance, agit de façon sensée, libre, indépendante.

Sans les artifices imbéciles et autres délires de cette société malade soucieuse de niveler les individus, les idées, les sentiments selon ses critères morbides.

Société désaxée tombée d’un côté dans la folie de la transgression, de l’autre coté dans l’hystérie de l’auto-censure.

Tourner systématiquement en dérision les saines valeurs tout en réprouvant les “aspérités” de langage des “arriérés”.

Telle est la norme en vogue.

Ce monde en toc peuplé de caniches annelés et de poulettes déplumées -interchangeables- a peur du vrai. La justesse des mots effraie les adeptes du faux. C’est pourquoi sont proscrits certains termes hier banals, aujourd’hui brûlants de subversion...

Aussi, lorsque je laisse parler mon coeur, faisant abstraction des concerts de bêlements abâtardis de tous ces émasculés qui m’entourent, chacun de ses battements est un coup de massue dans leur face de carton.

Chaque réflexion sortant de mon esprit intègre est une tomate pourrie jetée en pleine poire de ces d’efféminés. Une torgnole galactique, un tonnerre de vérités sans masque ni ornement qui terrifie les suffragettes.

Et leurs alliés soumis, ces toutous féminisés faisant office de mâles, de conjoints, de maris. Ces porteurs de frisettes se croient des hommes mais même quand ils sont musclés, poilus, tatoués, burnés, leur mentalité est efféminée : ils parlent comme parlent  leurs femmes gauchisées...

Eux les êtres raisonnables, moi l’ogre insane ?

En réalité je ne suis nullement carabiné. Pas plus gratiné. Ni cinglant ni brutal. Encore moins fabuleux ou horrible.

Je suis simplement entier.

Ordinaire.

C’est eux qui sont des loques, des larves, des avachis, des mollassons, des handicapés de leur humanité, des infirmes de la véritable fierté, des amputés de leur dignité.

C’est eux qui sont morts, moi qui suis en vie !

VOIR LA VIDEO :

https://youtu.be/Rlph_BWrDZE

Aucun commentaire:

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique