jeudi 14 décembre 2017

1238 - Marc-Édouard Nabe

Entrer dans le monde de Nabe, c’est rêver dans le brouillard. S’entourer de nappes de pensées. Se plonger dans un état de brume et parler d’un tas de trucs.

Nabe émet des mots en poudre qui explosent et partent en fumée. Ou retombent en poussière. Bref, il lance des flocons d’avoine qui virevoltent et puis fondent.

Neige ou blé ? Des choses à la fois franches et incertaines, de quoi semer aussi bien des cailloux que des doutes.

Nabe c’est le pétard des belles-lettres. La bombe d’artifices. La patate atomique. L’orage qui “spectacle” en bas et l’éclair qui “chocolate” en l’air.

Mais chut ! C’est l’heure nébuleuse de Nabe-la-bulle ! Le monde est là : la plume claque, la prose flatte, la pose frappe, la face est vive et le ton va bien avec.

Voilà que le coq chante.

Ou que le bec caquette. Enfin peu importe, voici la rage en marche, la marge en arme, le rouge au col. Avec la crête en vogue... Chez Nabe en effet le détail qui tue, c’est ça qui compte.

Moi je n’évoque Nabe qu’avec des polypes dans la gorge, des clochettes dans la voix, une bosse sur le front et un pal dans le dos qui me fait un mal de chien comme un vrai chameau que je suis !

Mais surtout, avec dans la tête des douleurs anachroniques d’enclume écumante. De sévères et virtuelles névralgies de chimères dures comme le nougat de Montélimar !

Je ne puis doctement débiter des bagatelles à son sujet qu’en termes solides ou gazeux : soit le plomb, soit la vapeur. Ou même aréneux, ce qui n’est guère onéreux, ou encore aqueux : sable ou flotte. Des babioles. Pour le dire sans le dire, toujours dans le trouble, le flou, le vaseux, le hors-champ de ma lumière izarrienne...

Oui parce que Nabe c’est du verbe pilé plein de fracas pour faire des phrases totales, entières, bien mûres. Le maître des tomates accompagné de poires, cerné de guirlandes. En somme, partout autour de lui, de la véritable andouille qui vire à droite ou à gauche mais reste toujours aussi juteuse.

Sans oublier dans les poches, le slibard, les manches, le foulard, ce qu’il faut pour éblouir encore un peu plus.

Jamais je ne pourrai dégoiser sur ce lettré guignol en termes clairs, nets, simples, parce que je ne comprends que pouic au théâtre dramatico-burlesque de son microcosme littéraire subversif parisien. Et vous, décodez-vous ce que je dis à propos de Nabe ou faites-vous semblant ?

Parler de Nabe, c’est papoter de bavures de buvard, de bave et d’encre noire, de buée et de bruits dans le vent, de vaguelettes d’idées qui moussent.

Mais également d’eau qui s’évapore, se fait oublier un temps et revient à l’improviste sous forme de pluie pour, de littérature, nous mouiller.

Aucun commentaire: