jeudi 24 janvier 2019

1321 - Russophile

Immensités immaculées où tout gèle et devient éternel, plaines sans fin où les pensées légères se perdent dans des horizons célestes, le continent russe que j’aime tant est un rêve éclatant et mélancolique.

Grave comme la mort, lumineux comme la glace.

Ce géant aux bras enneigés est une galaxie pleine de vie et d’âpreté, de beautés pures et de larmes sublimes.

Oui, ce pays est un déluge de clarté sur un océan d’hommes... Un flot sans fin de nuages traversant de grands esprits : le vent sacré de ses espaces incommensurables souffle sans cesse sur des sommets humains.

D’illustres noms, d’immortelles oeuvres ont laissé leur empreinte sur chaque front, chaque chemin, chaque fleuve pour y transmettre d’impérissables légendes.

Vastes étendues givrées mêlées d’azur, d’espoir, d’étoiles et de sombres forêts, terres dures peuplées d’âmes simples et profondes aux rires clairs, aux douleurs héroïques, la Russie m’éclaire de sa blancheur et m’enrichit de ses deuils.

Les femmes là-bas sont belles et robustes, vierges et dignes et elles chantent l’Histoire et l’amour, aiment leur village et boivent l’eau des rivières car leur coeur est fait de vérité et d’idéal.

Je quitte aujourd’hui ma France gisant dans ses ultimes soupirs, aux dernières lueurs mourantes, pour rejoindre cette contrée glorieuse qui me désigne un ciel nouveau, me promet l’infini et m’offre déjà la lumière.

VOIR LA VIDEO :


https://youtu.be/DfybwPUIs44

Aucun commentaire:

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique