mercredi 18 février 2015

1099 - Preuve de l'existence de Dieu par le miel

La Création est non seulement grandiose mais encore pleine de délicatesse. Elle est mystérieuse, complexe et théâtrale dans ses grandes lignes comme dans ses moindres détails.

Infiniment élevé, cet azur chargé de nuages énigmatiques est pourtant à portée de notre vue, à hauteur de nos pas : le Ciel est un génie qui porte le linge blanc de la simplicité.

Dans ses principes suprêmes, le symbole vaut l’atome et la beauté fait partie des briques élémentaires de la matière. Conçu à l’image divine, l’Univers est plein de sens, de miroirs, de jeux, d’énigmes et de réponses en formes de questions.

La forme révèle le fond, le songe est l’éther du réel, la lumière la pierre de l’impalpable.

Et le roc, la terre, les astres, l’onde et la flamme sont des reflets de l’invisible.

Bref, Dieu a semé des fleurs sur les cailloux et répandu des diamants dans le sable.

Il a truffé la merde de poésie et mis le feu à la neige. Il a inclus des merveilles dans la pourriture qui renaît et insufflé de l’espoir à la cendre issue de l’illumination.

Mais il a aussi orné les sommets de joyaux et jeté des roses dans les étoiles.

Même ce qui est laid est beau : le ver, l’araignée, la fange ou le parasite sont des miracles eux aussi.

Il a donné leur éclat propre aux éléments qui se combinent entre eux tels des feux d’artifices sans cesse renouvelés.

Ainsi les abeilles sont pour moi la preuve de l’existence de Dieu.

Insérées dans la dentelle du Cosmos, elles font partie de ses plus fins et plus admirables rouages.

De leur vol industrieux et fécond, intégré dans le cycle de la vie, sort du miel. Etrange coulée de Soleil surgie de leurs ailes...

De fleurs en fleurs, elles offrent cet or à la Terre à travers une chaîne d’événements aussi aériens qu’absolus...

Dans ce fruit de la nature, je vois le plus grand des prodiges ! Faut-il être divin pour imaginer un processus aussi ingénieux qu’empreint de grâce, de sainteté, de majesté ! Ce nectar est la réunion parfaite de l’utilité et de l’Art.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Douceurs de delices
Miel sur les papilles
Gout de bonheur de caprices
D'ailes en vol et vrilles
Dis-moi Createur de merveilles
D'où viennent les abeilles ??
....C'est si bon..............

Raphaël ZACACA de PARTOUT a dit…

Caca roux,
caca marron.
Tu sors de mon trou,
infidèle étron.
J'aimerai tellement te garder en moi
mais dans la cuvette, finir tu devras!
Pour t'expulser de ce passage étroit
Je pense fort à Raphaël Zacharie de IZARRA.