lundi 9 décembre 2019

1542 - Froid et solitude

A douze ans j'avais des océans dans la tête, plein de lumière dans le regard, des boules de neige dans les mains et face à moi, un horizon de liberté : un simple champ, perdu dans la brume de décembre, qui me semblait infini.

J'étais entouré de blanc, de gel, de pureté et la campagne brillait de dureté.

Dans le silence de l'âpre saison, ma jeune âme s'abreuvait de glace, s'enivrait de givre en contemplant avec extase la cruelle beauté du paysage figé dans la mort.

Plongé dans ce rêve éclatant où le froid avait rendu toute chose sacrée en y déposant son voile mortuaire, je ne sentais pas la morsure de l'hiver sur mes doigts.

Le spectacle du Beau me rendait insensible aux douleurs mesquines du quotidien, aux petites tendresses humaines, aux douceurs charnelles, aux conventions de la civilisation, aux modes et malheurs du siècle.

Je trouvais cela insignifiant, vulgaire, superficiel, loin de moi, insipide, méprisable.

Seule comptait la vision virginale de cet univers féroce où tout se transformait en pierre sous la caresse hivernale.

Je m'enfonçais dans le brouillard avec les deux meilleures compagnies qui soient : le calme et la solitude.

Je cheminais ainsi, heureux et méditatif au milieu de cet espace frigorifié, soutenu par la rigueur des éléments...

Tenant d'une main l'austérité, de l'autre la Poésie.

VOIR LA VIDEO :

https://youtu.be/ytzaciqzuFM

Aucun commentaire:

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique