vendredi 19 décembre 2014

1091 - Racisme et politique

Il n’est absolument pas incompatible d’avoir une attitude pleine de charité, de compassion, d’idéalisme sur le plan personnel et d'adopter dans la sphère publique un comportement allant à l’encontre de ses intérêts particuliers, de défendre des pensées et actions contredisant radicalement ses actes quotidiens. On peut sans se renier le moins du monde tenir un discours public dit “ségrégationniste”, c’est à dire fortement orienté vers les “préférences nationales’' ou les “sentiments patriotiques” comme on dit de manière policée, et agir sur le plan intérieur selon des critères apolitiques en totale opposition avec ses engagements civiques.

L’inverse est également valable : il n’est pas inconciliable de promouvoir des vues progressistes par pure conviction idéologique et de s’en préserver dans sa vie intime.

Dans le premier cas le nationaliste aura le souci du bien commun avant tout. Mu par l’amour de sa patrie, il aura la volonté de fermer les frontières de son pays à l’immigration, ce qui ne l’empêchera pas, par ailleurs, de recueillir chez lui des clandestins échoués sur son territoire, par altruisme, charité chrétienne ou humanisme tout court. Précisément, il s'engagera dans un parti politique qui, en cas de victoire, coupera à la base tout besoin de se conduire notoirement en apparente contradiction avec ses démarches privées. Il y a certes César à servir dans le temporel, ce qui n’interdit en rien, d’un autre côté, l’exercice de sa liberté de conscience, le devoir chrétien, l’amour fraternel...

Dans le deuxième cas le démocrate, raciste primaire, macho brutal, homophobe bête et méchant (viscéralement mais en toute mauvaise conscience) et cependant convaincu (non pas passion mais par exercice de sa raison) de la justesse des idées altruistes qu’il souhaite faire triompher (mariage homosexuel, avortement, priorité de la laïcité, régularisation des immigrés clandestins, ouverture des frontières à la misère du monde, valorisation de l’homosexualité, féminisme) peut, confidentiellement, être rebuté par ces valeurs qu’il prône à l’égard des autres. Là encore, ce ne sont pas ses propres intérêts qui l’occupent mais mais ceux de la majorité. On peut très bien marcher à contre-courant de ses goûts, de ses penchants égoïstes par esprit de vérité (après, que l’on se trompe sur cette vérité, c’est une tout autre question et ce n’est pas mon propos ici.). Ainsi un fumeur peut, sans pour autant se désavouer, se délecter d’un bon cigare tout en montrant du doigt les fabricants de tabac qui l’empoisonnent et accepter que l’on vote des lois anti-tabagisme. Eprouver du plaisir pour une cause ne signifie pas nécessairement approuver cette cause idéologiquement, culturellement, socialement, etc. Bien des gens confondent faiblesse, habitudes, subjectivité avec vérité.

Opinions doctrinales et moeurs morales sont deux choses bien séparées. Les deux ne se rejoignent pas toujours mais ne sont pas fatalement antinomiques.

Ainsi je pense que l’ouverture systématique et généreuse de nos frontières à la détresse planétaire est une sainteté pour le philanthrope, une calamité pour le politicien. Une noble intention mais un désastre pour notre économie. Une chrétienne et louable entreprise dans la théorie mais une catastrophe sociale...

Ce n’est pas parce que, quant à mes choix cocardiers, je suis farouchement opposé à l’aberrant principe de régularisation automatique des clandestins que, dans ma vie de tous les jours, je n’aurai pas cette volonté désintéressée de venir en aide à ces oiseaux de passage tristement déplumés... Je parle de la volonté de les secourir de manière individuelle mais surtout pas à travers un système organisé, une institution officielle, une infrastructure étatique, ruineux selon la vue drapeautique.

C’est ce qui fait toute la distinction entre prises de position citoyenne et conscience universelle.

Ainsi on peut opérer politiquement en complet affrontement avec l’expression de sa bonté d’âme et à l’inverse, un être habituellement haineux chez lui peut exprimer dans la rue toute l’utopie du monde. Tout n’étant question que de libre-arbitre, de réflexion, de raison, de comportements éduqués.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x2cxtih_racisme-et-politique-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://www.youtube.com/watch?v=6cujoWrF8OU&list=UUagkQE-bc3dhayfn8b83nng