dimanche 20 mai 2007

666 - Faiblesse d'esprit

Dix ans après ses funérailles, dans la presse François Mitterrand est passé d'intrigant douteux à "homme hors du commun", "personnage extraordinaire"... Les journalistes s'en donnent à coeur joie dans le concert de louanges et la mythification de l'homme Mitterrand. Extraordinaire François Mitterrand ?

Foutaise !

Mitterrand fut Président de la République française, c'est tout. Le reste n'est que légendes, embellissements, histoires revues, déformées à travers un prisme sentimental bien consensuel. C'est que les années apaisent bien des amertumes dans le coeur humain, et en une seule décennie les pires défauts du "cher disparu" se transforment en "qualités exceptionnelles"... Sous la baguette magique du temps, François Mitterrand, mortel semblable à tous les autres, est devenu une sorte de prince de la République, un génie énigmatique, une légende historique...

Dix ans après sa mort, ses mensonges les plus pervers ne sont plus que finesses politiques et pouvoirs de séduction ! Sa mégalomanie pharaonique n'est plus aujourd'hui que l'oeuvre désintéressée d'un "visionnaire" ayant "le sens aigu de l'Histoire"... Le culte odieux de la personnalité qu'il a insidieusement développé tout au long de ses deux septennats, en 2006 s'est transformé miraculeusement en panache de monarque. Légitime effet de la fonction que cette soif de grandeur architecturale, pensent en choeur ses anciens détracteurs... C'est même le signe des grands, ça ne peut pas tromper, n'est-ce pas ?

Comme le discours change vite en dix ans !

De manipulateur machiavélique Mitterrand est devenu une sorte de de Gaule sauveur du pays, une espèce de Saint-Louis rédempteur, un genre de Roi Soleil qui nous en met plein la vue ! En dix ans seulement, le vice a été fait vertu. Curieux retournement de veste d'une presse unanime... Hier vénéneux, aujourd'hui comestible, le champignon Mitterrand avec son écharpe et son chapeau est une silhouette fédératrice, un réceptacle à glorifications. La mite est devenue un mythe. Ironique effet du temps sur nos défunts dirigeants...

Destin extraordinaire que la vie de François Mitterrand à en croire le discours ambiant ? Je ne vois rien d'extraordinaire au destin de Mitterrand. La preuve : il est mort depuis dix ans. Lors de la commémoration du dixième anniversaire de sa mort on a pu voir Laurent Fabius se ridiculiser publiquement en portant chapeau et manteau à la Mitterrand... Le couvre-chef de Fabius porté à la Mitterrand, nouvel attribut des "princes de la République" ? Singerie pitoyable d'un clown de l'Énarque qui ose se prendre au sérieux ! Et tout ça pour servir la cause ambiante, pour être dans le bon ton. Le maître-mot de tous ces rendeurs d'hommage : ne surtout pas égratigner la fable ! Tous constatant que la légende a plutôt bien pris, dégonfler la mayonnaise passerait pour une faute de goût. Nécessairement impopulaire.

Mitterrand ne fut qu'un pauvre type comme nous tous, un homme ordinaire, un simple mortel, un médiocre comme nous le sommes tous sans aucune exception. Cessons de sacraliser nos semblables sous prétexte qu'ils portent un grand chapeau ou qu'ils ont le pouvoir de lever des armées en bougeant le petit doigt ! Empereurs, rois, esclaves, vagabonds, alcooliques, ouvriers d'usine, PDG, hommes à deux têtes, à trois pattes, mathématiciens, balayeurs de rues, génies ou dingos : tous dans le même sac ! Rien que des humains, de simples mortels, des êtres imparfaits, faillibles.

Les hommages médiatiques rendus à François Mitterrand ne sont qu'un vaste cirque, loin, très loin de la vérité, de l'âpre vérité politique dépouillée de ces flatteurs, mensongers artifices.

VOIR LA VIDEO :


5 commentaires:

filledemnemosyne a dit…

Déçue!

Pour faire le tour complet de la question pratique, selon un principe très mathématique, une stratégie très stratégique, une expérience très onirique, mes petits doigts m'avait dit d'aller sur ce chemin et, numéroté de la sorte, je m'attendais à en ressortir terrifiée.
Au grand frisson.

Je pensais voir quelques araignées machiavéliques.
Le terrible " You-Know-Whot."
"He- Who- Must- Not -Be- Named" en personne...

Des crépitements, des flammes, de la chair rôtie, le tout Cucugnan de Daudet...

Bah non.
Mitterrand.
Un politique quoi!

Deuxième lecture:

"Aimons nous vivants ! N'attendons pas que la mort nous trouve du talent."
C'est pas du Paul Valéry, c'est un autre, un François...(moins glorieux mais c'est tout ce qui me vient en tête)

Aimer ou pas aimer Mitterrand ?
Je m'en moque éperdument.
Et pourtant je suis sur bâbord.

Mais en profondeur. Sous l'eau.
Le pont du navire ne m'intéresse pas.
C'est ciel ou coquillage. Ou rien.


Donc la mort redore ?
Bah oui, mais c'est valable pour tous. Enfin, en principe.
Il y en a quelques uns à mon avis qui n'auront jamais le blason redoré en quittant ce monde.
Le temps ne patinera pas leurs actes.
Ou alors si, mais il en faudra beaucoup...du temps et je ne serai plus là pour le voir alors tant mieux.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

filledemnemosyne,

Cette numérotation tombant sur Mitterrand est un pur hasard.

Et pourtant... Vous ne voyez vraiment rien de troublant ?

A vérifier quand même, mais il paraît que la plaque d'immatriculation du corbillard de Mitterrand affichait le numéro 666.

Raphaël Zacharie de IZARRA

filledemnemosyne a dit…

J'ignorai ce fait concernant la plaque d'immatriculation du corbillard de Mitterrand.

Du coup, la curieuse a fait un tour dans l'univers de la Gématrie.

Il y a du troublant. Peut-être. Du style des 666 vitres de la pyramide du Louvre.
Et des initiales associées à la Franc-maçonnerie.
(Xavier Bertrand est aussi franc-maçon, non?)

Je me souviens aussi, dans les années 80 de cette traduction de Nostradamus, du sang papal et de l'avènement de la rose.

Mais si on veut, on peut faire des associations avec tout et avec rien.

Un "ami" m'avait, un jour, fait un exposé très intéressant justement à propos de la destinée des papes et d'une numérotation dans l'Apocalypse...la révélation.

Je ne suis pas très au fait du sujet donc j'ai du mal à émettre un avis.
Mais si Mitterrand était un homme de gauche, et pour moi pas de la gauche dans le vrai sens du terme, c'est à dire aussi à droite que les autres. S'il était un homme imparfait comme au fond nous le sommes tous et toutes, il n'était pas pire qu'un autre.
Il n'a pas pris que de bonnes décisions, certes. Mais de là à le diaboliser.

Et la France n'est pas le centre du monde.

Il est où le 666 d'Hitler?
Il serait quand même plus logique non?

filledemnemosyne a dit…

Si, j'ai vu.

N'importe quoi!

Je pense exactement le contraire du signataire.
Et croyez bien que je vois clair.

filledemnemosyne a dit…

Pour les maths !
Pour la gématrie !
Pour Le trésor des templiers et celui de Rackham le rouge.

Pour ceux qui se reconnaitrons !