lundi 20 avril 2015

1111 - Loin de vous, près d'ici

Derrière les brumes de ce monde, je perçois très nettement des diamants.

Le quotidien, qui pour la plupart des hommes voile d’autres réalités, n’est pour moi pas un mur opaque mais un promontoire : depuis la Terre, je vois l’éther.

Tandis que je suis assis sur la matière, mon esprit découvre un horizon impalpable, sans limite. Mon corps est ancré dans le tangible, pourtant un second “moi” explore un univers sans atome ni pesanteur.

Les jours me dévoilent des aubes éternelles, les nuits des feux inextinguibles, les songes des vérités idéales. Et même lorsque je ferme les yeux, des océans m’apparaissent.

Là, toute proche, je sais qu’une lumière m’a fait naître. Avec un héritage sans fin. Sur mon front plein de folie, de hauteur et d’éclat, se reflète cette pierre vivante. Et je la vois briller chez chacun d’entre vous, bien que souvent entre vos orbites de bovins à la vue basse émane incrédulité, cynisme, tristesse, voire bassesse.

Je porte en moi l’éternité du Soleil, et plus encore.

Vous ne savez pas qui vous êtes mais, moi qui vois loin, moi qui vois près, moi dont le coeur brûle face à ces évidences qui vous échappent, je sais qui je suis, qui nous sommes.

Je ne vous force pas à croire à cet évangile de l’invisible, ne cherche pas à vous convaincre de la présence de ce Ciel qui pour votre pensée bornée n’est que fumée, n’insiste pas non plus sur ces clartés auxquelles j’accède, qu’avec vos aspirations d’insectes vous ne pouvez atteindre et que vous appelez chimères, je veux seulement vous parler de beauté.

Gratuitement.

Je n’ai rien  vendre. Juste la joie de mon azur à partager. Des splendeurs à transmettre. De la légèreté à offrir. De l’espoir à répandre... Rien à vendre je vous le répète. Simplement éprouver votre amour de la vie. Elargir votre jardin intérieur. Aviver quelque flamme enterrée en vous.

Levez le nez et rejoignez-moi si vous le voulez. Je vous propose l’éveil.

Je suis là haut, pas loin de vos têtes, regardez-moi, je vole, je monte, je danse dans l’espace.

Vous avez des ailes vous aussi. Sauf qu'après avoir été des larves, vous êtes devenus des mouches : vous ne vous élevez que socialement, ne planez que physiquement, ne vous enrichissez que matériellement.

Laissez-vous emporter par les vents suprêmes et comme moi, vous serez des papillons.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=4Aee1jR3fyM

http://www.dailymotion.com/video/x2nexh4