mardi 14 mai 2019

1482 - Mai

Voici mai qui s’installe.

Les feuillus renouvelés jettent de grandes ombres matinales tandis que l’astre monte et rayonne dans un ciel immense, clair, frais.

Le mois sera dur, humide, argenté.

De la colère et de la grêle dans l’air, du vent insolent et des nuages éclatants, des oiseaux noirs dans le ciel et des festins gelés sur l’herbe : telle sera la saison de fête !

Et c’est cela que j’aime.

Tout en contrastes tranchants et dorés, douloureux et brillants.

Des jours qui débordent d’onde et d’éclairs, de caresses froides et de gifles nuancées, de souffles rêches et de lumière franche.

Des gouffres délicieux au bas des pentes et des spectres vertigineux dans les nues.

Avec les sols inondés de larmes fécondes et les fleurs grelottant dans leur beauté rentrée.

Un printemps inespéré, plein de troubles et de regrets acerbes, d’eaux vagabondes et de flots inattendus, de hauts faits et de vagues effets comme des artifices sans feux...

Et, pour couronner l’arrivée de l’été la veille de juin, des bourrasques d’automne brisant quelques branches d’arbres et tout espoir de soleil.

De bonnes rafales moqueuses qui oppriment les coeurs superficiels et éclairent les visages heureux des authentiques esthètes.

VOIR LA VIDEO :

https://youtu.be/R1laOH90F-Y

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique