jeudi 25 juin 2020

1590 - L'amour, ça gèle les doigts de pieds !

L'avantage de l'amour, c'est qu'aucune loi humaine n'exercera sur lui la moindre autorité.

Ca, tout le monde le sait.

L'amour, par essence, déplaît aux juges, aux frileux, aux prudents, aux sots, aux fats, aux rats, aux mesquins, aux requins et à la vermine qui tous veulent n'en faire qu'une bouchée !

Alors que l'amour est un festin sans fin à dévorer sans faim et à explorer en long et en large.

Ca, tout le monde ne le sait pas.

C'est une chose énorme, effrayante, monstrueuse qui fait fuir les moutons, courir les chiens, rêver les loups.

Et indiffère les vaches.

Injuste, discriminatoire, immature, borgne, l'amour voit rouge, broie du bleu, montre du doigt.

Et boit le feu du ciel.

Ce qui crève la peau, ce qui fait des bosses sur le front, ce qui perce la ténèbre, voilà ce qu'est l'amour.

Un bonbon au suc de ronce et au sel de fleurs.

Avec, en plus, une brise de jurons pour se rafraîchir les idées et deux ou trois gorgées de sens pour en sublimer l'amertume.

L'amour, c'est une flèche de l'hiver qui vient se ficher dans le cul du printemps. C'est toute la force du gel dans le coeur des tièdes ! C'est la gloire de la neige éternelle sur le Soleil impuissant.

L'amour méprise les faibles, les poltrons, les larves et les rigides.

Il tue l'oisillon dans son duvet pour ne se donner qu'aux êtres de plumes.

Seules les âmes d'envergure survivent à sa gifle étincelante. Les autres se rapetissent sous le tonnerre. Et meurent de leur néant.

L'amour est un banquet sans fond pour becs durs et ailes sûres.

Déchantez tous car l'amour n'est résolument pas pour vous. 

Il n'est que pour les autres.

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique