samedi 23 juin 2018

1266 - Oiseau d'éhter

A ces dindes lourdes au vol ras et au lustre épais que l’on croise ordinairement entre rues et caisses de supermarchés de nos provinces, ma préférence va vers la légèreté et la finesse céleste de Farrah Fawcett.

Cette sublime bécasse américaine aux traits surnaturels et aux ailes de fauvette excite mon écriture et fait monter sa sève que je déverse en des jets vifs et palpitants. Ma verve se durcit à l’évocation de cette femelle d’os et de lumière. Et mon verbe se liquéfie lorsque je chante sa sidérale beauté.

Pour cet astral volatile j’ai des mots aussi aériens que telluriques.

Inspiré par l’éclat carnassier de sa face de silex et l’or onirique de sa carcasse angélique, ma plume plane entre ses flancs d’éther.

Ma lyre grinçante se rossignolise en croisant le bec de cette fine fée.

Mes pensées s’enclumisent à l’évocation de cette plumesque écume.

Et mes voyages vers les sous-préfectures deviennent des épopées intergalactiques dés qu’elle m’apparaît avec ses grands airs d’azur...

Farrah Fawcett était un nuage avec un visage. Une image avec un plumage.

Une Vénus venue de la Terre qui berçait le Cosmos et faisait rêver les étoiles.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=7F7BYOkNbuk&feature=youtu.be

http://farrah-fawcett.blogspot.com/2018/06/37-oiseau-dether.html

1 commentaire:

Liliana Dumitru a dit…

Je viens de reprendre attentivement la lecture. Le texte n'est pas bon.
Il est MAGNIFIQUE.
J'aime beaucoup les jeux de mots et son subtile, celeste, errothisme.

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique