lundi 27 janvier 2020

1558 - Face de Lune

Farrah Fawcett, vous étiez belle comme la banquise pétrifiée par le froid, aussi claire que l'onde qui ruisselle sur les sillons de mars, éclatante et nivéenne, pareille aux nuages peuplant le ciel de juin.

Votre mystérieux angélisme me porte cependant à vous imaginer plus hôte de la Lune qu'habitante de la Terre.

Allégée de tout prosaïsme. Couronnée de l'or de notre pâle satellite. Respirant l'infini du Cosmos.

Les pieds posés sur le sol lunaire, dotée d'ailes, parée d'énigmatique lumière, riche de tous les rêves de l'Univers.

Sur votre face de terrienne brillaient les reflets de la blonde Séléné.

Vous aviez la tête d'un spectre sidéral, le visage d'un oiseau stellaire, les traits d'une lointaine étoile.

Et la chevelure d'une comète.

Vos lignes étaient dorées, vos yeux aériens, votre air tout bleu. Et votre front plein d'immortalité.

Vous êtes morte quand même.

Mais le fantôme de votre beauté hante ce monde désert.

Au-dessus des vallées silencieuses, des plaines paisibles, des paysages figés, il plane pour l'éternité.

Aucun commentaire:

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique