vendredi 25 avril 2008

784 - L'homme vieillit comme un chêne

Comme je l'ai déjà écrit à maintes reprises, de manière générale, aux abords de la cinquantaine la femme devient sexuellement, esthétiquement et socialement repoussante, aux abords de la soixantaine, crapuleuse voire franchement répugnante, passée cet âge elle est invisible, insignifiante. Quand elle n'est pas purement et simplement méprisable, pour peu que sa laideur croissante n'entraîne la bêtise et la méchanceté.

Il m'en avait fallu du courage pour écrire les âpres vérités qui fâchent !

C'est pourquoi aujourd'hui je vais m'attarder avec sérénité sur l'homme vieillissant. Un sujet qui m'est cher : je sais que ces vérités-là ne chagrineront point les lecteurs.

C'est à partir de cinquante ans que le mâle entre dans l'âge d'or de son existence, ce qui coïncide exactement avec l'âge de l'entrée de la femme dans sa déchéance. A partir de la cinquantaine plus l'homme vieillit, plus il rayonne. Et plus il rayonne, plus il s'élève, s'approfondit, s'allège, s'éclaircit. C'est bien connu, l'homme embellit avec les ans. Que l'on me pardonne cette banalité, mais elle est si vraie, si belle et si juste que l'on a tendance à l'oublier.

En bien des points le cinquantenaire est préféré à ses cadets. Le soixantenaire plaît aux jeunes femmes. La barbe argentée de soixante-dix ans séduit l'âme verte. Le vieillard qui n'a plus d'âge, quant à lui, agrée aux dieux. Plus l'homme avance en âge plus il charme, impressionne, fascine. Chez lui le nombre d'années fait la loi, les qualités, la séduction.

L'homme avec les années devient seigneur, prince, roi. Et d'un regard foudroie une femme.

L'âge rend l'homme meilleur, volontaire, viril, plus vivant. L'intelligence qui s'enracine en lui ennoblit sa face. Ses rides sont belles, ses claudications solennelles, ses allures graves et supérieures. Et quand il rit, le patriarche a la femme à ses pieds. N'importe quelle femme car enfin, répétons-le, l'homme vieux est beau, fort, instruit, irrésistible. C'est pourquoi l'homme ne doit pas craindre la vieillesse.

Dieu a fait naître la femme belle, mais a dégradé son éclat en la faisant vieillir. C'est le modèle floral.

Tandis que, sur le modèle de l'arbre, il a mis plein de grâces dans les rides de l'homme.

lundi 21 avril 2008

783 - Les silhouettes

Les hommes sont des silhouettes qui traversent les siècles, des ombres animées sur l'immuable fond cosmique.

Les humains avec leur destinée individuelle deviennent d'anonymes insectes quand, assis à côté du philosophe, on les observe depuis les hauteurs du Théâtre. C'est bien connu, la prise de distance donne de l'acuité.

Ainsi François Dupont, parisien cinquantenaire inconnu du XIXème siècle avec ses humbles drames et ses petites gloires, avec ses "petits blancs" dominicaux et ses pot-au-feu du mardi n'est plus qu'une ombre parmi les milliards d'autres enfouies sous la terre, recouvertes par le temps, perdues, oubliées des vivants. Ce François Dupont est le passant sans visage, la personne sans nom aperçue avec des milliers d'autres sur telle ou telle pellicule de film tournée au début du XXième siècle.

Sur ces vieux films datant des années 1900 où apparaissent des scènes de rues, les passants aux traits indistincts apparaissent tous identiques sur la toile de fond. Vainement je tente de les identifier, de leur donner un nom, d'imaginer leur destin individuel... Et je me rends compte que ces silhouettes uniformes, ces têtes d'une autre époque reproduites sur le même modèle, ces milliers de moustaches sur ces visages tous semblables, c'est moi, c'est vous, c'est nous.

Nous nous croyons "mieux" (c'est à dire plus individualisés) que ces anonymes qui traversent la pellicule et dont les tombes, pour la plupart, ne sont plus que pierres effondrées aux épitaphes érodées au fond de nos vieux cimetières, et pourtant nous aussi nous sommes des ombres, nous aussi nous sommes les insignifiants anonymes des observateurs de demain en dépit de nos vanités de "gavés de technologie", de nos certitudes clinquantes et imbéciles d'internautes moyens. Éblouis par nos écrans, nous nous croyons à l'abri de l'Ombre...

Nous sommes tous des François Dupont.

Tous des silhouettes furtives dans la grande, inaltérable, immémoriale arène cosmique.

VOIR LA VIDEO :

mardi 1 avril 2008

MAX MOSLEY : LE SCANDALE !

(Les détails les plus sordides sont ici...)

Les détails inédits de cette sordide affaire qu'aucun média n'a osé révéler sont sur ce site, et ce n'est pas un poisson d'avril !

Le texte de révélations intimes au sujet de l'orgie de MAX MOSLEY a été malicieusement -mais judicieusement- placé quelque part au milieu des 781 autres articles, histoire de décourager les plus jeunes mais aussi les âmes peu motivées.

(Attention, détails très glauques !)

L'affaire vous semble fastidieuse, voire impossible ? Pas de panique ! J'ai semé des indices explicites, mais pas trop.

A vous de trouver le bon texte qui se cache parmi la multitude d'autres textes.

(Quand ça sent trop le soufre, les précautions sont de rigueur. L'accès est gratuit mais codé à travers les titres des textes. Pour les plus malins qui sauront lire entre les lignes... Exclusivement pour public averti.)

Cherchez bien...

Raphaël Zacharie de Izarra
raphael.de-izarra@wanadoo.fr